PARTIE V : Tout est fini

 

Chapitre 1 :

Il ne fallut que deux heures à Tia et Lex pour prendre conscience de la disparition de leurs enfants. La mercenaire ne perdit pas de temps et contacta immédiatement les autorités de la ville, qui l'informèrent que David avait été admis à l'hôpital dans des circonstances étranges. Ils connaissaient les deux femmes depuis la première séparation entre David et Lara. Leurs disputes et réconciliations avaient très souvent dégénéré.

Elle avait ensuite téléphoné à Karl pour lui demander, comme une faveur, la surveillance des aéroports et des gares.

Il avait accepté bien sûr, même s'ils ne se voyaient plus aussi souvent que pendant leur jeunesse, ils se considéraient toujours comme frère et sœur. Mais il la prévint que cela risquait de prendre un peu de temps car il allait lui-même devoir demander le retour de faveur pour se faire.

Tia le savait mais cela ne l'empêchait pas d'en être agacée. Elle ne perdit pas son temps à se lamenter et s'inquiéter pour autant et, laissant Lex et Enyalios s'occuper des détails du plan qu'elle avait élaboré quelques temps plus tôt, partit à l'hôpital avec Linya. Une discussion s'imposait concernant les « circonstances douteuses » de l'accident de David.

Malheureusement, pour raisons médicales les deux femmes n'eurent pas le droit de rendre visite au jeune homme. Tout ce qu'elles purent obtenir des médecins étaient que sa vie n'était pas en danger, qu'il souffrait terriblement et était si choqué qu'il n'avait pas prononcé un mot depuis son admission.

Bien qu'ils n'aient pas été évoqués, elle ne doutait pas que les jumeaux étaient impliqués dans l'accident. Elle ne croyait pas aux coïncidences. Elle espérait juste que ses enfants n'étaient pas blessés.

L'instinct maternel de Tia la poussait à partir immédiatement mais son côté guerrier l'obligeait à patienter. La vie des jumeaux n’était pas en danger immédiat sinon elle aurait déjà retrouvé leurs corps et du reste, Ashee avait besoin d'eux vivants jusqu'à la venue du dévoreur. Elle savait que c'était Ashee qui les avaient enlevés, elle ne les voyait pas fuguer, pas après tout ce qu'ils avaient traversé ensemble. Et puis il n'y avait pas de raison qu'ils le fassent si soudainement. Donc c'était le fait de la Chamane.

Elle devait connaître les circonstances de leur enlèvement, les méthodes qu'Ashee avait utilisées et si les jumeaux avaient été blessés. Elle sentait quelque chose, elle ne savait pas précisément quoi, mais quelque chose était étrange dans cet enlèvement.

Ses instincts guerriers entraient en permanence en conflit avec ses désirs maternels. Elle devait connaître la situation pour planifier la suite mais elle souhaitait aussi se jeter à la poursuite de la femme qui avait osé lui prendre ses petits et il lui était difficile de contrôler ces violentes émotions. Mais l'ajustement se trouvait être plus difficile à faire que prévu. C'était certes familier mais comme tout ce qui n'était pas utilisé depuis longtemps, rouillé également. L'habitude n'était plus là et elle devait fournir un effort conscient pour rester raisonnable.

La présence de Linya l'y aidait beaucoup. La Louve avait eu raison de vouloir la garder à ses côtés. Il ne s'agissait pas d'amour, en ça Lex avait également bien analysé la chose. Linya lui permettait de mettre en sourdine certaines émotions en la poussant à la réflexion, à la rigueur.

Mais cela réveillait aussi ses sentiments pour elle et le manque, ce besoin de la toucher, de faire des projets d'avenir, de parler de leur famille, s'ajoutait à celui, plus brut et violent qu'elle ressentait pour Lex. Cela l'exacerbait même. Auparavant, Linya faisait barrage à son avenir avec Lex, elle reportait sur elle le besoin lancinant qu'elle avait d'être avec son âme-sœur. Elle ne le pouvait plus désormais.

Et elle devait se débattre avec l'envie de tout envoyer balader et de juste prendre Lex. Le lien qu'elle partageait lui permettait de sentir tout l'amour et les sentiments que la jeune femme ressentait pour elle et elle avait dû l'obstruer partiellement pour ne pas se laisser affecter par eux et filtrer en même temps ce que Lex pourrait comprendre des siens.

Bien qu'elle soit plus assurée, certaines craintes étaient toujours présentes et la colère de l'abandon n'était pas apaisée. Mais elle savait que tout ceci n'était que temporaire, elle et Lex se remettraient ensemble, c'était inévitable. Elle devait juste trouver un moyen de passer par-dessus sa colère et trouver une façon de faire comprendre à Lex qu'il était dans son intérêt de ne plus jamais la quitter d'un pas.

Après la défaite d’Ashee, elle avait l'intention de s'atteler à la seule chose qui comptait vraiment, la recherche d'une solution concernant leur réunion dans l'au-delà. Elle comptait bien faire appel à d'anciennes connaissances pour cela. Elle ne doutait pas de parvenir à définir un consensus avec Aphrodite, Arès ou Zeus, pour peu qu’ils participent encore à la vie des mortels comme ils en avaient l'habitude des siècles plus tôt.

Elle et Lex n'avaient pas défié les Dieux, l'espace et le temps, se retrouvant vie après vie, sacrifiant tout sans hésiter, pour se retrouver séparées après leur dernière existence ! Ce n'était pas seulement hors de question, c'était impensable. Elle ne le permettrait pas.

Ce fut une Tia à la volonté raffermie qui se présenta de nouveau deux jours plus tard à l'hôpital. David pouvait enfin recevoir de la visite et le temps était compté. Elle n'avait pas encore la localisation exacte de la chamane mais cela ne tarderait plus. Et à la seconde où elle saurait où aller, elle partirait, avec tous les éléments en main ou non. La mère en elle était incapable de rester plus longtemps sans bouger. De ce fait, son côté stratège tournait à plein régime, adaptant le plan qu'elle avait eu avec toutes les nouvelles possibilités d'un départ plus précoce.

Le matin du second jour, à la première heure, Tia se présenta donc à l'accueil de l'hôpital. Elle amena avec elle Linya qui avait l'habitude de traiter avec les familles de victimes et qui sut trouver les mots leur donnant le droit de parler au jeune homme. Elle parvint même à les convaincre de les laisser seules avec lui, ce qui facilita grandement leurs questions.

Elles entrèrent dans la chambre où reposait David et Tia dut s'arrêter sur le seuil, horrifiée. Qu'était-il arrivé à David ? Qu'était-il arrivé à ses enfants ?!

                                                                       ***

Une nuit et la moitié d'une journée suffirent à la Chamane et sa troupe pour atteindre la dernière étape de leur voyage. Les jumeaux descendirent du second avion de leur périple en s'étirant, à moitié endormis.

La Chamane avait profité du premier vol pour renforcer le lien entre le Dévoreur et les jumeaux. Elle ne pouvait intervenir dans leur acceptation du Démon, mais elle pouvait appuyer sur sa présence en eux. Dans une certaine mesure bien sûr.

Le Démon avait donc été très présent dans l'esprit des deux adolescents, à tel point qu'ils avaient agi comme un seul homme durant une majeure partie du voyage. Le Dévoreur s'était ensuite retiré, extrêmement satisfait de la tournure des choses. Voyager entre les dimensions, même avec l'aide de la magie de la Chamane et en s'appuyant sur le lien mystique qui reliait Len et Lara, le fatiguait encore énormément. Et cela serait le cas jusqu'à ce qu'il soit capable de mettre un pied physique dans ce monde.

Dans le second avion, un avion privé que la Chamane avait « emprunté », tout le monde était tombé endormi, épuisé par les derniers événements.

A présent, ils se trouvaient devant un 4x4 gigantesque, loué par un des hommes de la Chamane, un de ceux qu'elle avait acquis à sa cause bien avant qu'elle ne mette la main sur la tribu qu'elle dirigeait maintenant. Elle avait besoin de personne comme lui, plus « civilisé ». Des personnes au fait des technologies de ce monde, qui savaient comment marchait les sociétés d'aujourd'hui.

Anhila dirigeait également un réseau de drogue dont les gains permettaient à la Chamane de faire tout ce dont elle avait besoin pour mener à bien son projet.

Elle le salua en arrivant et il fit de même en lui ouvrant la porte. Il allait les conduire à travers le désert jusqu'au lieu où elle avait déplacé sa tribu en prévision de la contre-attaque de Tia. Il reviendrait ensuite chercher la milice qu'elle avait engagée pour l'occasion et dont le travail serait de protéger les abords du village ainsi qu'elle et les jumeaux.

Cette milice coûtait cher mais elle avait mis de côté en prévision de ce jour pendant des années. Elle n'avait œuvré que dans ce but.

Les jumeaux et Sahel montèrent à l'arrière pendant qu’Anhila faisait le tour du véhicule pour se mettre au volant. Ashee s'installa à ses côtés et ils partirent.

La plupart du chemin se fit en silence, chacun plongé dans ses pensées. La Chamane pensait à la suite de son plan et planifiait dans le détail la façon dont elle avait l'intention d'introduire les jumeaux à la Tribu. Sahel interrogeait ses sentiments. Il était très excité par la présence des jumeaux. Cela signifiait que leur Tribu était sur le point d'accomplir leur destinée. Les guerres Tribales arrivaient à leur fin, sous peu, tout le monde serait obligé de plier devant eux !

Il était également ravi de rentrer chez lui. Certes, il n'avait plus de parent, mais il y avait des amis et ceux-ci lui avaient manqué. En dernier, comme pour venir atténuer toute cette joie, quelques doutes surgissaient au sujet de Lara.

D'après ce qu'il avait vu depuis le test dans le parc et jusqu'au somme qu'elle avait effectué dans le second avion, le démon prenait le pas sur sa personnalité. Bien sûr il avait toujours su que cela arriverait mais il n'avait pas anticipé le fait que cela lui causerait, quelque part, une certaine dose de regret.

En s'apercevant à la descente de l'avion que Lara était de retour, il s'était senti soulagé. Et lorsqu'elle s'était tournée vers lui avec un sourire incertain, son moral était remonté en flèche. Il refusait de comprendre complètement ce que cela signifiait, repoussant régulièrement ses interrogations à ce sujet.

Pour l'instant il était juste content de lui tenir la main et regardait au dehors le paysage défiler, impatient d'arriver enfin à la maison.

De son côté Lara s'accrochait à Sahel comme à une bouée de sauvetage. Len s'était refermé comme une huître et entre ça et ce qu'elle refusait de se souvenir, elle était inquiète et confuse. Elle ne voulait pas laisser les questions sous-jacentes refaire surface, les doutes remonter, elle refusait même de s'interroger sur ce qui l'attendait ou le lieu où ils se rendaient. Elle avait fermé son esprit à tout ce qui n'était pas le moment présent.

