MOVING TARGET par Melissa Good

CIBLE MOUVANTE

Partie 12

Traductrice : Gaby

 

Chapitre 24

 

Kerry observa son reflet dans le miroir et elle sourit d'un air espiègle en ajustant soigneusement le décolleté de sa robe sans bretelle. Une chose de bien à propos de New York, c'était que si vous vouliez faire du shopping rapide et stylé, vous n'aviez qu'à regarder autour de vous. Dar et elle étaient ressorties des magasins au bout de quarante-cinq minutes, et maintenant elle examinait le résultat.

« Joli. » Se complimenta-t-elle. La robe qu'elle avait trouvée était en soie vert forêt, avec un minuscule liseré brodé, et une coupe classique qui lui arrivait juste sous le genou. Elle était lisse et collait bien à sa silhouette, et même la perspective de rester assise à l'opéra ne pouvait pas lui gâcher sa bonne humeur. « Hé, chérie. »

« Oui ? » La voix de Dar lui parvint depuis la salle de bain.

« Ça te dirait de trouver un endroit pour aller danser après le spectacle ? » Demanda Kerry. « Sortir et aller faire la fête... Je pense qu'on l'a mérité après ta brillante résolution du problème. »

Dar passa la tête à travers l'embrasure de la porte. « Tu considères que danser avec moi c'est une fête ? » Demanda-t-elle d'un ton railleur.

Kerry la regarda. « Tu n'es pas une mauvaise danseuse. » Lui dit-elle. « Alors pas de ça avec moi. Viens là. »

Avec obéissance, Dar vint rejoindre Kerry devant le miroir. Elle était vêtue d'une robe bleue élégante légèrement plus longue que celle de Kerry, mais elle avait quasiment la même coupe. « Mais oui, si tu veux. Je suis partante. » Elle attrapa la brosse de Kerry et démêla les mèches pâles de sa compagne. « C'est très beau sur toi. »

Kerry tourna la tête et leva les yeux. « Toi aussi, et merci. » Elle lui sourit chaleureusement. « On peut aller à l'opéra, madame ? »

Dar posa la brosse sur la coiffeuse et fit un grand geste vers la porte. « Après toi. » Elle attrapa le petit sac qui contenait son porte-feuille et son téléphone, et elle suivit Kerry, qui se déplaçait moitié en marchant, moitié en dansant dans le couloir.

« Hé hé. »

Kerry se retourna quand elles atteignirent l'ascenseur. « Qu'est-ce qu'il y a de si drôle ? »

Les yeux bleus clignèrent innocemment. « Rien. »

Les portes s'ouvrirent. « Hmm hmm. Vas-y. » Dit Kerry en indiquant l'ouverture.

« Oh non. Les dames d'abord. » Dit Dar d'une voix traînante. « S'il vous plaît. »

Kerry lui lança un regard suspicieux, mais elle entra dans la cabine en laiton et en verre et elle attendit que sa compagne la rejoigne avant de presser le bouton pour le hall de l'hôtel. Elles commencèrent à descendre et à mi-chemin elle sentit une pression dans ses oreilles. « Oh, eurgh. »

« Hmm. » Dar pressa son pouce à l'arrière du lobe de son oreille droite. « Je n'aime pas avoir à faire ça sans être mouillée. » Elle baissa les yeux juste à temps pour voir une expression vraiment diabolique sur le visage de Kerry. « C'est pour quoi ce regard ? »

Kerry réduisit la distance entre elles et s'appuya contre Dar en levant la main vers sa joue pour l'embrasser sur les lèvres. « Mmh. »

Dar oublia qu'elle était dans l'ascenseur d'un hôtel. Elle glissa sa main autour du côté de Kerry et continua le baiser, laissant la passion  monter entre elles alors que la cabine descendait lentement jusqu'à s'arrêter.

Elles se séparèrent en même temps que les portes, et le bourdonnement de la foule dans le hall filtra jusqu'à elles. Kerry se lécha les lèvres en reculant d'un pas, et elle prit une inspiration profonde avant de lever les yeux.

Dar avait les joues rouges, et ses yeux scintillaient d'une telle façon que Kerry faillit simplement appuyer sur le bouton pour remonter jusqu'à leur chambre et oublier ce fichu opéra. « Et bien. Tu m'as complètement fait oublier mon problème d'oreilles. » Commenta Dar. « On y va ? »

Kerry quitta l'ascenseur, légèrement à contre-c?ur, et elle sourit poliment au petit groupe de personnes qui attendait pour monter. Elle attendit que Dar la rattrape, puis elles continuèrent toutes les deux vers la sortie. « Dar ? Tu as déjà été à l'opéra ? »

Dar se contenta de rire.

« J'y suis allée quelques fois. » Admit Kerry alors qu'elles émergeaient dans l'air chaud de la nuit. « Et je dois admettre que le popcorn et le jus de raisin me manquaient. »

Dar se posta sur le bord du trottoir en évitant le portier occupé à trouver des taxis pour les clients. Elle fixa un taxi qui s'approchait et rencontra le regard du chauffeur, le faisant se garer avec obéissance le long du trottoir uniquement avec la force de son regard.

