MOVING TARGET par Melissa Good

CIBLE MOUVANTE

Partie 13

Traductrice : Gaby

Chapitre 26

Kerry observait attentivement son reflet dans le miroir en attachant une boucle d'oreille en jade. La couleur ne correspondait pas seulement à ses yeux, elle complimentait également la robe vert océan qu'elle portait, et elle recula pour évaluer l'effet de la combinaison avec un grognement satisfait.

« Quelque chose ne va pas ? » Dar apparut derrière son épaule en lui jetant un coup d'œil curieux.

« Non... sauf que c'est la deuxième fois cette semaine que nous devons nous saper. » Répondit sa compagne. « Et c'est déjà beaucoup moins amusant que la première fois. »

« Hé. » Dar haussa une épaule. « De la façon dont je le vois, on reste un petit moment et ensuite on s'en va. Rien ne dit que nous devons y passer la nuit. »

Kerry glissa l'autre boucle à son oreille en hochant la tête pour lui signifier son accord. Elle avait des nœuds  dans l'estomac, vu que ça allait être la première fois qu'elle allait revoir Michelle et Shari depuis que... et bien, depuis qu'elle leur avait posé un lapin.

Il n'y avait vraiment aucun autre mot.

Elle leur avait posé un lapin, et déclenché une bataille de nourriture menée par son personnel. Kerry en gloussa presque. « Okay. » Dit-elle. « Alors on pourrait revenir ici – que dirais-tu d'un petit plongeon dans la piscine en rentrant ? Je parie qu'on sera en sueur juste le temps de faire l'aller-retour. »

« Ça me va. » Dar finit d'attacher son collier. « J'ai besoin de prendre mes gants de boxe ? Ou tu crois qu'elles seront civilisées ? »

Kerry se laissa aller à quelques moments de fantaisie en imaginant Dar dans sa robe fourreau de soie noire en train de tabasser les ennemis de Telegenics avec ses mignons petits gants de boxe qu'elle utilisait pour ses cours. « Héh. »

« C'est un oui ou un non ? »

« C'est un 'j'aimerais qu'elles soient méchantes'. » Admit Kerry. « Bon, okay. Tu veux que je conduise ? »

« Bien sûr. »

Kerry traversa le salon, mimant les mouvements de boxe en marchant. « Bam... bam... bam... » Elle s'arrêta en arrivant devant la porte d'entrée et elle pencha la tête sur le côté. « Ça pourrait être bien si on pouvait y aller en moto, non ? Ça serait sympa. »

Dar s'arrêta. Elle s'appuya contre la porte et regarda Kerry de haut en bas. « Chérie, pense une minute à comment tu te tiens  sur la moto. » Dit-elle. « Si tu penses que je vais donner à tout le centre-ville de Miami une vue pareille, tu es folle. »

Kerry sembla perplexe, puis elle baissa les yeux. Un gloussement. « Oh. » Murmura-t-elle. « Ouais... je vois ce que tu veux dire. »

Dar ouvrit la porte et fit un geste vers l'extérieur. « Les exhibitionnistes d'abord. »

« Nanana. »

* * * * *

La jetée 12 semblait assez peu festive alors qu'elles montaient la volée de marches vers l'accès au port. Dar tendit leurs invitations à la réceptionniste en costume blanc et attendit que la femme ait vérifié leurs noms sur sa liste, puis elle leur fit un bref signe de la tête en les laissant passer.

Un regard aux banderoles lui montra que Quest n'était pas tout à fait l'hôte généreux qu'il prétendait être. Il était clair que les dépenses  de la fête avaient été prises en compte par le Port, ce qui concordait avec ce que Kerry lui avait dit sur le fait qu'ils étaient très contents de faire des affaires dans cette période de creux.

Elles montèrent l'escalator jusqu'au deuxième niveau, où des tables poussées contre les murs regorgeaient de nourriture variée. Un bar était disposé à chaque extrémité de la pièce, et ils étaient tous les deux très entourés par les pique-assiettes en costumes qui voulaient profiter de l'alcool gratuit.