Pourtant malgré elle, des images surgissaient.

Sa mère, le jour où elle lui était apparue pour la première à l'hôpital. Son frère avait besoin d'une greffe et elle était juste... apparue. Elle était si belle, si inquiétante et si mal à l'aise... Lara avait tant attendu ce moment qu'elle en avait perdu la voix en la découvrant. Ses yeux incroyables, si bleus, si semblables à ceux de Len... Elle n'aurait pu la renier même si elle l'avait voulu.

Lex, qu'elle avait découvert le même jour. Véritable tourbillon de fraîcheur et de gentillesse, elle était un farouche défenseur de sa mère et un tampon bienvenu entre eux tous.

Ses adorables petites sœurs, deux petites boules de joie pure, d'une simplicité et d'un rayonnement sans égal. Elle les aimait d'un amour farouche et violent.

Et enfin, Frédéric, ce père adoptif qui incarnait la dévotion dans son état le plus pur, ce concept devenu obsolète, dévalorisé et quasiment disparu qu'il avait fait revivre pour eux, élevé par amour pour Tia.

Par dévotion envers elle, il s'en était occupé et par dévotion envers les jumeaux, il était resté après le retour de Tia. Et c'était pour ce même sentiment envers leur famille, qu'il s'était investi dans leur entreprise, jusqu'à y amener l'amour de sa vie, Anna, sa femme.

Lara ferma les yeux, sentant les larmes poindre. Les reverrait-elle un jour ? Frédéric qui avait mis tant de sentiments dans l'élaboration de son système de valeur serait-il horrifié par ce qu'elle avait fait ou comprendrait-il, comme il avait compris sa mère ?

Elle se tourna vers son petit ami, ne pouvant se résoudre à s'interroger plus avant et l'observa alors qu'il regardait par la fenêtre avec un enthousiasme qu'elle ne lui avait jamais vu jusque-là.

Un peu surprise, elle découvrit son excitation enfantine avec un sentiment d'affection qui l'apaisa. Elle lui serra la main et il porta son attention sur elle. Son sourire n'avait pas baissé d'un cran et il l'attira à lui, souhaitant lui faire découvrir son pays, ce pays de sable qu'il aimait depuis sa naissance et qu'il retrouvait enfin.

Heureuse de la diversion, elle l'écouta attentivement et apprécia son étreinte. Rassurée, elle se laissa bercer par le mouvement du 4x4 autant que par la voix de Sahel. Après quelques minutes à juste ressentir, elle se sentit de nouveau sereine et commença à apprécier la balade, contaminée par le plaisir évident de Sahel.

                                                                       ***

Linya ne voyait rien. Bloquée par Tia sur le seuil de la chambre, elle la poussa légèrement dans le dos en demandant :

- Il y a un problème ?

Tia secoua la tête et fit un pas en avant pour la laisser passer. Durant tout le processus, elle n'avait pas quitté David des yeux et en pénétrant dans la pièce, Linya comprit pourquoi. Elle jeta un coup d’œil à son amie et découvrit une expression à la fois horrifiée et inquiète, qu'elle s'empressa de masquer.

Retrouvant son aplomb naturel, la mercenaire hocha la tête à son intention, pour la rassurer devina Linya, et s'approcha du lit.

La Dirigeante fit de même et détailla le jeune homme qui y reposait. David avait les yeux fermés, signe qu'il se reposait. Son bras était relié à une poche de liquide transparent qu'elle reconnut comme étant une solution saline. Le visage de David était partiellement caché par des bandages. Le côté droit de son visage était le plus touché. Elle ne voyait pas son œil et espérait qu'il n'avait pas été trop abimé.

De manière générale le côté droit de son corps avait subi d’importants dommages. Son bras était entièrement recouvert par de la gaze stérile et elle devina qu'il en allait de même pour une partie de sa jambe.

Le côté gauche était moins touché. Seule sa main reposait dans les pansements.

- Le médecin a dit qu'il ne s'agissait que de brûlures au second degré. La seule qui nécessite une intervention chirurgicale est située sur son bras droit où la peau a, en partie tout du moins, complètement disparue.

- Troisième degré.

Linya hocha la tête et poursuivit :

- Il devra subir une greffe de peau et il est fort probable que son visage, comme sa jambe garde des traces de ce qui lui est arrivé mais sa vie n'est pas en danger. On doit juste éviter de soulever le plastique qui entoure son lit et lui parler de là où on est.

- Pour éviter une contamination bactérienne, je sais. Il n'est pas installé dans la bonne chambre. Ce service n'est pas à même de le soigner comme il se doit.

Linya haussa une épaule.

- Ils font au mieux mais on n’est pas dans une grande ville... Ses parents m'ont dit qu'ils le transféreront dès le début de la semaine dans un hôpital plus adapté.

Tia hésita.

- Comment le réveille-t-on ?

Une fois encore Linya haussa une épaule.

- Il est sous morphine et on ne peut pas le toucher, j'imagine qu'à moins de hurler on va devoir prendre notre mal en patience.

Contrariée, la mercenaire se mordit la lèvre avant de commencer à faire les cent pas. Linya la regarda faire puis soupira.

- Sors, tu vas me rendre dingue. Je t'appelle dès qu'il est réveillé, ajouta-t-elle en agitant son portable. Promis.

Tia hésita une nouvelle fois puis accepta la proposition. Avant de sortir elle déclara :

- Je vais téléphoner à Lex. Qu'elle prépare nos bagages et prenne des dispositions pour les jumelles. Je veux être prête à partir dès qu'on aura nos renseignements.

- Tu veux dire lorsque David aura répondu à nos questions ou quand Karl saura où se trouve Ashee ?

Tia leva un sourcil hautain et sortit sans répondre.

- C'était une vraie question, marmonna Linya vexée d'avoir été si superbement ignorée.

                                                                       ***

Quelques heures plus tard, David se réveilla enfin. Tout d'abord, Linya s'assura qu'il était capable de répondre de façon cohérente, puis elle téléphona à Tia. La grande femme ne devait pas se promener très loin car elle apparut à la porte deux minutes à peine après qu'elle eut raccroché.

Aussitôt dans son champ de vision, le pouls de David commença à s'emballer. Linya s'en aperçut et fit signe à Tia de rester où elle était.

- David ? Qu'est-ce qui passe ? Tu as mal quelque part ? Fit-elle pour attirer son attention.

Les yeux de l'adolescent se fixèrent sur elle et il sembla retrouver un semblant de calme. Linya fronça les sourcils et interrompit Tia alors qu'elle allait parler. Impatiente et légèrement déconcertée, elle s'exécuta néanmoins, ayant une totale confiance dans le jugement de son amie.

- David, lorsque je t'ai dit que Tia allait venir pour te poser quelques questions sur ce qui t'a amené ici, tu as accepté, tu te souviens ?

Elle vit le jeune homme acquiescer en avalant sa salive et Linya tenta de comprendre d'où cette peur provenait vraiment.

- Tu sais qui est Tia, n'est-ce pas ?

Les yeux rivés sur son visage, il hocha de nouveau la tête. Linya voyait quel effort il faisait pour se contenir. Les muscles tendus, il devait souffrir le martyr ainsi, pourtant il préférait cette douleur à tout autre sentiment qu'il tentait de retenir sans y parvenir complètement.

Elle réfléchit quelques minutes en tentant d'ignorer l'impatience grandissante de Tia. Elle sentait qu'il ne répondrait pas aux questions qu'elles se posaient. Tout du moins, pas directement. Non pas qu'il veuille cacher quelque chose, ni même, elle le sentait, qu'il se taise pour protéger quelqu'un. Non, il semblait juste trop terrifié pour le faire et aussi... elle ne parvenait pas à mettre le doigt sur ce sentiment qu'il dégageait tout en sentant qu'il était la clé pour comprendre la raison de sa présence ici.

- David... les jumeaux ont disparu au moment où tu te faisais agresser...

Elle ne termina pas sa phrase, choquée par le tressaillement violent et le regard de pure terreur qu'il lui jeta. Un gémissement lui échappa et elle fit un pas en avant, la main levée dans sa direction. Elle ne pouvait passer la barrière de la bulle en plastique laissé autour de lui mais elle y posa sa main et dit, doucement :

- Tout va bien David. J'ai compris, tout va bien ne t'en fais pas. Juste concentre-toi sur ta respiration, d'accord ? Je reviens tout de suite.

Puis elle se retourna et rejoignit Tia.

- Je vais rester avec lui et finir de lui poser nos questions mais pour son bien, il vaudrait mieux que tu partes. J'ai suffisamment vu de cas comme le sien pour te dire qu'il est traumatisé et que cela à un rapport avec tes enfants. Il fait de gros effort pour nous répondre malgré cela mais tu es trop étroitement liée à eux dans son esprit pour qu'il puisse nous donner les réponses dont on a besoin.

Linya vit l'inquiétude assombrir le regard de Tia et lui prit la main pour la réconforter.

- Je sais que cela t'ennuie mais je pense qu'il ne dira rien en ta présence. Je peux te téléphoner et te laisser écouter. Tu me transmettras tes questions par sms, qu'est-ce que tu en dis ?

Tia fit un effort sur elle-même et acquiesça.

- Cependant les questions trop directes, je ne pense pas qu'il pourra y répondre. Donc réfléchis bien à ce que tu souhaites savoir et trouve des questions qui pourront t'amener la réponse sans que cela ne soit trop lié aux jumeaux.

Tia hocha la tête et pressa sa main avant d'hésiter et demander :

- Tu penses qu'ils vont bien ? Quand je vois son état..., fit-elle en jetant un coup d’œil nerveux à David.

- Je ne sais pas...

Linya n'osait pas dire à Tia qu'elle était persuadée qu'ils allaient bien car elle était quasi-certaine que c'était les jumeaux les responsables de l'état de David. Ses réactions à leur mention montraient l'évidence.

Elle regarda la mercenaire sortir de la pièce et se retourna vers l'adolescent. Le sentiment qu'elle ne parvenait pas à nommer tout à l'heure l'avait frappé lorsqu'il avait laissé échapper un gémissement.

L'horreur. Il était horrifié autant que terrorisé. Et l'horreur provenait toujours de quelque chose que notre esprit ne pouvait concevoir. David était ami avec Len, c'était même un de ses meilleurs amis et Lara... de ses propres mots, c'était l'amour de sa vie. Et même si Linya avait toujours pensé qu'il était bien trop jeune pour en être certain, lui en était persuadé et cela suffisait.