Le portier lui jeta un coup d'?il respectueux et se dépêcha d'ouvrir la porte du taxi. « Madame ? »

« Merci. » Lui répondit aimablement Dar en montant dans le taxi avant de se décaler pour que Kerry la rejoigne. « Au Radio City Music Hall. » Dit-elle au chauffeur.

« C'est parti ! » Répondit l'homme gaiement en sortant de son stationnement pour prendre place dans le trafic intense sans un regard pour les voitures qui approchaient ou qui que ce soit d'autre.

Kerry glissa sa main dans celle de Dar, la serra et s'installa d'un air satisfait contre son siège, pour observer la ville qui défilait. « Je suis contente que tu ais réglé ce problème. J'aurais détesté passer la nuit dans ce bureau. »

« Hum. » Dar sortit une petite poche de son sac et en offrit un bout à Kerry. « Même si je les ai mis en panne au beau milieu de la journée ? Je t'ai vue sursauter. »

« Et bien. » Kerry choisit une petite sucrerie et la mit dans sa bouche, grimaçant quelques instants plus tard. « Bon sang, Dar... tu aurais pu me dire que ça piquait. »

Dar suça son bonbon d'un air satisfait. « Mandarine piquante. » Acquiesça-t-elle. « Il y en a au citron, aussi. »

Kerry avala résolument la sucrerie. « Ce n'est pas le choix que j'aurais fait. » Admit-elle. « Mais tu le sais. Je suis... un peu plus conservatrice que toi. »

« Conservatrice. » Dar leva la main et traça le contour du tatouage de Kerry, clairement visible au-dessus de la bordure de sa robe. « Hmm hmm. »

« Mmh. » La jeune femme sourit légèrement. « Mais quoi qu'il en soit, tu as raison. J'ai sursauté. Je savais que tu savais ce que tu faisais, mais je pensais vraiment que tu prenais un gros risque. »

Et elle l'avait fait. Dar sentit la chaleur des doigts de Kerry enroulés autour des siens, et elle se sentit en paix avec sa décision. « J'ai toujours était du genre à prendre des risques. » Dit-elle. « Et pour être honnête, je n'avais pas vraiment envie de passer plus de temps là-bas moi non plus. Et ça a marché. »

« Hmm. » Kerry sentit qu'elle voulait vraiment simplement accepter la réponse et ne plus argumenter sur le sujet. Elle prenait souvent des décisions différentes de celles de Dar dans leur vie professionnelle, et elles avaient compris avec les années que leurs approches des choses étaient, malgré leur évidente compatibilité, différentes.

Ce qui leur convenait. Elle avait souvent appris des choses de la manière dont Dar travaillait, et elle savait que parfois Dar apprenait un truc ou deux de ses méthodes. Kerry posa sa tête contre l'épaule de Dar, et se contenta de regarder silencieusement les flashs de lumière passer devant ses yeux alors que le chauffeur de taxi se frayait un chemin dans la circulation dense.

Et puis elles arrivèrent. Dar avait déjà réglé la course au chauffeur avant même que Kerry n'ait eu le temps d'attraper son sac, et elle sut que c'était planifié. Dar arrivait à chaque fois à la surprendre.

Elles sortirent et rejoignirent la petite foule devant les portes. La diversité des robes était étonnante, et Kerry étouffa un rire à la vue des fourrures enroulées autour du cou de plusieurs femmes en dépit de la chaleur d'été. « Eurk. J'étoufferais. »

Dar repéra un comptoir tout près. « Tu veux un verre ? » Offrit-elle.

« C'est mon tour. » Kerry lui tapa la hanche avec son sac. « Tu nous trouves des programmes ? »

Des programmes. Dar repéra une femme qui en distribuait, et elles se dirigea vers elle. Elle attendit de croiser son regard, puis elle accepta deux des prospectus. « Merci. »

« Pas de problème, madame... je peux voir vos billets ? Peut-être que je peux indiquer la direction... » Demanda gentiment la vendeuse. « C'est un endroit immense. »

Dar coinça les programmes sous son bras et partit à la recherche des billets dans son petit sac. « Ouais, bien sûr. » Elle les lui tendit. « C'est-ce que vous vouliez voir ? »

La femme sourit. « Oui, madame, c'est facile. Vous descendez et c'est au milieu de la rangée. Les meilleurs sièges de la maison. » Elle rendit ses billets à Dar. « Et bon spectacle ! »

« Merci. » Dar étudia les billets d'un air étonné avant de les remettre dans son sac. Elle reprit les programmes en main et s'éloigna pour intercepter Kerry qui tenait deux verres de vin. « On m'a dit qu'on avait de bons sièges. » Informa-t-elle sa compagne en échangeant un programme contre un verre.