Dar repéra Michelle et Shari au bar le plus éloigné, et elle dirigea Kerry vers le plus proche, en se disant qu'il n'y avait aucune raison de commencer un pugilat avant même d'avoir pu prendre une bière.

Quest les approcha juste au moment où elles atteignaient le bar, et il semblait très content de lui-même. « Bonsoir, mesdames. » Les accueillit-il cordialement. « Je suis heureux que vous soyez là. »

« Merci. C'était gentil à vous d'organiser ça. » Répondit Kerry. « Je réalise que nous sommes tous en compétition, mais le but du projet est de vous donner une solution que vous pourrez utiliser, et que nous pouvons réaliser. » Dit-elle. « Et puis nous sommes tous des adultes, pas vrai ? »

Dar lui tendit une bière fraîche, versée dans une chope relativement froide.

« Exactement. » Acquiesça Quest. « Je suis très content que vous ayez décidé de jeter un œil là-dessus. » Il se tourna légèrement et commanda un verre au bar, puis il s'y appuya pour se retourner vers elle. « Surtout depuis qu'un de nos candidats a décidé de capturer tout le processus sur vidéo. » Dit-il en faisant un signe derrière elles.

Kerry tourna la tête et vit un caméraman et son assistant dans le coin opposé. « Pourquoi est-ce que vous les avez laissé faire ? » Elle se retourna vers Quest. «  Je pensais que vous vouliez garder profil bas. »

L'homme haussa les épaules. « Une fois que c'est dit, c'est dit. Pas besoin de le cacher plus longtemps. » Dit-il. « Et comme ça, on a une bonne pub gratuitement. Qu'est-ce que je peux vous dire de plus ? »

Pratique. Dar l'accorda en silence. « Vois ça comme ça, Ker. Un jour tu finiras par te voir sur Discovery Channel. »

« Travel Channel. » La corrigea Quest succinctement. « Ils ont déjà signé. Mon personnel apprécie. »

Dar l'étudia. « Ça met beaucoup de pression sur Telegenics pour gagner l'offre. » Dit-elle d'un ton détaché. « D'un autre côté, c'est de la télé-poubelle, non ? Il n'y aura pas de fin heureuse pour le petit gars. »

« Vous croyez ? » Quest inclina son verre vers elle, puis il s'éloigna en direction de l'équipe de journalistes.

Kerry s'éloigna légèrement du bar, Dar sur les talons. Elles s'arrêtèrent toutes les deux dans un endroit relativement vide, et elles étudièrent la salle. « Hmm. » Dit Kerry. « Pourquoi est-ce que ce truc devient toujours plus dégoûtant à chaque fois qu'on s'en approche ? »

« Terrain glissant » Dar se détourna de la proéminente table remplie de salade. « Allons voir ce qu'on a là-bas. » Elle poussa Kerry du coude vers la table des petits fours. Et à mi-chemin, elle se rendit compte qu'elles avaient été repérées par Michelle et Shari, mais elle continua à marcher, une main posée sur le dos de Kerry quand elles atteignirent la table. « Ker ? »

« J'ai vu. » Kerry étudia ses choix. « Oh, regarde, chér... plein de petites armes en puissance. Je parie que ces petites bouchées de pommes de terre voleraient vraiment bien. »

« Retiens-toi, Jesse James. » Dar lui tendit une assiette. « Peut-être que ça va être civilisé. »

« Peut-être que notre chienne va apprendre à voler. »

Dar tendit son assiette au serveur en uniforme et l'observa placer plusieurs petits canapés dedans. Dans sa vision périphérique elle capta l'arrivée de leurs adversaires et elle prit un moment pour évaluer les différentes réponses possibles avant de se tourner pour que leurs regards se rencontrent. « Bonsoir. » Elle se décida pour un signe de tête poli.

Les épaules de Kerry se tendirent visiblement avant qu'elle lève les yeux. Elle leur rendit simplement leur regard fixe, et elle laissa Dar faire le travail de communication pour elles deux.