Elle commença à poser ses questions et en eut rapidement la confirmation. Il ne s'attendait pas à être attaqué par Lara et Len. Il ne s'attendait pas à être si gravement touché ni au carnage dont le parc avec été le théâtre mais plus que tout, il lui avait été inconcevable de penser qu'un jour Lara puisse le faire souffrir aussi violemment avec une joie et un manque de remords si profond qu'il en était en cet instant encore, imprégné de terreur. Et ce n'était pas les pouvoirs qui l'avaient traumatisé non, bien qu'il en confirme la présence, Linya comprit à sa façon de parler, ou plutôt d'éviter de dire le nom de Lara, combien le fait que cela ait été elle qui l'avait blessé l'avait choqué. Ça plus le plaisir évident qu'elle en avait tiré.

Pourtant lorsqu'elle se leva pour partir, il tourna vers elle un visage empreint d'inquiétude. Non pour lui mais pour Lara.

- Vous pensez... qu'elle va... aller bien ? Je ne comprends pas pourquoi elle a fait ça, je sais que ce n'était pas elle, ça ne pouvait pas être elle, même si c'était elle. Mais vous pensez qu'elle va revenir ? Pas ici, mais comme avant ? Enchaîna-t-il si inquiet et nerveux qu'il en mangeait ses mots.

Malgré ses difficultés à s’exprimer à cause de ses blessures, Linya le comprit. David ne savait pas ce qui s'était vraiment passé, il ne pouvait concevoir un monde où les démons existaient et prenaient la place des gens que vous aimiez, mais il sentait malgré tout que ce n'était pas Lara qui lui avait fait cela même s'il en avait eu la preuve visuelle. Il voulait quelque chose, un espoir auquel se raccrocher. N'importe quoi ferait l'affaire et elle savait que si elle lui disait la vérité maintenant il la croirait. Mais alors elle lui assurait des cauchemars pour une vie entière et ne se sentait pas de prendre cette décision sachant tout ce qu'elle impliquait pour lui. Et au-delà de cela, elle n'avait pas le temps de tout lui expliquer. Le temps était compté maintenant qu'elle savait les jumeaux contaminés par le dévoreur. Il était évident que leurs esprits s’ils étaient encore présents, n'en avaient plus pour longtemps.

- Je ne sais pas, répondit-elle finalement. J'espère. On va tout faire pour en tout cas.

Il hésita, serra les poings à se faire mal et déclara :

- Je ne dirais rien. Aux policiers, à mes parents. Je ne dirais rien.

Linya écarquilla les yeux, surprise.

- Pourquoi ?

- Je veux comprendre. Il faut que vous la rameniez pour ça et si je préviens la police, vous ne la  ramènerez pas. Ils la prendront avec eux. Je veux comprendre. Ça ne peut pas se terminer comme ça entre nous... je ne... je sais que je lui ai fait du mal mais ça n'explique pas... certaines choses. Je veux comprendre. Je veux lui parler. A Len aussi. Mais pas tout seul. Vous devrez être là aussi, ajouta-t-il avec une lueur de panique dans le regard.

Linya hocha la tête et le remercia avant de rejoindre ses parents et de leur assurer que tout s'était bien passé, qu'il dormait à présent et de les remercier à leur tour. Enfin, elle retrouva Tia sur le parking de l'hôpital. Elles se mirent en route vers le ranch et Linya écouta son amie lui exposer l'idée qu'elle avait eue en écoutant le récit de David.

Étonnée du rôle qu'elle souhaitait lui voir jouer, elle posa quelques questions, à la fois honorée par sa confiance et inquiète de tout faire rater.

Mais Tia la rassura et le temps qu'elle arrive au ranch tout était clair dans l'esprit de la Dirigeante.

La mercenaire ne perdit pas de temps et en moins d'une heure les préparatifs de leur voyage furent bouclés. Un dernier coup de téléphone de Karl et Tia et Lex se mirent en route pour l'aéroport.

Linya les regarda s'éloigner avec une boule au ventre. Enyalios, qui avait noté son inquiétude, posa la main sur son épaule.

- Tout ira bien. Tia sait ce qu'elle fait et son plan est... à tout point de vue, parfait.

- Ça ne veut pas dire que tout se passera bien. Les variables aléatoires avec ce genre de contexte, il y en a des tonnes.

- Bien sûr mais Tia a pris la plupart en compte et établi une réaction adéquate pour chacune d'elles. Tu dois croire en elle. Elle sait ce qu'elle fait.

Linya hocha la tête et pressa la main d'Enyalios en remerciement. Enfin, ils tournèrent le dos au chemin à présent vide et rentrèrent commencer les préparatifs de la phase deux du plan.

 

Chapitre 2 :

 

Ils se trouvaient au centre de la place du village. Une estrade avait été montée et des sièges qui se voulaient trône, mais qui étaient trop archaïques pour réellement en mériter l'appellation, y avaient été placés. Celui sur lequel était assis Len était tout en branchage sophistiqué et ivoire. Les mots gravés sur les accoudoirs et les défenses d'éléphants qui constituaient son dossier, brillaient doucement d'une lueur verte.

Le siège de Lara était lui en pierre et bois fin. Les gravures sur les branches constituant son dossier et la pierre de ses accoudoirs brillaient elles d'une lueur bleue. De toute évidence, leur construction avait été entreprise des mois plus tôt car si les matières utilisées étaient des plus simples, la finesse du travail effectué dessus requerrait minutie et temps. Sans parler de la magie qui les imprégnaient.

Deux colonnes en pierres brutes enserraient les deux trônes et un voile transparent, presque féerique, en tombait, séparant les jumeaux du reste du village. Tout autour de l'estrade des feux brûlaient et des gardes, mélange de la milice engagé par Ashee et des guerriers du village, se tenaient présent, impassibles et vigilants.

Pour ne pas paraître trop déplacée, la milice avait accepté de revêtir les vêtements traditionnels de la garde rapprochée du chef de la Tribu. Seules leur coupe militaire et leurs armes modernes les différenciaient.

Présentement Len semblait s'ennuyer à mourir. Dès son arrivée, Ashee avait activement préparé leur ascension et renforcé le pouvoir des membres de la Tribu en commençant par leur garde rapprochée. Les guerriers, au nombre de quinze, avaient été minutieusement choisis par la Chamane des mois plus tôt. Ils avaient suivi un entraînement et un régime particulier afin de préparer leur corps aux changements qu'elle leur réservait et ils prenaient leur tâche très au sérieux. Ce qui les rendait aussi vivants que des statues aux yeux du jeune homme...

Len jeta un coup d'œil à sa sœur. Elle semblait... rêveuse, le regard fixé sur Sahel. Son ami avait été promu à leur arrivé. Promu parmi leur garde personnelle. La joie qui avait peint ses traits lorsqu'il avait reçu l'habit traditionnel avait touché Lara. Elle qui était mal à l'aise quelques minutes auparavant s'était aussitôt calmée.

Vêtu de cuir et d'acier, Sahel avait fière allure. Il attirait les regards de toutes les filles de la Tribu qui passaient. Mais la façon qu'il avait de couver sa sœur du regard lui assurait sa complète dévotion. Il approuvait cela. Sa sœur avait besoin, et méritait, cette dévotion. De même que la protection que cela lui procurait.

Il savait que ce qu'ils avaient fait à David et à ces innocents au parc préoccupait Lara. Il savait également qu'elle repoussait ces pensées sitôt surgies. Se concentrer sur Sahel comme elle le faisait était une façon de les repousser, de se convaincre que ce qu'ils avaient fait était acceptable.

Ça ne l'était pas.          

Len ne se mentait pas. Il acceptait ce qu'il avait fait mais savait également que c'était mal. David était son ami depuis des années. Et ces gens dans le parc ne méritaient pas le sort qui avait été le leur. Mais il avait pris énormément de plaisir à les torturer. Et si cela l'avait choqué dans un premier temps, il avait suffisamment eu de temps par la suite pour décider, consciemment, d'accepter ce qu'il était devenu.

Il était un monstre.

Et il n'avait pas l'intention de perdre son temps à lutter contre sa nouvelle nature. Il ne pouvait se battre pour lui et pour sa sœur en même temps. Depuis toujours, il avait pris ses responsabilités d'aîné et de frère avec une extrême rigueur. Avoir fini son adolescence auprès de sa mère et de Lex n'avait fait que renforcer cet état d'esprit.

Lex et Tia étaient si dévouées l'une envers l'autre qu'elles se donnaient une force sans pareille. Ce qui semblait impossible devenait réalisable. Et ça, c'était entièrement dû à leur dévotion mutuelle et fusionnelle. Lara était sa jumelle, ils étaient plus liés que quiconque ne le serait jamais dans leur vie et c'était en partie pour cette raison qu'il avait décidé d'accepter ce qu'il avait fait.

Mais ce n'était pas la force qu'il pourrait tirer de son lien avec Lara qui lui avait fait rejeter sans beaucoup d'hésitation ce qu'il avait fait. C'était la conviction qu'elle s'effondrerait s'il n'était pas à ses côtés. Comme cela avait été le cas pour Tia à l'abandon de Lex.

Il avait assisté, impuissant, à l’effritement de la si grande force qui caractérisait sa mère. Et cela lui avait fait si mal qu'il en avait conçu une rage violente. Une rage dirigée aussi bien contre Lex, que contre sa mère ou lui-même.

Lex qui aurait dû savoir que Tia ne pouvait fonctionner sans elle, sa mère pour avoir osé laisser quiconque la priver de ce qu'elle était et lui, parce qu'il était incapable d'enrayer quoi que ce soit.

Sa mère, il l'avait admirée toute sa vie. Bien avant de la connaître, elle avait été le héros de ses rêveries d'enfant, apprenant à l'aimer sans jamais cesser de la prendre en modèle lorsqu'elle avait enfin accepté de vivre avec eux. Ce héros, il l'avait perdu en même temps que cette maman qu'il n'avait jamais osé rêver avoir un jour. Lex était partie, leur arrachant non seulement sa présence, son amour et son soutien, mais également l'âme de leur mère.

Sans l'intervention de Linya, elle aurait pu ne jamais s'en remettre. Linya avait arrêté, il ne savait comment, la chute inexorable de leur mère. Au début cela avait été quelque peu malsain ou toxique, il ne savait pas vraiment en fait, juste que ce ne semblait pas vraiment convenir à Linya et que ce n'était pas vraiment leur mère qui était là. Puis les choses s'étaient améliorées et il s'était surpris à espérer retrouver son héros en même temps que sa mère réapparaissait. Et pour ça, ce moment d'espoir et pour ce retour de leur mère, il ne saurait jamais dire combien il était reconnaissant envers cette troisième mère. Il n'y avait rien en ce monde capable de la remercier suffisamment. Il avait été si soulagé ! Sa rage avait commencé à s'apaiser et il avait recommencé à respirer à pleins poumons.