« Ooh. » Kerry ouvrit le livret. « Le Mikado – j'essaye de me rappeler si j'ai ...hm... » Elle lu le synopsis. « Non, je n'ai jamais vu celui-là. »

Elle leva les yeux en entendant son nom, et elle vit une vieille femme qui les approchait, en lui faisant signe de la main. Kerry dût creuser dans ses souvenirs pour la replacer, mais heureusement, elle trouva juste avant que la femme les rejoigne. « Bonjour, Ms. Patrick. »

« Kerrison ! C'est incroyable de te voir ici ! Ça alors, ça fait des années ! » Dit la femme. Elle devait avoir dans la cinquantaine, avec des cheveux gris et une robe argentée pailletée sophistiquée. « Tu vis ici maintenant ? »

« Non. » Kerry secoua la tête. « Je vis à Miami. Je suis juste venue en ville pour quelques jours pour les affaires. » Elle se tourna à demi. « Ms. Patrick, voici Dar Roberts, ma compagne. Dar, Ms. Patrick était une de mes professeurs à l'université. »

« Ravie de vous rencontrer. » Répondit poliment Dar. « Professeur de... ? »

« Informatique. » Répondit la femme. « Quel genre d'affaires, Kerrison ? Je sais que tu parlais de management après ton diplôme, mais... »

Et elle était certaine, se rappela soudain Kerry, qu'elle savait que Kerry ne finirait pas dans cette branche. « Je travaille pour ILS. » Elle goûta un sens de profond plaisir à dire ça.

« Vraiment ? C'est merveilleux ! » Ms. Patrick paraissait vaguement surprise. « Dans quelle branche ? Je crois me rappeler que tu aimais vraiment la conception. »

« Je suis le vice-président des Opérations globales. »

La femme cligna des yeux en silence pendant un long moment. « Oh. » Dit-elle finalement. « N'est-ce pas charmant ? »

« C'est ce que je pense aussi. » S'exclama Dar. « Le meilleur vice-président qu'on ait eu depuis des années. »

La femme la regarda pendant un instant de silence embarrassé, puis une ampoule s'alluma soudain au sommet de sa tête méticuleusement coiffée. « Oh mon... vous êtes *cette* Dar Roberts ? »

Dar se contenta de la regarder, refusant de répondre à une question si évidente.

Ms. Patrick se recula légèrement. « Et bien, c'est très bien... je suis ravie de t'avoir revue, Kerrison. Passez un bon moment au spectacle. »

Dar attendit que la femme disparaisse dans la foule avant de se tourner vers sa compagne. « Ça te plait ? »

« Hmm hmm. »

« Bien. »

Elles prirent leurs boissons et se dirigèrent vers le hall principal. Elles donnèrent leurs tickets juste à l'entrée des portes et elles s'arrêtèrent toutes les deux, franchement émerveillées.

« Saint poisson-chat. » Dar tendit le cou et dévisagea la vaste infrastructure d'art déco. « C'est magnifique. »

« Hmm hmm. » Acquiesça Kerry en clignant des yeux devant les couleurs lumineuses d'un coucher de soleil qui lui rappelait Key West. « Allez viens. » Elle prit le bras de Dar et trouva son chemin le long de l'allée.

Elles s'assirent dans leurs sièges, et maintenant qu'elle n'avait plus à s'inquiéter de se cogner à de vieilles matrones sentant les boules antimites, Dar prit le temps d'examiner l'immensité du théâtre, de ses balcons voûtés aux sièges en pente. C'était un lieu incroyable, et elle se surprit à attendre avec intérêt de voir ce qui allait bientôt commencer.

Le Mikado. Dar étudia le programme. Ah. Une intrigue japonaise. Peut-être qu'il y aurait une scène de combat au sabre. Elle étendit ses jambes, heureuse de pouvoir profiter de la place supplémentaire de la première rangée.

La vie était belle. Elle jeta un ?il à Kerry, qui était simplement assise, son programme sur les genoux, un air très satisfait sur le visage. « Un dinar pour tes pensées ? »

Kerry ricana, posa ses mains sur son estomac et prit une inspiration. « J'étais juste en train de penser à ce que donnerait ma famille pour avoir des sièges au centre de la première rangée au Radio City. » Admit-elle. « Aller au théâtre à Manhattan à toujours été le but suprême de tous les agendas sociaux de tout le monde dans l'endroit d'où je viens. »

« Ah. » Dar agita ses doigts. « D'où je viens c'était plutôt d'arriver à aller voir des films interdits aux moins de 18 ans. » Répondit-elle avec un drôle de sourire. « J'étais devenue vraiment bonne pour ouvrir le loquet de la porte arrière du cinéma. »

Kerry se mit à rire. « Tu réalises que la première fois que j'ai vu un film interdit aux moins de 18 ans c'était dans ton salon ? » Chuchota-t-elle en surprenant les regards réprobateurs de ses voisins en dépit du fait que le spectacle n'avait pas encore commencé. « Seigneur, les gens... m'agacent ! »

« Bien. » Dar s'approcha plus près. « Est-ce que tu as déjà parlé de films pour adultes devant ta famille ? »

Kerry se couvrit les yeux d'une main à la hâte et se mordit la lèvre.