« Bonsoir. » Répondit Michelle, en prenant une inspiration pour continuer. Mais après une seconde, sa mâchoire se referma et elle se contenta de ramasser son assiette avant de continuer son chemin.

Shari leur lança un regard furieux. Dar baissa légèrement la tête et sa posture changea très subtilement jusqu'à ce que son regard prenne un air glacial.

Le caméraman de l'équipe de journalistes se rapprocha pour se concentrer sur elles, et avec un tic nerveux sur les lèvres, Shari se tourna à son tour et continua son chemin, leur coupant la route pour se saisir d'une assiette.

Kerry sourit aimablement au caméraman. « Bonjour. »

« Bonjour ! » L'homme lui rendit son salut joyeusement. « Alors, qu'est-ce que vous pensez de la fête ? »

« Jusque-là c'est charmant. » Dit la jeune femme. « J'espère que ça va continuer dans cette voie. » Ajouta-t-elle d'une voix juste assez forte pour qu'elle porte.

Aucune de leurs adversaires ne se tourna, mais elles se raidirent toutes les deux.

L'homme partit pour suivre Shari et Michelle, suivi par un autre homme, qui parlait dans un micro.

Kerry attrapa une sorte de feuilleté dans l'assiette de Dar et le porta à sa bouche pour le mâcher d'un air pensif. Après une seconde, elle s'arrêta, une expression bizarre sur le visage, et elle se rinça la bouche avec une gorgée de bière. « Qu'est-ce que c'est que ça ? »

« L'établissement de la dominance primate comme un vestige de notre lignée biologique. » Répondit Dar succinctement. « Ou tu parlais des champignons épicés et des anchois ? » Ajouta-t-elle. « Merci de goûter pour moi, à propos. »

Kerry digéra les deux informations, et regretta d'avoir avalé la première. Elle prit une autre gorgée de bière pour effacer le goût dans sa bouche, et l'avala. « Ouk, ouk. »

« Moi Jane, toi Jane, tu sais ce que c'est. » Dar paraissait amusée. « Allons parler avec les gens de Cangen. Je pense que celui avec le pantalon en velours travaillait pour nous. »

« Du velours en plein été ? » Marmonna Kerry en suivant sa compagne à travers la pièce. « Je parie qu'il n’a pas travaillé pour nous longtemps. »

* * * * *

Avec sa chance, ça serait encore une fois les toilettes. Kerry se retrouva face à face avec Michelle au moment où elle s'approchait de l'évier pour se laver les mains. La femme rousse était vêtue d'une robe de cocktail couleur caramel, qui, sans mentir, ne la flattait pas du tout. « Salut. »

« Salut. » Répondit Michelle. « Je dois vous avouer, Kerry, vous m'avez surprise. »

Kerry se concentra sur son lavage de mains. « J'ai fait ça ? » Demanda-t-elle.

« Oui. » Michelle s'appuya contre l'évier et elle attendit que l'autre femme qui se lavait les mains ait fini et sorte pour continuer. « Je pensais que vous étiez civilisée. »

« Ah. » Kerry se redressa et attrapa une serviette. « Et bien, vous savez, la plupart du temps, je le suis. » Elle fit face à la femme rousse. « Mais vous m'avez tapé sur les nerfs à tel point que j'ai perdu ma capacité à être civilisée avec vous. Ce n'est pas honteux ça ? » Elle lança la serviette en papier dans la poubelle toute proche et sortit. « Bonne soirée. »

« Kerry. »

Michelle était, il faut l'avouer, très persistante. Kerry débattit pendant un moment, puis elle s'arrêta et attendit. « Oui ? »

« Je sais que vous pensez qu'on vous déteste... »

« Non. » Kerry l'interrompit fermement. « Ce n'est pas du tout ce que je pense. Je pense que votre associée déteste Dar, et vous feriez toutes les deux n'importe quoi pour nous battre. Je ne suis pas contre la compétition – mais je n'ai pas envie de faire bonne figure. Que ce soit clair. »