Puis Lex était revenue. Et ce qui aurait dû être un moment de joie sans pareil avait fait reculer leur mère de nouveau, fragilisant Linya au passage. Ce qui l'avait fait replonger, sentant cette fois plus que de la rage, une colère noire l'envahir. Il aimait Lex. Il l'appelait maman autrefois. Et dans sa tête, lorsqu'il pensait à elle c'était ainsi. Elle était sa mère comme Tia l'était. Mais elle avait presque détruit Tia et en revenant, avait blessé Linya. Aucune d'elles ne méritaient ça, il en était conscient. Lex avait certainement ses raisons mais il ne les connaissait pas et ça ne l'aidait pas à relativiser.

La seule chose qui l'avait incité à l'indulgence était sa sœur. Le retour de Lex avait été comme un baume sur son esprit tourmenté. Il n'avait pas su voir combien elle se sentait responsable de son départ, comme si c'était sa faute. Ça ne l'était pas pourtant, pas plus que la sienne ou celle des jumelles mais elle l'avait vécu ainsi et il n'en avait pris conscience qu'en la voyant retrouver et se rapprocher de Lex.

Toute la situation était un bordel sans nom et il fallait une cible à sa colère. Il y avait trop de choses, complexes ou simples selon l'angle d'observation mais toutes valables et pour lui c'était simplement trop. Tellement d'éléments, tellement de possibilité et si peu d'explications.

Il avait donc choisi Lex comme exutoire à sa rage et Lara comme cible de sa protection. Il s'inquiétait pour ses petites sœurs également mais il savait qu'elles étaient bien entourées. Linya, plus que Tia ou Lex, veillerait à ce que rien ne leur arrive.

- Ça commence bientôt ? Se plaignit soudain sa sœur.

- Au coucher du soleil, lui répondit-il heureux de cette diversion. Ashee l'a dit à notre arrivé.

- Je sais, j'ai oublié c'est tout, soupira-t-elle en se laissant glisser de son siège.

Elle se tourna soudain vers lui :

- C'est ennuyeux, non ?

Elle désigna le lieu autour d'eux.

- C'était censé être excitant ! On devait être des Dieux pour eux ! S'exclama-t-elle de mauvaise humeur.

- On est des Dieux pour eux. Mais personne n'a jamais dit qu'être un Dieu était excitant.

Elle lui jeta un regard méchant.

- J'ai pas l'impression d'être un Dieu. Je devrais au moins ressentir quelque chose, non ? A part quand je me sers de mes pouvoirs, je ne ressens rien...

- Ça va venir. Ashee a dit que tout changerait après la cérémonie.

- Ouais mais elle a pas dit en quoi, marmonna la jeune fille préoccupée et contrariée.

Elle trouvait qu'Ashee les gardait un peu trop dans le flou. Elle n'aimait pas ce qu'elle ressentait, complètement perdue, ayant même peur de ses pensées. Son attention revint à Sahel qui lui tournait le dos, concentré sur sa tâche de Gardien, indifférent aux regards des filles de la Tribu qui ne cessaient de passer et repasser devant eux. Tantôt elles les dévisageaient elle et son frère, tantôt c'était Sahel et les mercenaires d’Ashee.

Elle rêvait de se retrouver seule avec lui. Elle savait que c'était superficiel et un peu vain mais se perdre dans la luxure était devenu un réflexe pour elle ces derniers mois. Une façon de cesser de penser à tout ce qui était déplaisant ou angoissant et de l'angoisse depuis leur départ, elle en ressentait beaucoup.

Elle vit son frère se lever, la rejoindre et s'accroupir à ses côtés, lui prenant la main avec douceur.

- Je sais que tu t'inquiètes mais tout va s'arranger. Après la cérémonie, tes doutes s'envoleront, tout sera clair, je te le promets.

Il fit une pause puis ajouta doucement:

- Je resterais toujours avec toi. Quoi qu'il arrive.

Elle le dévisagea, se demandant comment il faisait pour être aussi calme et confiant. Elle lui envia tout cela et tenta de ressentir son état d'esprit. Se concentrant sur son visage, son regard, l'amour manifeste qu'il lui portait, elle commença à se détendre et soudain ce fut là. Une connexion qu'il n'y avait jamais eu auparavant, un lien psychique où toutes les émotions que chacun ressentait pouvaient être partagées par l'autre, ressenties, comprises.

Les derniers vestiges de crainte s'envolèrent. Elle n'était pas seule. Elle ne serait jamais seule.

Elle sourit à son frère, heureuse de ce nouveau don et soudain impatiente de découvrir les prochains. Oui, la cérémonie changerait tout, elle n'en avait plus peur. Peu importe la suite, elle et Len seraient des Dieux et seraient ensemble. Rien ne leur arriverait.

A cette seconde, de façon consciente, elle décida que sa famille n'existait plus. Jusqu'à présent, elle refusait de penser à ce qu'il allait advenir de leurs mères, de ce qu'elles pouvaient  ressentir depuis leurs disparitions et de ce qu'elles allaient faire, de ses sœurs, de Frédéric, Linya et du ranch... Mais en cette seconde, cela ne compta simplement plus assez pour qu'elle y consacre une pensée.

Elle rejeta tout. Tout ce qui n'était pas cette Tribu, Sahel, son frère ou leur avenir. Rien d'autre ne comptait à part le présent. Et nous, songea-t-elle, les yeux plongés dans ceux de son frère, juste nous.

                                                                       ***

Sahel sentait le regard de Lara. Depuis des heures, depuis leur arrivé et l'établissement de son nouveau statut, depuis qu'Ashee avait ordonné la préparation de la Cérémonie d'Hommage pour les jumeaux, Lara ne l'avait pas quitté des yeux.

Et il aimait ça.

Il avait dû et devait encore se faire violence pour ne pas se retourner et la rassurer d'un regard ou d'un sourire et il était impatient que la Cérémonie soit terminée pour la ramener dans la maison qu'il avait fait préparer pour eux deux. Il avait l'intention de faire d'elle son épouse et puisqu'elle n'avait pas de père avec qui négocier, il devrait en discuter avec Len.

Mais que lui proposer ? Il ne songeait qu'à cela depuis des heures. Que proposer à un jeune homme qui avait tout et aurait bientôt plus pour qu'il accepte de lui céder sa sœur ?

D'ailleurs voudrait-elle l'épouser ? Dans leur tribu ce n'était pas une question que l'on posait aux femmes mais il avait passé suffisamment de temps dans le monde des Occidentaux pour comprendre que les femmes et les hommes là-bas pensaient différemment. Il devrait peut-être lui poser la question ? Mais s'il le faisait, devait-il le faire avant ou après avoir obtenu la permission de Len ?

Pour se distraire, il fixa les ouvriers qui allaient et venaient en vue de la Cérémonie et passa toute les étapes qu'il aurait à effectuer lui-même lors de celle-ci.

Perdu dans ses pensées, il ne sentit pas lorsque Lara descendit de son trône pour le frôler en passant à côté de lui. Il sursauta avant d'échanger un regard bref mais intense avec elle, puis lui emboîta le pas, comme il seyait à un membre de sa garde personnelle. Il fit signe à deux autres guerriers de les suivre quelques pas derrière lui et enjoignit les autres à rester autour de l'estrade, avec Len.

Techniquement, il n'était pas le chef de la Garde, mais il était le petit-ami de leur nouvelle déesse et l'homme de confiance de leur Chamane et Chef et ces statuts lui conféraient une aura et une autorité que peu remettait en cause.

Il suivit Lara jusqu'à un bâtiment en lisière du village. C'était là que la Chamane vivait. Il ignorait que Lara était au courant. Depuis leur arrivée, les jumeaux avaient à peine fait le tour du village. Ils s'étaient principalement reposés, avaient discuté de la Cérémonie de l'Hommage et rencontré les personnes qu'Ashee voulait qu'ils connaissent.

Elle ne prit pas la peine de frapper et entra directement dans l'habitation. Il grimaça mais n'osa pas l'en empêcher. Bien qu'il sache qu'Ashee n'allait pas apprécier d'être interrompue si elle était occupée, Lara était, théoriquement, au-dessus d'elle. Et il savait ce qu'elle voulait obtenir de la Chamane en venant ici. Elle voulait être utile, avoir quelque chose à faire, n'importe quoi. Et la Chamane serait par trop heureuse d'enraciner un peu plus le mal en elle, pour être réellement agacée de sa venue.

Il ordonna aux gardes de surveiller l'entrée et les alentours. Ils ne craignaient rien, les mercenaires d’Ashee entourant complètement les abords du village mais on n'était jamais trop prudent.

Il jeta également un œil derrière lui, s'assurant que Len n'avait aucun problème et que la garde était bien là où elle devait être puis, satisfait, suivit Lara à l'intérieur.

***

Tia échangea un regard avec Enyalios et tous deux hochèrent la tête doucement, sur la même longueur d'onde. Le mercenaire se déplaça doucement, lentement et surtout, sans bruit. Tia resta à sa place. Tous deux devaient détailler le village d’Ashee en contrebas, la disposition des lieux, celles des gardes, ainsi que l'emplacement des jumeaux et de la Chamane.

Tia et son petit groupe étaient arrivés à peine une heure plus tôt sur place, leur progression ralentie par les Fils du Vent qui refusaient de lui donner l'emplacement du Vent de la Destruction s'ils ne l'accompagnaient pas dans ce combat.

Eux et les autres Tribus du Désert, comme elle l'apprit à ce moment-là, se préparaient pour ce jour depuis très longtemps et les convaincre que leur présence allait au lieu de les aider, être un plus pour Ashee, n'avait pas été une mince affaire.

En effet pour cet assaut, Tia jouait la finesse. Elle visait des frappes chirurgicales. Arriver avec une armée ne serait qu'offrir un nombre important de sacrifices à la Chamane. Tia n'avait pas oublié qu'Alti tirait son pouvoir du sang et de la mort et ne souhaitait pas lui offrir de munitions supplémentaires.

Ils restèrent une heure à étudier les environs tout en évitant les patrouilles armées qu'Ashee avait placées un peu partout. Ils se retirèrent tout aussi silencieusement qu'ils étaient venus et se retrouvèrent à mi-chemin de leur campement.

- Vu le nombre de gardes en place, on peut laisser tomber l'attaque surprise, lâcha Enyalios en se frottant la tempe.

Il avait l'air fatigué et Tia fronça les sourcils.

- Je ne comptais pas sur la surprise. Alti a toujours été capable de sentir les âmes. Au vu des pouvoirs d’Ashee, il n'y a pas de raison de penser qu'elle n'en est pas capable dans cette vie et nos âmes sont suffisants vieilles pour être repérables très facilement. Elle sait déjà que nous sommes là. Elle ne sait juste pas où exactement ni combien de personnes nous avons amené avec nous.

Après une pause, elle demanda :

- Tu es sûr que tu es d'attaque ?

Enyalios lui jeta un coup d’œil agacé.