« Je ne crois pas. »

Un moment plus tard, les lumières commencèrent à s'éteindre. Kerry glissa sa main dans celle de Dar une fois de plus, et elle s'installa pour regarder, prête à apprécier la soirée et l'occasion qui lui était offerte, même si l'opéra n'était pas sa chose favorite sur terre.

* * * * *

Après ce qu'il lui sembla quelques minutes plus tard, la lumière revint et le spectacle était terminé. « Wow. » Murmura Kerry. « C'était vraiment cool. » Elle se joignit aux applaudissements de l'assistance avec enthousiasme. « Qu'est-ce que tu en as pensé ? »

« J'ai aimé. » Dit Dar. « L'histoire était drôle, les airs entraînants. » Ajouta-t-elle. « Et les filles étaient jolies. Que demander de plus ? »

Kerry ricana. « Hmm... avec comme personnage principal une fille qui s'appelle Yum-Yum, j'étais sûre que tu aimerais. »

Dar se tourna à demi et lui lança un regard outragé en posant une main sur sa hanche. « Kerrison ! »

Les yeux verts battirent des cils avec une innocence du Middlewest dévastatrice. « Oui ? »

« Allons trouver de la crème glacée. » Dar se leva et tendit la main à sa compagne. « Je pense que tu as besoin d'un rafraîchissement. »

Kerry accepta l'aide, et elle fut gracieusement mise sur ses pieds par la gentille traction du bras de Dar. « Merci, madame. Après vous ? »

Elles sortirent main dans la main, suivant le lent flot de personnes qui avançait vers les grandes et belles portes et jusque dans le hall. Il y avait un bourdonnement de conversation, et Kerry se mit à sourire quand elle se retrouva au milieu de la foule familière. « Chérie, je vais aux toilettes, on se retrouve au bar, là-bas ? »

« Nan, je viens avec toi. » Dar posa une main sur son dos alors qu'elles se frayaient un chemin contre les corps serrés. « Tu sais quoi ? »

« Tu as faim. » Répondit Kerry sans attendre. « J'entends ton ventre gronder même avec tout ce boucan. » Elle sursauta légèrement quand Dar gronda dans son oreille avant de finir par un ronronnement. « Je suis quasiment sûre qu'il y a un restaurant dans les parages. »

Dar rit doucement en tenant la porte des toilettes ouverte pour qu'elles passent, étendant facilement son bras derrière Kerry. « C'était vraiment sympa. » Commenta-t-elle. « Rappelle moi d'envoyer une boîte de cookies à Alastair ou quelque chose pour le remercier, tu veux bien ? »

« Bien sûr. » Kerry se trouva un box et entra. Elle écouta distraitement les conversations autour d'elle pendant qu'elle faisait ce qu'elle avait à faire. Elle entendit la voix basse et vibrante de Dar échanger un 'excusez-moi' mutuel, puis une voix avec un fort accent pointu New Yorkais se plaignit durement de la qualité du papier toilette.

Kerry attrapa quelques bouts de papier et l'examina. « Hé, Dar ? »

Un doux grattement de gorge tout près lui répondit. « Oui ? »

« Tu as vu les serviettes fantaisie qu'ils ont ici ? » Kerry fit traîner sa voix autant que possible et elle fut récompensée pas un reniflement étouffé. « Je vais en prendre quelques unes pour les mettre sur la table à la maison. »

« Okay Forrest. » Répondit Dar dans un rire. « Fais donc ça. »

Kerry sortit et se dirigea vers l'évier pour se laver les mains, ricanant toujours. Elle se sécha les doigts et se retourna pour attendre Dar, échangeant des regards avec une grande rousse qui attendait également.

« C'est un superbe tatouage. » Commenta la femme avec un petit mouvement de tête vers la poitrine de Kerry.

Kerry cligna des yeux pendant un instant de confusion avant de baisser les yeux pour réaliser de quoi parlait la femme. « Oh, merci. » Murmura-t-elle en relevant les yeux d'un air un peu réservé. « Je ne l'ai pas depuis longtemps. »

« Vous l'avez fait faire ici ? » Demanda la femme en tournant le bras pour lui montrer son épaule où était dessiné un cobra. « Je l'ai fait le mois dernier. »

Le cobra était joli, mais Kerry remarqua qu'il manquait l'énergie qui se dégageait du sien. « Non, je l'ai fait faire à Miami. » Répondit-elle. « C'est vraiment un très bon artiste. »

« Ouais, sans blague. » La femme s'approcha un peu plus. « C'est vraiment cool. » Ses yeux étudièrent la marque. « Qui est Dar ? »

« C'est moi. »

Kerry résista au besoin de lever les yeux par dessus son épaule. La rousse ne résista pas, cependant, et elle se redressa et fit plusieurs pas en arrière quand la présence de Dar l'intimida.