Michelle croisa les bras sur sa poitrine. « On peut rivaliser sans être ennemies. » Suggéra-t-elle. « Je sais qu'il y a une histoire entre Shari et Dar, ce n'est pas la question. Mais vous et moi avons toujours été correctes. »

« Jusqu'à ce que vous commenciez à nous jouer de sales tours. »

Michelle haussa les sourcils. « Dit la femme qui a envoyé des voyous de son bureau pour m'attaquer ? »

Le qualificatif utilisé pour décrire leur personnel frappa Kerry de façon tristement drôle. « Elles n'étaient pas là pour ça. » Dit-elle à Michelle. « Elles voulaient simplement vous dire que je ne viendrais pas. »

« C'est votre manière d'envoyer un message ? » Contra l'autre femme, avec une touche de sarcasme dans la voix.

« Non. » Kerry se tourna et ouvrit la porte. « Je ne les ai pas envoyées. Je vous aurais laissée vous installer et prendre racine. » Elle sourit une dernière fois et elle sortit.

Michelle resta tranquille pendant un moment, ses sourcils haussés haut sur son front. « Ça c'est une surprise. » Murmura-t-elle pour elle-même. « Je présume que la méthode diviser pour mieux régner n'est plus d'actualité. » Avec un signe de tête, elle sortit des toilettes et traversa la pièce.

Kerry était devant elle, traversant la pièce vers l'autre extrémité, où elle aperçut Dar et Shari qui se faisaient face, la silhouette imposante de Dar dans une attitude clairement agressive.

Michelle soupira fortement. « Oh, merde. » Elle accéléra le pas, puis, tout aussi soudainement, elle ralentit l'allure. « Tu sais quoi ? » Dit-elle. « Au diable tout ça. Si elle ouvre encore sa grande gueule, laisse-la assumer les conséquences cette fois-ci. J'en ai assez. » Avec un hochement de tête elle se tourna ses talons de huit centimètres, et se dirigea vers le bar. « Le chili était de trop pour cette rousse. »

* * * * *

Kerry se retrouva aux côtés de Dar au moment où sa compagne disait quelque chose que Kerry espéra n'avoir aucun rapport avec les origines biologiques de Shari. « Hé. » Elle posa une main sur le côté de Dar.

« Désolée, c'est juste du vent. » Répliqua Dar d'un air crispé, avant de jeter un œil sur le côté. « Pas toi. »

« Pour toi, donner à un client une solution à prix cassés, c'est du vent ? Parce qu'on peut le faire moins cher que vous ? » Contra Shari.

« Parce que ça ne marchera pas. » Dit Dar. « Pas sur le long terme. Il n'y a aucun logiciel qui ne peut pas être piraté ou modifié sans un microprogramme qui le configure. »

« Oh, ce sont des conneries. »

Dar refusa de perdre son sang-froid. « Non, ce n'est pas des conneries, c'est la technologie qui est comme ça. Les ingénieurs le savent. » Elle échangea un léger signe de tête avec son homologue d'une autre compagnie. « Si vous voulez avoir un véritable contrôle sur le processus, vous devez le  contrôler dès la machine. »

« Mais le matériel coûte plus cher. » Argumenta Shari.

« Les coûts de réparation coûtent plus que tout ce que vous pourrez payer pour réussir. » Dit Dar. « Si vous l'ignorez, vous mettez vos clients en échec. » Continua-t-elle. « Un exemple. Un client monte une nouvelle application en production, dont l'utilisation du lien de la bande passante n'a jamais été quantifiée. »

« Ce n'est pas mon problème en tant que pourvoyeur de réseau. » Dit Shari. « Je vends un service et un tuyau. »

Les yeux bleus de Dar étincelèrent de joie. « C'est la différence entre être un associé et un vendeur. Je ne me contente pas de vendre des tuyaux. »

« Non. » Shari ne manquait pas une occasion de répondre, tout à fait consciente du caméraman concentré sur elles. « Vous vendez l'assurance en prime, et cher. »