- Évidemment, tu me prends pour qui ?

- Pour quelqu'un de si fatigué qu'il ne parvient pas à le cacher.

- Ça n'est pas la première fois que j'effectue une mission en n'étant pas au top de ma forme. Tu n'as pas à t'en faire pour moi.

- Je ne m'en fais pas pour toi, rétorqua-t-elle irritée, il s'agit de mes enfants et de Lex. Si tu te rates, c'est eux qui en paieront les conséquences ! Qu'est-ce que tu as fait bon sang ? Tu savais qu'on aurait besoin de toi non ? !

Enyalios s'arrêta et la dévisagea, mécontent. Il ne dit rien jusqu'à ce qu'elle commence à s'agiter, légèrement mal à l'aise, mais toujours sur les nerfs. Alors il répondit :

- Je bossais. Pour Linya. Et tu me connais, Tia, tu sais que je mènerai à bien les tâches que tu me confiras mais si soudain tu n'as plus assez confiance en moi, très bien, retire-moi de la mission.

Tia pinça les lèvres, agacée, puis se pinça l'arête du nez, se forçant à se détendre puis hocha la tête en fixant le sol avant de relever les yeux.

- Très bien, oublie ce que j'ai dit, je suis juste inquiète. J'ai confiance en toi et tu le sais.

- Je le sais oui, se serait bien que toi, tu ne l'oublies plus.

Tia lui jeta un regard noir.

- Je sais pourquoi je suis à fleur de peau mais on peut savoir pourquoi toi tu l'es ?

- Je ne le suis pas.

- Même épuisé tu restes calme. Tu n'es littéralement, JAMAIS, de mauvaise humeur. J'ai vécu avec toi 5 ans et je ne t'ai jamais vu te mettre en colère. Tout au plus agacé. Et certainement pas quand j'ai une bonne raison d'être inquiète. Qu'est-ce qui se passe ?

- Rien, jeta-t-il en reprenant sa route sans la regarder.

Tia décida d'ignorer son humeur, elle avait assez à faire avec la sienne et celle de Lex.

- Très bien, terminons le point alors.

Enyalios lui fit part des points les plus faibles d'entrée et de sortie qu'il avait repérés. Elle hocha la tête et réfléchit quelques minutes en silence.

- Tu as fini d'ajuster ton plan à ces nouvelles informations ? Finit-il par demander, impatient.

Tia hocha la tête et lui expliqua ce qu'elle avait décidé.

- On devrait revoir la phase deux de ton plan, la coupa-t-il alors qu'ils arrivaient au campement. 

- Pourquoi spécifiquement la deux et pas la une et la trois ?

- On devrait tout revoir, fit-il en la fixant d'un regard mauvais.

Tia plissa les yeux. Il finit par baisser les siens et la mercenaire déclara :

- On reverra le plan point par point en mangeant. On passe à l'action dans deux jours quoi qu'il arrive. Essaie de retrouver ton enthousiasme d'ici là s'il te plaît.

Enyalios grinça des dents mais acquiesça.

- Je vais chasser, fit-il en la quittant.

- Lex s'est déjà occupé du dîner.

Le mercenaire ne répondit rien et Tia n'insista pas. Elle ne savait pas ce qu'il avait mais comptait sur lui pour y remédier. La chasse avait toujours eu un effet décontractant, elle le regarda donc partir avec confiance.

Elle chercha des yeux sa femme et la trouva près du réchaud à gaz, en train de préparer à manger. L'image se superposa à une autre. Une jeune fille aux longs cheveux blonds, penchée au dessus d'un feu de bois sur lequel une marmite était posée. Tia cligna des yeux, partagée entre surprise, devant une image qui avait eu l'air plus vraie que nature, et amusement dû au contraste qu'elle offrait avec la modernité de la nouvelle.

Elle opta finalement pour la nostalgie et rejoignit Lex, sa Gabrielle d'un autre temps, et s'assit en face d'elle.

A son approche, sa femme releva des yeux inquiets et soulagés.

- Tu es sûre que c'était une bonne idée de refuser l'aide des Tribus ? Trois me paraît vraiment léger.

- On est trois pour l'instant, on sera plus dans deux jours.

Lex lui jeta un regard ironique.

- Deux de plus, ça fait toute la différence !

- Ça le fera. Et on ne sera pas que cinq. De toute façon, il est inutile d'être nombreux pour battre Alti. Ça n'a jamais été le nombre qui a fait nos victoires sur elle, tu devrais t'en souvenir. Il s'agit seulement de la battre à son propre jeu. Retourner son plan contre elle, ni plus ni moins. Deux de plus pour la phase une, c'est peu en effet mais cela dépends des personnes en questions. De ce qu'elles sont capables de faire. Et de ce que nous ferons. Et c'est une chose auquel elle ne s'attend pas. Elle pense probablement qu'on lui tombera dessus en masse, vu le nombre de mercenaires qu'elle a engagé. C'est donc à notre avantage.

Lex hocha la tête en soupirant, se massa la nuque d'une main et s'efforça de faire descendre son stress. Elle n'était plus partie en mission depuis longtemps, mais ce n'était pas cela qui la mettait sur les nerfs. Il s'agissait de leurs enfants. En balance était leurs vies, mais également leurs âmes.

Et bien que son rôle dans la Prophétie ait changé, elle avait passé tant de temps à craindre celui-ci qu'elle ne pouvait se défendre contre la peur que sa réalisation si proche faisait monter.

C'était trop facile. Elle s'en tirait à trop bon compte. Du jour au lendemain elle n'était plus ce qui ferait pencher d'un côté ou de l'autre la victoire de sa femme, elle n'était plus qu'un instrument à son service, un soutien.

Elle ne parvenait pas à y croire.

Ajouter à cela le rôle de Linya et son taux de stress crevait le plafond. Trop de choses étaient en jeu. Trop de gens. Elle leva les yeux sur Tia et l'observa en train de vérifier ses armes et munitions.

Elle, Lex, était la phase un du plan. Autrement dit, si elle foirait quelque chose, tout tombait à l'eau. Et tout le monde mourrait.

Tia avait confiance en elle, elle n'aurait pas laissé sa réalisation complète sur ses épaules sinon. Et Enyalios avait fait du bon travail depuis qu'il l'avait retrouvée. Il avait restauré sa confiance en elle et affûté ses tendances naturelles, renforçant ses capacités mis à mal par l'inaction pendant sa grossesse.

Mais en cet instant c'était comme si tout cela n'avait pas eu lieu. Elle crevait de trouille. Et si elle faisait tout échouer ?! Et si elle trahissait Tia envers et contre tout ?

Comme mû par un signal, sa mercenaire de femme releva les yeux et croisa son regard. Un instant elle se perdit. Volontairement, avec délectation. Elle avait toujours aimé se voir en dans ses yeux. L'amour, la confiance, l'assurance, le désir, tout ce que Tia ressentait pour elle passait par son regard. Cela agit comme un baume sur ses nerfs et les battements inquiets de son cœur retrouvèrent un rythme normal.

- Tout ira bien, murmura la grande femme. Tu dois juste te rappeler combien j'ai confiance en toi...

Lex acquiesça. Bien sûr, tout irait bien, s'efforça-t-elle de croire. Mais elle savait ce qui n'était pas dit, ce qu'elle avait ébranlé. Cette confiance justement, dont elles dépendaient tant aujourd'hui. Et malgré les mots de sa femme, elle n'y croyait pas. Elle avait tout réduit en morceau et Tia s'efforçait seulement de faire avec. Elle le savait.

Et brusquement elle fut là. Sa chaleur, son amour, vagues palpable dans son esprit, qui envahit tout, chassant le doute, la peur, les regrets, jusqu'à ne plus laisser place à rien d'autre. Elle n'était qu'amour et désir...

Sans même s'en rendre compte, elle se rapprocha de Tia qui ne la quittait pas des yeux, le bleu brûlant d'un désir si incandescent que l'air se troubla entre elles. Elle vit le regard descendre vers ses lèvres et le visage si parfait de son âme-sœur se rapprocher. Elle sentit la chaleur de son corps à quelques millimètres du sien et elle se tendit, dans l'attente.

Mais Tia ne l'embrassa pas. A un cheveu de sa bouche, elle maintenait la distance, l'obligeant à croiser à nouveau son regard, à y lire tout ce qu'elle avait besoin de savoir, tout ce qu'elle désespérait d'entendre à nouveau, tous ces non-dits balayés par un amour si intense et si profond qu'il fit dévaler des larmes sur ses joues.

Tia l'aimait. Tia la comprenait. Tia croyait en elle. Tia, sa Tia, et sa Xena en même temps, si complète, si elle, et si différente en même temps.

Elle ne pouvait pas l'embrasser. Parce que si elles s'embrassaient maintenant, elles oublieraient pourquoi elles étaient là et ce qu'elles avaient à faire. Cette soif qu'elles avaient l'une de l'autre, sa violence extrême était exacerbée par toutes les douleurs et les obstacles qu'elles avaient surmontés, tant et si bien qu'elles pourraient se perdre, se perdre vraiment l'une dans l'autre, se perdre à en oublier de boire, de manger, de dormir, de se défendre, oublier leurs enfants, leurs amis, oublier tout ce qui n'était pas l'autre.

Alors Lex ferma les yeux, rompant ce contact d'une intimité si profonde que s'en couper la blessait physiquement.

Elle reprit une respiration tremblante et entendit Tia faire de même à quelques centimètres. Elle se recula encore et laissa sa tête choir dans ses mains. Épuisée par l'intensité de ses émotions, elle comprit enfin pourquoi Tia avait été réduite à cette boule de peur ces derniers mois. Comme d'habitude, la grande femme avait compris bien avant elle combien leur amour pouvait être dangereux...

Il avait été sous contrôle tout ce temps par l'éclatement de son âme des siècles auparavant. Mais avant cela, avant qu'elle ne soit obligée de scinder son âme en deux, lors de leur première existence en tant que Xena et Gabrielle, il n'y avait pas eu de contrôle. Et cela avait été aussi intense que destructeur. Et encore... elles apprenaient seulement à se connaître, à s'habituer à l'autre, à développer ces sentiments indescriptibles qui les animaient à la fin de leurs vies, qui les animaient aujourd'hui. Qui l'avaient presque détruite lorsque Xena l'avait laissée...

Alors oui, elle comprenait la terreur de Tia à l'idée de la perdre et son impossibilité à se laisser aller à l'aimer comme avant. Elle releva le visage, posant le côté de sa mâchoire sur ses bras croisés, en appui sur ses genoux et dévisagea sa femme.

Elle avait attendu tant de siècles pour enfin pouvoir l'épouser et fonder leur famille...