« Bon, quoi qu'il en soit, félicitations c'est un très beau tatouage. » La femme recula encore, et attrapa une serviette sur le comptoir avant de sortir des toilettes, emmenant son tatouage décevant avec elle.

« Prête ? » Kerry sourit à Dar en sortant de la salle de bain avec sa compagne sautillante derrière elle. « Tu sais, c'était sympa. »

« De quoi, le papier toilette ? Je t'achèterai un double rouleau de Super Lotus Plus quand on sera rentré, okay ? Tu pourras en mettre dans ton tiroir de bureau. »

« Cette femme aimait mon tatouage. » Dit Kerry. « Mais je me souviendrais de cette offre. Je ne sais pas à quoi pensait le personnel responsable des fournitures, mais le papier qu'ils ont acheté me fait penser à des sacs d'épicerie. »

Elles sortirent, acceptant le petit choc quand elles passèrent du froid climatisé à la chaleur moite de l'air extérieur. « Quel est ton poison ? » Demanda Dar. « J'ai mangé italien hier soir, mais je peux recommencer si tu veux. »

Kerry se lécha les lèvres. « Hmm... on pourrait marcher un peu et voir ce qu'on va trouver. Je ne suis pas sûre d'être d'humeur pour ça. »

Les rues semblaient vivantes autour d'elles, totalement différentes de celles de Miami. Leur ville n'avait aucun quartier central, et ce n'était absolument pas une ville piétonne. C'était plus un centre urbain et suburbain énorme qui se prolongeait sur trois comtés composés de quartiers des achats, et entourés par des faisceaux de secteurs résidentiels.

C'était un changement sympa, vraiment, pensa Kerry. Ça lui rappelait un peu les voyages qu'elle avait fait à Chicago avec son équipe de débat, quand ils sortaient pour l'après-midi, et qu'ils se baladaient près de leur hôtel pour acheter tout ce qui ne leur rappelait pas la maison.

Comme du popcorn Garrett. Kerry se lécha les lèvres à ce souvenir, même après toutes ces années. Ou les parts de pizza épaisses qu'ils partageaient sur le trottoir en levant les yeux vers les sommets des immenses immeubles. C'était totalement différent de ses quelques voyages à Manhattan avec sa famille, ça c'est sûr.

Oh, bon.

Dar prit de nouveau sa main tandis qu'elles flânaient, et elles passèrent devant une vitrine fortement illuminée, et l'endroit lui devint soudain familier quand elle vit les télévisions. « Hé, regarde. » Montra Kerry. « C'est là qu'on voit tous les gens qui restent là comme des idiots à porter des pancartes  au Today Show. »

« Hmm hmm. » Acquiesça Dar. « Ce n'est pas là qu'ils mettent l'arbre de Noël ? »

« Et la patinoire, ouais. » Dit sa compagne. « Tu sais patiner ? »

Dar considéra la question brièvement. « Oui. » Admit-elle finalement. « Chinois ? » Elle dirigea l'attention de Kerry vers la devanture du restaurant suivant. « Je suis d'humeur pour quelque chose d'épicé. »

« Ça me paraît bien. » Kerry les mena jusqu'au restaurant. Elles venaient juste de s'installer quand son bipeur, puis celui de Dar, se mit à sonner. « Oh, merde. »

Dar sortit la machine de son sac et la déverrouilla. « Le centre des Opérations. Ce n'est jamais bon. »

Kerry soupira et attrapa son téléphone portable, composant rapidement avant d'apporter le téléphone à son oreille, tout en écoutant Dar commander pour elles deux. « Bonjour, c'est Kerry Stuart. » Dit-elle quand elle eut une réponse. « Qu'est ce qui se passe ? »

« Oh, bonjour madame. » Dit la voix. « C'est Jason. Je suis désolé de vous déranger, mais Mark à dit que je devais vous prévenir. On a eu une tentative d'infiltration tout à l'heure. »

Dar haussa un sourcil en entendant les faibles sons qui sortaient du téléphone que Kerry tenait légèrement loin de son oreille.

« Réussie ? » Demanda Kerry.

« Madame, » Jason paraissait poliment scandalisé. « Si c'était le cas, vous parleriez à Mark, pas à moi. Sans vouloir vous offenser. »

Dar ricana.

« Mark a trouvé le coupable ? » Demanda Kerry. « Une idée, ou... »

« Il est sur une piste. Il voulait que je vous dise de dire au chef que quelqu'un essaye de répondre à sa provocation. »

Les yeux de Dar se rétrécirent, et les lignes de son visage prirent une expression sévère.