L'homme à qui Dar avait parlé plus tôt s'introduisit dans la conversation d'un geste de la main. « Ouais, mais c'est comme les sous-vêtements propres. Vous n'en avez plus une seule paire, et vous finissez forcément par en avoir besoin. » Dit-il. « Je ne suis pas pour tous les suppléments que vous proposez, Dar, mais il doit forcément y avoir un minimum d'assurance. Je ne fais jamais confiance à une seule pièce pour être la seule solution. »

« C'est une façon originale de le dire, Don. » Dit Dar avec un sourire.

« J'ai vu plus de logiciels se planter que de serveurs, madame. » Il haussa les épaules d'un air impénitent. « Je n'ai pas l'intention d'engager un bluffeur qui me fera faire des nuits blanches juste pour avoir un contrat. »

L'assistant du caméraman grimaça un peu au langage utilisé, mais il fit signe à son associé de continuer à filmer.

« Ça n'a rien à voir avec du bluff ! » S'indigna Shari. « C'est simplement de ne pas proposer le modèle dernier cri, plus performant et bien plus cher à des gens qui n'en n'ont pas besoin ! »

« Mais pourquoi on ne pourrait pas leur offrir une technologie dernier cri ? » Demanda Kerry. « Ce n'est pas le plus important ? » Elle fronça les sourcils. « Vous discutez tous comme si l'utilisation du dernier modèle le plus performant était un handicap. Allô ? Je vous rappelle qu'on est dans le business de la technologie. Ça change toutes les dix minutes. Si tous les clients veulent une solution à l’ancienne, laissez-les aller voir Au Juste Prix. »

« Vous êtes folle ? » Shari s'adressa directement à elle. « Les gens veulent la solution la plus bon marché le plus vite possible. Ils ne veulent pas être à la pointe. »

« Non, mais nous, nous leur proposons. » Reprit Dar calmement. « Tu as tout faux, Shari, comme d'habitude. Les gens ne veulent pas une solution bon marché, ils veulent la solution la plus économique pour eux. »

Shari leva les yeux au ciel. « Ah oui, Professeur Roberts qui a probablement à peine le niveau d'anglais d'un étudiant en première année. Je vois la différence. »

« ILS ne me paye pas pour écrire des essais. » Dar gardait toujours son calme. « Mais si tu ne vois pas la différence entre économique et bon marché, ça expliquerait certaines choses quand les compagnies à qui vous vendez des solutions bon marché qui tombent en morceaux viennent trouver une vraie compagnie de technologie pour avoir une solution. »

« Tu t'y crois. »

« Non, ILS me paye pour faire des analyses approfondies et les mettre à jour. Je ne m'y crois pas. Je le sais. » Répondit Dar simplement.

Le caméraman semblait complètement absorbé par l'échange, il faisait passer sa caméra de l'une à l'autre. Il s'attarda sur Dar. Elle le remarqua et tourna légèrement la tête pour regarder directement dans l'œil unique. Elle fit un clin d'œil et sourit inopinément. « Maintenant souvenez-vous, je suis la mauvaise fille. »

L'assistant lui sourit en retour et lui fit un signe 'okay' de la main.

Shari jeta un coup d'œil autour d'elle, mais apparemment elle ne trouva pas ce qu'elle cherchait. « Bien, nous verrons bien assez vite laquelle d'entre nous avait raison. » Dit-elle. « Excusez-moi. »

Dar la regarda partir, et elle ressentit une vague de triomphe personnel de ne pas avoir laissé les remarques de Shari la mettre en colère. En apparence du moins. Elle prit une profonde inspiration, et elle sentit Kerry bouger pour se rapprocher légèrement d'elle, la chaleur du corps de sa compagne réchauffant doucement son côté gauche.

Est-ce que Kerry comprenait ce qu'elle ressentait ? Dar relâcha lentement le souffle qu'elle avait retenu jusque-là, et elle reporta son attention vers le sujet de la discussion de Don qui parlait maintenant des nouvelles normes de l'IEEE. Le caméraman était toujours là, à vérifier son matériel, et son assistant en profita pour les approcher.