Oui, c'était dangereux, oui c'était destructeur mais cela lui importait peu. Elle avait la certitude, totale, absolue, qu'elle saurait les protéger. Qu'elle saurait prendre soin de tout ce qui était Tia. Elle protégerait son amour, elle, leurs enfants et leur maison. Parce que tout cela provenait de Tia.

Elle ne prendrait pas le risque de blesser leurs enfants à nouveau, en les laissant de côté par exemple, parce qu'ils venaient de Tia. Et Tia devait comprendre cela. Elle devait comprendre qu'aucune d'elles ne laisserait ce qu'elles avaient créé, qu'aucune d'elles ne mettrait de côté leurs responsabilités car c'était une vie qu'elles avaient construite ensemble et que pour chacune d'elles, c'était infiniment précieux parce qu'elles l'avaient faite pour l'autre.

Si Tia comprenait cela, alors elle n'aurait plus peur de l'aimer.

- Rien ne nous séparera jamais, dit-elle doucement mais avec une certitude totale. Un amour comme le nôtre ne peut simplement pas être éteint. Les Dieux le savent aussi, sinon nous ne serions pas là. Rien ne nous séparera Tia. Rien. Je le sais.

Tia hésita puis hocha la tête.

- Je le sais aussi maintenant.

Elle sourit, désabusée et rectifia :

- Je l'ai toujours su, je l'ai juste oublié...

Lex sourit gentiment en se redressant.

- Et comment t'en vouloir avec un morceau de toi en moins ? Tout va bien maintenant, on est ensemble, on est de retour. Alti ne pourra rien contre nous.

Tia réfléchit quelques instants, sourit d'un air retors et acquiesça avant d'entourer Lex de son bras. Elle déposa un baiser contre sa tempe et chuchota :

- Elle ne l'a jamais pu. Se mettre entre nous a toujours été son erreur, je viens de m'en souvenir.

- La jalousie est un vilain défaut, se moqua Lex en se rappelant elle aussi.

- Elle ne pourra pas s'empêcher de réessayer, reprit la grande femme. D'autant plus après la première version de la Prophétie. Elle n'a jamais pu accepter l'idée que tu avais plus d'influence sur moi qu'elle. 

- Et c'est pourquoi ton plan marchera.

Tia hocha la tête. Le silence s'installa et elles le savourèrent.

- Je t'aime Lex.

Les mots, lâchés comme si de rien n'était, comme s'ils avaient été dit des milliers de fois, comme s'ils ne comptaient pas vraiment, firent exploser le cœur de Lex.

Elle ne s'y attendait pas, avait perdu espoir de les entendre à nouveau et là, alors que rien ne s'y prêtait vraiment, que ce n'était pas le moment...

Un soulagement indicible la submergea et Lex éclata en sanglots.

 

Chapitre 3 :

Deux jours plus tard

Tia s'efforçait de ne pas montrer son appréhension alors que Lex s'éloignait, lançant ainsi la phase une de leur plan. Aussi discrètement que possible, avec l'aide de deux guides combattants arrivés la veille et engagé pour l'occasion, Lex allait infiltrer le camp du Vent de la Destruction.

Elle savait son plan très bon, n'avait pas de doute quant à sa réussite. Et elle connaissait suffisamment l'arrogance d'Alti pour prédire ses actions. Malgré tout, elle ne connaissait pas Ashee et ne pouvait dire si elle différait beaucoup d'Alti. Elle et Lex différaient peu de Xena et Gabrielle. Pour l'essentiel elles étaient identiques. Et si Linya ressemblait beaucoup à Ephiny, Rhapsody n'avait rien en commun avec Lao Ma. Ashee pouvait être la copie d'Alti ou son complet opposé.

Tia prenait un risque, mais un risque calculé compte tenue des souvenirs anciens très présents chez la Chamane et des pouvoirs qu'elle avait récupérés et même augmentés. Elle n'était donc pas réellement inquiète pour Lex. Elle l'était plus pour la suite. Entre le lancement fait par Lex et le combat qu'elle devrait mener pour tout terminer, beaucoup de choses pouvaient mal se passer.

C'est pourquoi elle avait choisi avec soin les personnes à qui elle confiait ces tâches et avait limité le nombre de participants à cet assaut. Moins de personnes impliquées voulait dire moins de variables aléatoires. Et toutes ces précautions la rassuraient.

Bien sûr, les choses pouvaient quand même mal tourner mais elle se sentait néanmoins assez sûre d'elle. Ce qui l'inquiétait vraiment la concernait directement. Elle avait déjà affronté Alti et cela avait toujours été un combat difficile. Pas impossible, mais difficile.

Et le seul autre démon qu'elle avait combattu était Dahak et sa fichu fille démoniaque, Hope. Et cela avait été un combat, des combats, aussi âpres que dévastateurs. Elle et Gabrielle avaient énormément perdu en cours.

Avoir à affronter Alti en plus d'un démon... qui en plus mettait en jeu la vie de ses enfants... elle avait l'impression de revenir en arrière, au moment de la mort de Solan. Le perdre avait été si douloureux et avait déclenché une telle violence en elle ! Elle ne voulait, ne pouvait pas perdre ses jumeaux. Elle ne voulait pas revenir à ces sentiments, cette haine, cette souffrance impossible à taire. Cette fois, Lex et elle n'y survivraient pas.

S'imposa alors à elle l'image de deux adorables petites filles, copies conformes de sa femme et elle qui les attendaient à la maison. Et comme si ça n'avait été que des bulles de savons balayées par le vent, sa crainte s'apaisa.

Quel pouvoir avaient donc ses enfants pour parvenir à la calmer juste en les imaginant ? Songea la mercenaire avec un sourire fier.

Elle pourrait ne plus les revoir.

Sitôt surgie, Tia repoussa la pensée. Il n'était pas question de se laisser à nouveau submergée par ses émotions. Être Xena n'était pas aussi libérateur que ce que tout le monde pensait que ce serait.

Être Xena c'était vivre avec ses émotions oui, sous contrôle, mais parce qu'elles étaient à fleur de peau. Sans ce contrôle permanent, elle perdait littéralement pied. La crainte, l'amour, la responsabilité, tout était sublimé à un niveau quasi insupportable. Cela érodait le contrôle même dont elle avait désespérément besoin.

Elle aurait souhaité avoir plus de temps pour s'habituer à vivre avec, avoir du temps pour s'entraîner en quelque sorte, à les garder sous contrôle sans s'épuiser. Mais elle n'avait pas ce temps.

- Et c'est probablement pourquoi Linya est si importante, murmura-t-elle pour elle-même.

Elle devait gardait confiance. Elle avait confiance. Les Dieux eux-mêmes voulaient qu'elles remportent ce combat. Dans le cas contraire ils n'auraient jamais transformé la Prophétie, l'adaptant à ce qu'ils savaient qu'elle et Lex auraient besoin.

Ils avaient peur d'elle depuis l'hécatombe qu'elle avait créée dans leur rang et probablement qu'ils la haïssaient également. Mais une chose n'avait jamais changé quelle que soit l'époque, ils avaient toujours reconnu la juste cause de ses combats. Certains Dieux plus que d'autres. Aphrodite, et même Arès, étaient plus qu'à leur tour intervenus dans leur vie pour leur bien. Arès avait bien toujours quelques arrières pensées, néanmoins il avait ce bon fond qui faisait que tout Dieu de la guerre qu'il était, il l'aidait quand il le pouvait.

Elle était certaine que l'intervention de Linya dans la Prophétie était de son fait. Il n'y avait rien qu'il aimait plus que semer la zizanie entre Lex et elle sous couvert d'une bonne action. Et quoi de mieux que de le faire en impliquant quelqu'un de si important pour Lex, et de l'en faire, elle, tomber amoureuse ? Pour cela elle ne remerciait pas Aphrodite. Elle s'était sûrement laissé convaincre par son frère que ce serait un bon moyen de tester leur amour à elle et Lex.

Et quelque part ça l'avait été, mais elle n'appréciait pas pour autant la façon dont leurs pires craintes avaient dû être révélées. Encore moins qu'ils aient utilisé une non-combattante pour la soutenir dans le plus dangereux combat de son existence.

Ephiny avait été une guerrière valeureuse et déterminée. Courageuse et fière. Dure et tenace. Mais dans cette vie, si Linya possédait également toutes ces qualités, elle n'avait pas développé un gramme d'intérêt pour le combat. Elle ne savait pas se défendre, pas se battre. Même si sa vie en dépendait.

Et pourtant ô combien Lex l'avait suppliée de s'y soumettre pendant leurs années à diriger Lyoko ! Elle-même avait tenté à plusieurs reprises de lui apprendre quelques mouvements d'autodéfense. Mais rien n'y avait fait. Linya n'aimait simplement pas la violence. Elle la rejetait avec une force qui avait surprise Tia.

D'autant plus quand on savait que c'était le métier des deux mercenaires. Combien de compréhension, de patience et d'amour avait-elle eu pour elles pour ne pas leur vouloir, pour ne même pas tenter de leur faire changer de vie. Elle ne leur avait même jamais fait une seule réflexion... Sans son refus farouche d'apprendre des mouvements d'auto-défense, Tia n'aurait jamais rien soupçonné. En découvrant cette nouvelle facette de sa personnalité, elle avait découvert une raison de plus de l'admirer et de comprendre pourquoi de Lex lui était si farouchement attachée.

Patience et compréhension résumait assez bien ce qu'était Linya... tout ce qu'Ephiny n'avait jamais été, gloussa-t-elle en se rappelant sa véhémence envers les centaures avant que sa rencontre avec Phantès, le père de son fils et grand amour de sa vie, ne change sa vision des choses et une partie de son caractère.

Elle soupira, inquiète pour Lex malgré tout. La jeune femme n'était pas encore complètement remise de son passage à vide. Elle manquait de confiance en elle et n'était pas certaine que les efforts qu'elle, Tia, avait faits pour la rassurer, suffisent.

La première partie du plan reposait entièrement sur Lex, sur ses talents particuliers d'actrice et les réactions que cela entraînerait chez Ashee. Lex devait avoir confiance en elle pour l'exécuter sans se laisser entraîner.

Tia soupira.

Ce plan était une adaptation de celui qui, involontairement, était devenu le leur lorsqu'elles, Gabrielle et Xena, étaient partie récupéré Sarah, la nièce de Gabrielle dans le Palais de Gurkhan. A cause de l'intervention de Gabrielle, Xena avait dû improviser. Elle reproduisait aujourd'hui le schéma, mais intentionnellement cette fois.

Elle leva la tête au retour d'Enyalios. Elle le salua alors qu'il débarquait les dix derniers guerriers de son camion. Spécialement recruté pour l'occasion, avec une réputation sans tâche, chacun d'entre eux avait été minutieusement étudié pour ce travail.

Leur but principal était de survivre. Elle avait été claire lors de leur engagement, ils devaient surtout survivre une fois l'attaque lancée.