« Le chef le sait. » Dit Kerry. « Si il trouve quoi que ce soit, dites lui de nous appeler. »

« Je le ferai, madame. »

Kerry referma son téléphone et le posa sur la table. « Je n'aime pas beaucoup ça. »

Dar s'installa confortablement sur son siège et hocha la tête vers le serveur quand il leur apporta deux grands verres de vin frais à la prune. Elle attrapa le sien et en prit une gorgée avant de répondre. « C'était incroyablement stupide de ma part de lancer ce fichu pari. »

« Oh, et bien, ce n'est pas ce que je voulais dire... »

« Kerry, c'était stupide. » L'interrompit Dar. « Indépendamment du fait que ce soit vrai ou pas, pisser sur une bouche d'incendie ouverte est un truc idiot. Mark va devoir s'en occuper pendant des mois. » Elle fit tourner son vin. « Beuh. »

Kerry tapota la jambe de sa compagne. « Ça nous a fait une bonne pub, chérie. Si Mark peut les garder à distance, ça nous rendra encore plus attrayant. J'ai confiance en lui et en ton infrastructure. »

« Hmmph. » Dar sembla se calmer cependant. « Peut être que s'il le trouve je pourrais aller le voir et lui botter les fesses. » Suggéra-t-elle. « Ça pourrait être drôle. »

« Ça me va. » Kerry sourit au serveur qui apparut avec deux bols de soupe fumants et odorants. « Mmh... ça sent bon. »

Dar sortit son PDA de son sac et gribouilla un message. Kerry l'observa puis attrapa sa cuillère pour prendre une gorgée de soupe. « Mark ? »

« Ouais. »

« Tu sais ce qui serait cool ? »

« Quoi ? » Dar leva les yeux vers elle.

« Si on avait un logiciel qui peut détecter ce genre de choses, et en plus retracer les hackers et les pirater en retour. » Dit Kerry. « Tu ne pourrais pas écrire un truc comme ça, Dar ? »

Dar tapota son stylet sur le haut de son PDA. « Je n'écris plus de code. » Dit-elle. « Je n'ai même pas regardé les nouveaux langages... »

« Bien sûr que si. » La contra Kerry. « Tu écris des trucs tout le temps. Mon hamster dansant, ce programme qui gère nos dépenses, le logiciel que Maria utilise... tout ça c'est de toi. »

Un haussement d'épaule. « C'est juste des petits trucs, tu l'as dit toi-même. » Mais la voix de Dar ne semblait pas convaincue.

« Ça ne serait pas cool ? » Répéta Kerry. « Ça serait une application mortelle si tu pouvais la créer et botter les fesses de ces perdants. Trouver un moyen de percer les portails secrets et tous les pare-feux. »

Le regard de Dar se perdit un instant dans le vide. « Hmm. » Elle fit un petit bruit de gorge, bas et pensif. « Ça serait cool. » Admit-elle. « Je pourrais trouver un moyen pour y mettre le programme heuristique sur lequel je travaille... peut-être que je pourrais jeter un coup d'?il pour voir de quoi le programme aurait besoin... »

Ahh. Kerry sourit intérieurement. J'ai son attention, je crois. « Ça serait impressionnant. »

Dar écrivit quelques notes puis elle l'envoya avant d'écrire un nouveau message. Puis elle envoya le tout et ferma l'appareil, et posa ses mains dessus. « Alors. » Elle tourna son attention vers Kerry. «  On parlait de quoi déjà... de papier toilette, c'est ça ? »

« De papier toilette et de tatouages. » Kerry leva son verre de vin et toucha celui de Dar. « Et d'une jolie jeune fille nommée Yum-Yum. »

Dar lui renvoya son toast et elles prirent toutes les deux une gorgée. « Tu sais... » Dar observa les alentours. « New York n'est pas si mal après tout. »

« Oui oui. » Acquiesça Kerry dans un sourire. « Je suis contente d'avoir la chance de pouvoir m'amuser avec toi ici. »

Les yeux bleus s'allumèrent et un sourire apparut. « Moi aussi. » Répondit-elle. «Ker, j'apprécie vraiment que tu sois venue jusqu'ici. Je... hum. » Dar baissa rapidement le regard, puis releva les yeux. « J'apprécie vraiment. »

Kerry reposa son verre et couvrit la main de Dar de la sienne. « C'est quand tu veux, chérie. J'étais si contente de venir que je n'arrêtais pas de gigoter dans l'avion. » Rassura-t-elle sa compagne. « J'aime être ici. »

Dar leva de nouveau son verre et toucha le sien, puis d'un air espiègle elle se rapprocha et croisa son bras à celui de Kerry. Elles burent chacune dans le verre de l'autre et elles profitèrent de l'obscurité relative du restaurant branché pour partager un baiser, qui dura le temps scandaleux d'un battement de c?ur.

Oh, bon., pensa Kerry alors qu'elles se séparaient et qu'elles reprenaient leurs cuillères. S'il y avait bien un endroit où elles pouvaient faire ça, c'était bien à New York.

C'était assez grand pour y faire n'importe quoi.

* * * * *

Il était bien plus de minuit quand elles revinrent à l'hôtel, et qu'elles traversèrent le hall d'entrée complètement vide, évitant une femme de ménage occupée à gratter une tache pourpre sur le sol en marbre.