« Eh bien, ça c'est une bonne prise. » Dit l'homme. « Je pense que c'est ce que j'ai fait de mieux depuis longtemps... Ms. Roberts, ça vous dérange si je vous pose quelques questions ? »

« Et bien... »

« Seulement quelques-unes. » La rassura l'homme. « Allons par là-bas, c'est plus tranquille. »

« Allez, chef. » Kerry la poussa un peu. « Je vais aller te chercher des recharges. » Elle prit le verre et l'assiette de Dar.

Dar lui lança un bref regard incertain, puis elle haussa les épaules et indiqua au caméraman de passer devant. « Je ne peux pas vous garantir que je vais vous répondre, mais vous pouvez toujours me demander. »

Kerry attendit qu'ils se soient éloignés avant de revenir vers les tables en pensant à ce qui venait de se passer. Dar avait gagné l'échange, réalisa-t-elle, et sans se rendre malade. Elle avait également impressionné les gens de la télévision, et elle avait su utiliser son charme à très bon escient.

Wow. Kerry tendit au barman son verre vide. « Est-ce que je pourrais avoir un... hum... » Une bière ? Un scotch ? Quelque chose de cocktailisé pour fêter la nouvelle image que Dar avait d'elle ? Elle se pencha en avant et appuya ses mains sur le bar. « Est-ce que vous avez du lait ? »

Le barman s'arrêta au beau milieu de son geste alors qu'il servait un verre de vin et leva les yeux vers elle. « Du lait ? »

« Du lait. »

Il finit de remplir le verre et le tendit à une femme qui attendait. « Hum... ouais... » Il se mit à chercher sous le bar avant de se relever. « Vous êtes sûre que vous ne voulez pas... hum... un Shirley Temple ou autre chose ? »

« Du lait. »

« J'ai de la bière brune si vous souhaitez. » Offrit l'homme avec une persistance polie.

« Du lait. » Répéta Kerry. « Ne me faites pas partir à la recherche d'une ferme. »

« Okay. » L'homme renonça gracieusement et lui servit le verre de lait froid demandé. « Voici. » Il lui tendit. « Je ne discute pas avec une femme qui a un serpent sur la poitrine. »

Kerry faillit donner un bain de lait à son serpent, mais elle réussit à resserrer sa prise sur le verre et elle se dirigea vers les tables de nourriture, avec l'intention de trouver quelque chose d'approprié pour aller avec.

* * * * *

Dar s'assit à l'une des petites tables de l'autre côté de la pièce, et elle tripota la serviette de table alors que le journaliste la rejoignait.

Il commença par lui tendre la main. « Tout d'abord, je ne pense pas que nous nous soyons déjà rencontrés. Je m'appelle Derren Eschew. »

Dar lui prit la main avec précaution et la serra. « On doit souvent vous dire 'à vos souhaits' pas vrai ? »

Derren gloussa. « Oh ouais. » Dit-il. « A vos souhaits, santé, vous voulez un mouchoir, prenez une pastille pour la toux... J'ai dû entendre ça six millions de fois depuis l'école primaire. » Il s'installa sur sa chaise une fois qu'ils se furent lâché les mains. « Vous aussi vous avez un nom plutôt inhabituel, non ? »

« Roberts ? » Dar plissa légèrement le front. « Pour Miami, c'est sûr. »

« Héhéhé... Je parlais de votre prénom. » Clarifia Derren. « C'est le raccourci de quelque chose ? »

« Je n'ai jamais été raccourcie pour quoi que ce soit. » Répondit l'interviewée. « Non. C'est juste Dar. »

L'homme ouvrit un petit bloc-notes et en étudia le contenu. « Vous vous caractérisez vous-même comme une mauvaise fille. » Il leva les yeux vers elle. « Pourquoi ? »