Dix, c'était peu. Très peu. Mais bien suffisant pour le rôle qu'ils devraient jouer.

Elle lui fit un petit signe de la tête alors qu'il remontait dans le véhicule pour aller chercher la principale protagoniste de leur plan. En retour il lui jeta un regard noir et cela la fit tiquer. Pourquoi diable lui en voulait-il à ce point ? Ashee avait-elle lancé une attaque spirituelle sur lui ? Elle devait pouvoir compter sur lui, il était crucial à la mise en place de la phase trois !

Mais avant qu'elle n'ait pu le rejoindre pour lui parler, il avait mis le moteur en marche. Elle regarda son véhicule s'éloigner en direction de l'aéroport le plus proche à une vitesse des plus dangereuses.

Elle pouvait lui téléphoner mais elle ne le ferait pas. Le timing était crucial pour les étapes suivantes. Il savait ce qu'il faisait. Elle devait croire en lui et en elle. En son jugement pour le choix qu'elle avait fait en lui attribuant un rôle aussi crucial et croire en sa force à lui. Il saurait rejeter l'influence d’Ashee si en effet c'était elle qui minait son moral.

Il était beaucoup plus fort que ses dehors de playboy ne le laissaient supposer. Beaucoup plus. Il n'aurait pas pu être le soutien qu'il avait été pour elle dans sa jeunesse sans cela. Et il avait compris et soutenu Lex alors qu'elle-même en avait été incapable. Il avait soutenu Linya aussi lorsqu'elle en avait eu besoin lors de leur escapade en Grèce. Il était bien plus fort, subtil et intelligent que les gens le pensaient.

Il était son meilleur ami, son mentor et elle croyait en lui plus qu'en elle-même. Il était une âme jeune mais il était beaucoup plus avancé qu'elle ou Lex sur la voix de la sagesse.

Cette âme neuve, c'était la raison pour laquelle elle l'avait choisi pour tout mettre en place. Ces déplacements étaient indétectables pour Ashee. Elle ne saurait jamais tout ce qui était en train de se jouer en ce moment. Elle ne verrait rien venir grâce à lui. Chercher une âme neuve, c'était comme chercher l'âme d'un bébé. Trop pur pour la sombre Ashee. Bien trop pur.

Décidée, elle se détourna du véhicule qui s'éloignait et rejoignit ses soldats pour leur expliquer ce que serait les prochaines heures. Ils s'installèrent autour du ragoût que Lex n'avait pas manqué de laisser pour eux avant de partir et commença à leur détailler son plan et leur rôle.

                                                                       ***

Linya inspira lentement et profondément plusieurs fois. Les yeux fermés elle tentait de se détendre au maximum, concentrant son attention sur les légers mouvements de l'avion dans les airs, sur sa respiration ou la texture inconfortable de son siège.

Elle ignorait autant que possible son voisin de gauche en revanche. Son odeur était aussi avenante que ses ronflements. Il avait consommé whisky et vin durant le dîner sans limite, ce à quoi elle avait déduit qu'il était nerveux d'être dans un avion. Malheureusement pour elle, la femme de son voisin était située à sa droite. Autrement dit, elle était entre eux. Leurs échanges au cours du vol avaient été des plus pénibles pour elle. D'autant plus qu'ils ne souhaitaient pas, pour elle ne savait quelle raison, être l'un à côté de l'autre.

La jeune femme semblait aussi fatiguée que son mari mais devait maintenir leur fils, Trevor, quatre ans et extrêmement turbulent, dans son siège alors que l’atterrissage approchait.

Dans ces conditions le vol avait été relativement exaspérant pour elle, et si sa tension n'avait pas baissé depuis son départ du Ranch, au moins son esprit avait été détourné de ce qui l'attendait.

Au moment de déboucler sa ceinture, Trevor, se tortilla jusqu'à échapper à la poigne de sa mère et s'empressa de passer de ses genoux à ceux de Linya, dans le but avoué d'aller réveiller son père. Malheureusement le petit monstre ne se décidait pas entre se mettre debout (oui sur elle) ou faire son chemin à quatre pattes et Linya hérita d'un fantastique coup de tête dans le menton qui lui fit claquer violemment des dents et envoya une décharge douloureuse sous son crâne.

Lorsqu'enfin elle put déboucler sa ceinture et s'éloigner de la famille catastrophe, elle se frottait le menton tout en grinçant des dents. Elle marmonna qu'elle avait eu de la chance de ne pas se mordre la langue afin de se convaincre que son voyage n'avait pas été si terrible et descendit de l'avion avec un soulagement intense.

A cause d'un bouchon créé par le versement accidentel d'elle ne savait quoi par un passager dans le couloir reliant l'appareil à l'aéroport, elle dut faire la queue avec, vraiment elle manquait de chance, ses voisins à ses côtés. Le fameux Trevor lui écrasait les doigts de pieds avec un sans gêne que partageait apparemment ses parents et elle fit un violent effort sur elle-même afin de ne pas écrabouiller purement et simplement les pieds du petit qu'elle commençait à considérer sérieusement comme un envoyé d’Ashee.

Puis enfin la délivrance arriva et elle s'empressa, presque au pas de course, de rejoindre la sortie, son sac à dos étant son seul bagage. Comme prévu elle trouva Enyalios avec une énorme pancarte, d'une stupidité à faire grincer des dents mais qui la détendit instantanément.

Le mercenaire avait déniché un panneau rose fuchsia, décoré de petits et grands cœurs et sur lequel son nom, ainsi que : « bonne saint-valentin » était noté avec des paillettes bleus.

- On est en Juillet, où as-tu déniché cette pancarte, de si mauvais goût en plus ? Sourit-elle en arrivant devant lui.

- J'ai de multiples talents..., répondit-il avec un levé de sourcil suggestif.

Elle rit et secoua la tête.

- Tu piques tes répliques à Tia maintenant ?

Indigné, le jeune homme se redressa de toute sa taille et répliqua :

- C'est elle qui me les pique ! C'est moi qui lui ai tout appris rappelle-toi ! Tout !

Le dernier mot s'était terminé sur un sourire coquin. A sa grande honte, Linya ne put s'empêcher de rougir. Pour garder sa dignité elle se retourna et regarda autour d'elle. Enyalios éclata de rire et passa un bras autour de ses épaules avant de murmurer contre son oreille :

- Qu'y a-t-il ma douce, on a des idées pas catholiques ?

Refusant de le regarder elle rétorqua :

- Non, je cherche Frédéric. On devait se rejoindre ici.

Fronçant les sourcils, Enyalios s'écarta de son amie et répéta :

- Frédéric ? Ici ? Pourquoi ?

- Je l'ai emmené avec moi, je pense qu'il nous sera très utile. Mais comme c'était à la dernière minute, on n’a pas pu avoir des places côte à côte. Donc on devait se retrouver à la sortie.

- Pourquoi n'est-il pas encore là alors ?

- J'étais en classe affaire et lui en éco. On a eu du mal à sortir à cause d'un autre passager. Les éco sortent toujours en dernier. Il ne devrait plus tarder, ne t'en fais pas.

- Je ne m'en fais pas ! Fit-il en la fixant le regard noir.

Les lèvres de Linya s'étirèrent et elle répondit en riant tout en lui donnant une petite tape sur le ventre :

- C'est ça oui. Tu n'as pas du tout peur que Tia t'étripes si quoi que ce soit arrive à son père de substitution sous ta garde !

- Il n'est pas sous ma garde, objecta-t-il en ne niant pas, il n'est même pas encore là. De toute façon il est sous la tienne, c'était ton idée !

- Comme si Tia allait m'engueuler, se moqua-t-elle. Elle passera ses nerfs sur toi, tu le sais et ça t'emmerde.

- Le favoritisme c'est dégueulasse, répliqua-t-il en la fusillant du regard.

- Et énervant, confirma-t-elle en lui retournant un regard goguenard, surtout quand c'est totalement assumé.

- Mpfff, fit-il en se détournant, boudeur. Ah le voilà !

Linya sourit en le voyant faire de grands signes au vieux mercenaire et attendit, alors qu'il partait à sa rencontre. Linya songea qu'elle était heureuse qu'il soit présent, avec lui elle n'avait pas l'impression de partir vers la plus dangereuse situation qu'elle avait jamais affronté, mais vers un simple camp de vacances.

Elle se demanda combien de temps cette impression aller durer alors qu'il revenait avec une expression parfaitement idiote sur le visage, un bras passé autour des épaules de Frédéric. Elle sourit. Elle aurait bien le temps de s'en rendre compte.

                                                                       ***

Ashee ne cessait de sentir des mouvements spirituels, les esprits s'agitaient mais elle ne parvenait pas à comprendre ce que cela signifiait et avec Xena aussi proche, cela la rendait nerveuse.

Elle l'avait sentie approcher, elle et sa petite gourde de paysanne. Impossible de les manquer. Leurs âmes étaient aussi vieilles que la sienne et il lui suffisait de se concentrer sur les vibrations particulières que d'aussi vieilles âmes dégageaient pour les localiser avec une déconcertante facilité.

Ils ne leur avaient pas fallu longtemps pour les retrouver et cela la mettait en rage. Elle avait mis tellement de temps à tout préparer et était si proche du but ! Mais elle n'allait pas gentiment attendre qu'elles lui tombent dessus, oh ça non !

Cependant elle ne serait pas aussi présomptueuse qu'elle l'avait été par le passé. Cela l'avait toujours desservie. Cette fois elle ne sous-estimerait pas l'intelligence de Xena pas plus que celui de sa petite dinde. Ces deux-là... avaient fait échouer tous ses plans, et elle n'avait oublié aucun de ses échecs. Aucun. Elle s'était promis dès le départ de prendre ses précautions cette fois. De ne jamais foncer bille en tête ou commencer à croire qu'elle avait gagné. Pas tant qu'elle n'aurait pas effectivement gagné. Ou avant d'avoir vu le cadavre de Xena à ses pieds.

C'est pourquoi lorsqu'elle sentit l'esprit de Gabrielle se rapprocher dangereusement de son camp, prit-elle bien soin de réfléchir à toutes les possibilités qui pouvaient pousser la petite paysanne à prendre un tel risque. Tout d'abord Xena devait forcément être courant de sa présence, Gabrielle n'entreprenait rien sans l'accord de sa moitié. Ensuite Xena n'aurait jamais pris le risque de la mettre en danger sans une très bonne raison. Elle tenait bien trop à sa petite gourde. Autrement dit, cela devait faire partie de son plan.

De plus elle devait savoir, ou tout au moins soupçonner, qu'elle était capable de les sentir approcher. Donc, soit elle avait pris ses précautions quant à une attaque de sa part et lui tendait un piège, soit son approche était un fait exprès, un moyen de détourner son attention pendant que Xena attaquerait vraiment par exemple.