Kerry observa la tache en essayant d'imaginer ce qui avait bien pu la causer. De la gelée de raisin ? Du vin ? Un reste d'aubergine ?

« Tu viens ? » Demanda Dar, en la regardant avec un sourire légèrement confus.

« Ouaip... ouaip, désolé. » Kerry se dépêcha de la rejoindre. « Tu penses que c'est quoi ? »

Dar observa la tache. « Une coloration pour les cheveux. » Elle s'écarta du chemin de la femme et continua de traverser le hall.

« Une coloration ? Dar, c'est violet. » Protesta Kerry.

« Apparemment tu n'as pas regardé autour de toi. » Remarqua Dar en appuyant sur le bouton d'appel de l'ascenseur. « J'ai vu plus de cheveux violets et roses ici que de taxis dans la rue. »

« Hmm. » Kerry fit un tour sur elle-même en plissant les yeux pour examiner la foule inexistante. « Tu crois que je serais bien avec les cheveux violets ? »

Les portes s'ouvrirent. Dar encercla la taille de Kerry d'un bras puis les conduisit dans l'ascenseur. « Non. » Répondit-elle. « Ça serait en désaccord avec tes yeux. Viens »

« Hmm. »

Elles étaient seules dans l'ascenseur. Kerry attendit que les portes se ferment avant de jeter un coup d'?il derrière elle, et elle trouva les yeux bleu pâle tout près quand Dar embrassa le point sensible où sa nuque rejoignait son épaule. Sans un mot, elle laissa tomber sa tête contre le corps chaud de Dar, enveloppée dans une montée subite de sensualité que lui apporta le toucher. 

Le simple fait d'être près de Dar la faisait se sentir sexy. C'était incroyable. Elle pouvait être habillée d'un vieux tee-shirt, avec des tâches de terre de leur jardin sur les genoux, mais il suffisait d'un seul regard et bam.

Un coup direct dans les intestins. Kerry avait été attirée par d'autres personnes avant de rencontrer Dar, mais c'était totalement différent, et il lui avait fallu un peu de temps pour s'y habituer. Au début, ça l'avait presque choquée, cette demande de son corps en totale contradiction avec son éducation conservatrice.

Mais ensuite elle s'y était habituée, et appréciait vraiment la sexualité franche qu'elle partageait avec Dar.

C'était sympa. Elle inclina la tête et elles s'embrassèrent alors que Dar glissait ses bras autour d'elle et commençait à caresser doucement ses côtes. Elle se sentait merveilleusement bien.

Le voyage aurait pu durer bien plus longtemps. Mais la cabine ralentit jusqu'à leur étage bien trop tôt, et Dar desserra sa prise quand les portes s'ouvrirent pour les laisser sortir. L'étage était vide et tranquille, et leurs pas sur le tapis retentirent fortement quand elles longèrent le couloir jusqu'à leur chambre.

C'était également calme et frais à l'intérieur. Les rideaux grand ouverts montraient les lumières de la ville et sur la table, un plateau était posé, avec un pot en acier, deux tasses et une petite note. Dar s'avança et attrapa la note pour l'examiner, tandis que Kerry s'approchait de la fenêtre pour regarder dehors.

« Du chocolat chaud. Et les compliments de la direction. » Murmura Dar. « Il leur a fallu trois jours pour réaliser que j'étais là ? »

Kerry étouffa un rire et secoua la tête. « Peut-être que c'est juste pour rester dans tes bonnes grâces. »

« Parce que j'en ai ? » Demanda gentiment sa compagne, en se dirigeant vers la salle de bain.

Kerry se tourna pour la regarder disparaître. « Mmhm. » Elle hocha la tête pour elle-même. « Ça c'est sûr. » Elle s'assit sur le bord de la fenêtre et enleva ses chaussures d'un coup de pied, agitant ses orteils pour apprécier la soudaine liberté loin du cuir.

« Hmm. » Elle se leva et récupéra ses chaussures pour aller les ranger dans la poche extérieure de son sac de voyage. Elle était un peu fatiguée, mais elle n'avait pas sommeil, et elle se redressa par réflexe quand elle entendit Dar sortir de la salle de bain.

« Qu'est ce que tu fais ? » Demanda Dar en s'approchant.

« Je me déshabille. Tu m'aides à défaire ça ? » Kerry laissa échapper un léger soupir quand les doigts de Dar touchèrent sa nuque et descendirent la fermeture éclair de sa robe. « C'était une nuit incroyable. »

« C'était ? » Dar mordilla la peau de Kerry, en finissant par le lobe de l'oreille droite de sa compagne entre ses dents.