Dar fit une pause avant de répondre, considérant ses mots. « Vous filmez Telegenics comme étant les gentils. » Dit-elle. « Alors je suis la mauvaise fille. »

« Paaarce que... c'est une petite compagnie qui lutte pour garder la tête hors de l'eau et que vous êtes les géants de la technologie ? » Hazarda Derren. « Comme dans David et Goliath ? » Dit-il. « Ils ont travaillé vraiment très dur pour avoir des contrats dans un domaine que vous semblez posséder. Ce n'est pas vrai ? »

Dar posa son menton sur son poing. « Non. » Répondit-elle. « Ce n'est pas vrai. Nous n'avons que les contrats que nous gagnons, et malgré l'opinion contraire de Telegenics, nous avons gagné des contrats en proposant les meilleures options aux compagnies qui signent avec nous. »

« Mais c'est en train de changer. » Derren tourna une page et prit des notes.

« C'est vrai ? »

L'homme arrêta d'écrire et leva les yeux. « Vous n'y croyez pas ? »

Les yeux bleus attentifs se concentrèrent sur lui. « Je pense que c'est une économie très serrée et ils profitent des compagnies qui cherchent à faire des économies à n'importe quel moyen pour les tenter avec une économie à court terme. » Exposa-t-elle doucement. « Et que ce soit le meilleur choix pour eux reste encore à voir. »

L'homme écrivit d'autres notes. « Naturellement, vous ne le pensez pas. » Dit-il.

« Naturellement. » Dit Dar avec un sourire dans un éclair de dents blanches. Elle baissa les yeux vers la table, puis elle tourna la tête sur le côté quand elle sentit la présence de Kerry qui approchait. Sa compagne portait un verre et une assiette, et quand leurs regards se croisèrent, Kerry lui sourit chaleureusement.

« Votre compagnie fait beaucoup de choses pour le gouvernement. » Derren reprit son attention. « Ce n'est pas vrai ? Du travail militaire ? »

Dar hocha la tête.

« Je parie que vous êtes heureuse que la politique du ne rien dire, ne rien demander' s'étende aux contractants, hein ? »

La question prit Dar par surprise, et elle imagina plusieurs réponses potentielles pendant une seconde ou deux alors que Kerry posait le verre et l'assiette et qu'elle prenait le siège à côté d'elle. « Pourquoi ? » Elle pencha la tête. « En dépit de ce qu'on vous a dit, les sociétés, mêmes les plus grosses comme la mienne, sont asexuées. »

Kerry n'entendit que le asexué. Elle se crispa un peu en lançant un regard perplexe à sa compagne. « Je pars te chercher un verre, et quand je reviens tu es en train de parler de sexe ? Je pensais que c'était pour Travel Channel ? »

Derren s'appuya sur un coude. « Alors ça ne vous gênerait pas de travailler avec un groupe de GI qui adorerait vous botter les fesses ? »

Kerry se pencha vers lui. « Ça vous dérange, vous ? » Demanda-t-elle. « Vous avez répondu quand on vous a interrogé, c'est ça ? »

Une expression prudente traversa le visage de l'homme, et il se redressa et s’éloigna de la table. « Nan, je me demandais juste. Les politiques et les contrats font des associations étonnantes parfois, c'est tout. » Il se leva et ferma son bloc-notes. « C'était très agréable de discuter avec vous, Ms. Roberts. J'espère que nous pourrons avoir d'autres discussions. » Il tendit la main et serra brièvement celle de Dar. « Bonsoir. »

Il s'éloigna, en emmenant son caméraman avec lui.

Dar observa son verre. « Tu m'as pris du lait. » Commenta-t-elle.

« Et des cookies. » Kerry poussa l'assiette vers elle. « Tu passes une bonne soirée ? »

« Sacrée question. » Dar prit une gorgée de lait. « Sacrée question, Kerry. Il y a quelque chose qui cloche dans tout ça. Je manque quelque chose. »

Elle fit tambouriner ses doigts sur la table. « Je manque quelque chose. »

* * * * *

A suivre.