Kerry ferma les yeux en réflexe. « Mmmh. » Dar lui enleva facilement sa robe et elle fit un pas pour en sortir avant de se tourner pour  prendre le corps tout aussi déshabillé de Dar dans ses bras et la serrer contre elle. Il y avait encore un peu de chocolat sur les lèvres qu'elle embrassait, et elle sentit Dar rire quand elle lécha le surplus. « Okay... c'était une  nuit réellement incroyable et j'ai le sentiment qu'elle va l'être encore plus. »

Dar caressa les côtes de Kerry avant de la chatouiller gentiment. « Je me suis bien amusée moi aussi. » Dit-elle à sa compagne en se balançant à un rythme qu'elle seule pouvait entendre. « Et je me suis même amusée en dansant. »

« J'ai vu ça. » Kerry laissa ses mains reposer sur les hanches de Dar en se balançant avec elle. « Je ne sais pas pourquoi tu dis toujours que tu ne sais pas danser... tu es une super danseuse. Tu bouges... comme par magie. » Elle se rapprocha et caressa le ventre nu de Dar en déposant un léger baiser sur le haut de la poitrine de sa compagne.

« De la magie ? » Ronronna la voix basse. « D'où veux-tu que je sorte un lapin, Kerrison ? »

« Hmmm... » Kerry traça une ligne du bout des doigts le long du ventre de Dar. « Je ne vois pas, sauf peut-être de... Oooh. »

Dar glissa ses doigts à l'arrière de la  nuque de Kerry et l'attira vers elle, en explorant ses lèvres, puis elle les amena toutes les deux vers le lit. Elle avait définitivement l'avantage de sa grande taille, mais Kerry ne résista pas, et elle l'accrocha par la taille pour la pousser plus rapidement.

Elle tombèrent ensemble sur les draps, s'arrêtant un instant pour enlever les petits chocolats enrobés sous elles. Dar les jeta gentiment par dessus sa tête. « Rappelle moi de laisser un mot à la réception demain. »

« Moins de petits cadeaux gourmand ? » Kerry se tortilla plus près et glissa une cuisse entre celles de Dar et posa sa main en coupe sur le sein de Dar. « Ils voulaient faire ça bien. »

Dar ne prit même pas la peine de répondre à ça. Elle laissa le bout de ses doigts tracer des lignes paresseuses le long de la peau de Kerry et elle sentit les muscles bouger et se tendre. Délicatement, elle embrassa le nouveau tatouage de Kerry, son odorat sensible détectant un faible parfum de crème hydratante et une étrange odeur faible et épicée qu'elle pensait être de l'encre.

C'était nouveau et différent, mais elle décida qu'elle aimait ça. Elle tourna son attention plus bas, et mordilla le long de la courbe du sein de Kerry. La surface se souleva sous son toucher quand Kerry inhala brusquement, et Dar fit une petite pause avant de se pencher en avant pour presser son corps légèrement contre celui de sa compagne, laissant sa peau glisser contre la peau de Kerry.

Kerry s'arqua contre elle, cherchant le contact. Dar était plus que satisfaite d'obtempérer, et elle roula sur le côté et caressa le corps agité qui glissa sur le sien.

Dieu que c'était bon.

Dar sentit sa propre respiration s'accélérer quand elle sentit le contact excitant de Kerry qui glissait le long de sa jambe, et un léger rire chaud et connaisseur vint jusqu'à ses oreilles alors que sa compagne mordillait les endroits familiers et commençait une douce mais insistante danse qu'elles connaissaient bien toutes les deux.

Avant Kerry, elle n'était jamais restée assez longtemps avec quelqu'un pour les laisser la connaître. Être au lit avec une personne qui était si intimement consciente de ce qu'elle aimait et qui était si intéressée et passionnée à le lui montrer était ...

Et bien, c'était un véritable cadeau. Dar traça le contour du visage de Kerry avec son pouce, et elle apprécia le long baiser et le ronronnement bas qui s'échappa de la gorge de son amante. Elle sentit une douce pression et se laissa aller, roulant sur le dos pour sentir les draps frais contre sa peau.

Kerry se glissa immédiatement sur elle, ses yeux brillant d'une séduisante allégresse. « Je te tiens. » Grogna-t-elle en penchant la tête pour pincer la gorge de Dar avec ses lèvres, et elle traça un chemin vers le bas, en faisant une pause sur un point très sensible. « Tu es à moi. »

Dar sentit un frisson le long de son corps, un mélange de passion et de réaction émotive.

« Grr. » Kerry posa son menton sur la clavicule de Dar pendant une seconde, son regard dans celui de sa compagne, et elle plissa les yeux légèrement. « A moi. » Répéta-t-elle avec un sourire.

Le monde se fana autour d'elle. « Corps, c?ur et âme. » Acquiesça Dar en lui retournant son sourire. « Depuis toujours. »

Le regard de Kerry s'éclaira un peu plus.

Puis elle recommença à mordiller, surprise par un mouvement de la poitrine de Dar. « Hé. » Kerry réclama son dû sans délai, et elle entendit un petit rire quand elle appuyait son corps vers le bas, sentant la chaleur grandir entre elles.

Dehors, une sirène hurla, accompagnée d'un crescendo de klaxons, qui semblèrent curieusement appropriés au moment.

* * * * *