Afin de s'en assurer, Ashee envoya un message à sa Sentinelle. Qu'il vérifie qu'il ne s'agissait pas d'un piège quelconque et recueille tout ce qu'il pouvait sur leurs positions et leurs plans. Elle savait pouvoir compter sur les informations de sa Sentinelle car Xena ne pouvait en aucun cas l'avoir repéré ni même soupçonner son existence. Cette Sentinelle était particulière. D'essence humaine, il lui avait fallu sacrifier plusieurs de ses guerriers pour la créer, tous consentants bien sûr, condition indissociable pour sa durabilité. Il était fait de brume sanguine et de vent. Silencieux, inodore, indétectable, ses âmes multiples s'étaient complètement fondu les unes dans les autres jusqu'à n'être plus qu'un prolongement de sa volonté.

Il était sa plus belle création. Le parfait espion. Le parfait système d'alarme. Xena ne le verrait même pas venir. Elle sourit alors qu'elle le sentait rejoindre la position de Gabrielle.

                                                                       ***

Lex suait à grosses gouttes. Parvenue aux abords du camp, elle jeta un œil à ses « coéquipiers » et hocha la tête en les voyants en place. Elle regarda ensuite en contrebas et découvrit le village et surtout son étendue. Bien plus vaste qu'escompté, la vallée était profonde, large au commencement et se restreignait à mesure que le village prenait possession du creux.

Néanmoins, il était bien plus grand que ce que Lex avait imaginé. De ce qu'elle voyait de là où elle était, elle pouvait dire que les prévisions de Tia étaient aussi proches du nombre réel de guerriers que le Soleil l'était de la Terre.

Lex déglutie, inquiète avant de se souvenir qu'Enyalios avait déjà fait cette estimation quelques jours plus tôt. Tia était courant et avait ajusté son plan en conséquence, même si elle ne lui avait pas expliqué celui-ci.

Lex détestait lorsque sa femme ne lui faisait pas part de ses plans. Ce culte du secret Tia l'avait perdu quelques années plus tôt, à sa demande. Et bien qu'elle lui avait assuré que c'était pour la protéger d’Ashee, Lex ne pouvait se défendre de l'idée que peut-être, elle le lui avait caché car Tia ne lui faisait plus entièrement confiance.

Elle savait qu'elle mettrait du temps à la regagner mais cela faisait mal quand même. Décidant qu'il était temps d'arrêter de se miner aussi stupidement, Lex inspira profondément et commença regarder autour d'elle, en quête des gardes et sentinelles que la Chamane n'aurait en aucun cas manqué de mettre autour de son village.

Mais avant qu'elle n'ait pu faire un mouvement, une ombre, non pas une véritable ombre, mais plus comme une vague d'air chaud et sombre, s'abattit sur elle. Un instant, elle eut le souffle coupé et se sentit paralysée.

Puis le vent passa, car il s'agissait seulement de cela bien sûr, une bourrasque chaude et poisseuse, et elle recouvra son souffle. Elle secoua la tête, un peu inquiète, mais découvrit que ses collègues allaient bien et faisait l'inventaire qu'elle leur avait demandé.

Aux aguets, elle attendit un moment, laissant Idril et Jassim calculer le meilleur chemin pour descendre jusqu'au village sans se faire repérer. Ils étaient doués pour cela, c'était la raison de leur présence. Ils étaient rapides, efficaces et silencieux. Capable de prendre d’excellentes décisions en un laps de temps qui se calculait en millièmes de secondes.

Lorsqu'un léger sifflement de Jassim la tira de son immobilité, elle décida qu'elle s'en était fait pour rien et le regarda lui indiquer le chemin qu'il avait choisi. Elle tourna ensuite la tête vers Idril et, suivant ses doigts, découvrit le nombre et les positions des gardes et des mercenaires postés sur leur chemin.

Ils étaient bien plus nombreux que prévu. Bien plus. Et bien plus proche. Mais elle n'avait pas peur. Elle avait confiance en Tia. Ses plans fonctionnaient toujours et même lorsqu'ils ne le faisaient pas, elle trouvait un moyen de les faire marcher.

Sa confiance retrouvée, elle entreprit de rejoindre Jassim. Elle sentit Idril faire de même et s'accrocha à l'image de sa femme au moment de son départ. Fière, solide, indestructible. L'image même du dieu qu'elle aurait pu être si elle l'avait voulu. Du dieu que plus d'une fois Gabrielle s'était imaginé qu'elle était, la dépeignant dans ses histoires bien plus comme une déesse justicière que la princesse guerrière que tous connaissaient.

Et c'est ce qu'elle était aujourd'hui encore pour elle. Une imbattable déesse guerrière. Et cette déesse là allait botter le cul au démon d’Ashee aussi sûrement que le soleil se lève à l'est et se couche à l'ouest.

Lex sourit en rampant, se rapprochant de son but, ignorant le sable qui remplissait sa bouche lorsqu'elle oubliait de respirer par le nez, concentrée sur l'image dans son esprit et l'amour qu'elle vouait à sa femme.

                                                                       ***

Sa Sentinelle revient et Ashee sourit, penchant la tête sur le côté comme si elle écoutait. Lara plissa les yeux, mécontente d'être soudain ignorée mais se tint coite. Elle ne savait pas pourquoi mais la pulsion l'avait saisie à la seconde où un curieux vent frais avait pénétré par la porte de la bâtisse.

Un nouveau frisson lui remonta le long de l'échine quelques minutes plus tard, alors qu'Ashee se redressait, dardant son regard sombre sur elle.

- Je sais ce que tu veux, mon enfant, mais je ne peux m'occuper de toi maintenant, répondit-elle enfin, lui donnant la permission implicite de pouvoir s'exprimer maintenant. Pour ton ascension j'ai besoin de mettre certaines choses en place.

- Tu dis ça depuis des jours, répondit la jeune fille irritée. Tu peux bien prendre cinq minutes !  Fais comme si ce n'était pas une suggestion ! Finit-elle particulièrement exaspérée de ne pas être prise au sérieux.

Pour qui se prenait-elle à la fin ?! Elle était une déesse vivante ! Elle, Lara ! Ashee n'était qu'un instrument à son service !

- Je le pourrais, acquiesça la Chamane dans une attitude faussement soumise, mais il faut que vous m'autorisiez à repousser la cérémonie de l'Hommage alors.

- Il me semblait que tu avais dit qu'elle devait être réalisée dans un timing bien précis après notre prise de « conscience », rétorqua la jeune fille suspicieuse.

- C'est le cas Déesse.

- Est-ce que tu te moques de moi ?! Explosa sa vis-à-vis. Pourquoi me demander ma permission pour repousser quelque chose qui ne peut pas l'être ?!

Ashee redressa la tête et la dévisagea, moqueuse alors qu'elle sentait le pouvoir de l'enfant l'effleurer. Voyant qu'il était sans effet sur elle, Lara se renfrogna et retint la rage qui la saisit à ce constat.

- Je ne me moque pas Déesse mais tu dois comprendre que tes demandes actuelles ne sont pas la priorité. Pour moi tout au moins. Et pour l'heure seulement. Lorsque la cérémonie aura eu lieu, absolument plus rien ne sera capable de vous retirer vos dons à ton frère et toi. Vous serez alors libres de diriger le monde à votre guise. Mais pour l'instant, la priorité est de consolider votre pouvoir, pas de vous apprendre à développer plus vos dons actuels. Qui seront, je vous peux vous rassurer sur ce point, extrêmement nombreux après la cérémonie, n'en doutez pas.

Reconnaissant sa défaite, Lara hocha la tête sèchement et se leva pour sortir. Elle n'aimait pas Ashee. Pas parce qu'elle ne lui obéissait pas ou parce qu'elle semblait immunisée contre ses pouvoirs mais parce qu'elle semblait cacher quelque chose. Sa façon de la défier, de prendre ses demandes à la légère et de donner des ordres à Sahel lui donnait des envies de meurtre.

Elle serra les poings, agacée d'être négligée une fois encore et retrouva Sahel au dehors. La veille il l'avait amenée devant la maison qu'il était en train de faire construire pour elle. Pour eux. Et lui avait parlé de ses projets d'union. Il devait tout d'abord en parler à Len, mais il avait tenu à ce qu'elle soit au courant de ses intentions et prenne le temps d'y réfléchir avant de lui donner sa réponse.

Elle ne savait quoi lui dire. Elle avait été surprise du sérieux de ses intentions. Touchée également. Mais s'attendait-il réellement à ce qu'elle ne reste attaché qu'à un seul homme et vive dans une bâtisse de taille modeste au milieu d'un désert de sable alors qu'elle aurait sous peu le monde à sa portée ?

Il brisa son impassibilité guerrière pour lui sourire et elle fondit. C'était plus fort qu'elle. Quelque chose chez lui, lui donnait envie de le prendre dans ses bras et de ne plus le laisser partir.

Elle savait qu'il lui avait été infidèle à au moins trois reprises durant leur relation. Elle n'en avait pas touché un mot, elle-même n'ayant pas manqué de le tromper à la première occasion, mais elle s'était interrogée. L'aimait-elle vraiment ? Certes elle était jalouse et protectrice à son égard, mais cela ne ressemblait en rien aux crises de rage qui la saisissait lorsque David faisait seulement mine de regarder ailleurs. Pourtant il ne faisait aucun doute que les sentiments qu'elle nourrissait à son égard étaient bien de l'amour. Un amour différent, moins violent, moins douloureux, plus sensuel et plus franc.

Reportant son attention sur Sahel, elle s'accorda à dire qu'elle avait gagné au change. Sahel était beau à se damner et s'il était très possessif, il savait néanmoins se maîtriser suffisamment pour ne pas l'empêcher de s'amuser lorsque l'envie lui en prenait. 

Le fait qu'ils soient tout deux si enclin à se tromper sans pour autant envisager de se séparer, acheva de la convaincre qu'il devait être son âme-sœur. Elle l'aimait et savait pouvoir compter sur lui. Il lui avait prouvé qu'il était de son côté et l'acceptait dans son intégralité. Incluant ses pulsions violentes et ses pouvoirs terrifiants. S'il n'avait pas apprécié la fois où elle avait usé de ses dons sur lui, il ne lui en avait néanmoins pas fait de reproche. Elle était ce qu'elle était, avait-il dit, et il l'acceptait.

Elle avait confiance en lui, comprit-elle soudain. Cela la surprit mais la conforta dans son sentiment qu'il était le bon pour elle.

- J'accepterai, déclara-t-elle soudain. Ta demande en mariage, ajouta-t-elle devant son regard interrogatif. Parle à mon frère et prépare quelque chose de... romantique. Mais sache déjà que j'accepterai.

Elle vit la joie remonter jusqu'à ses yeux et Sahel fit un effort évident pour ne pas éclater, il était en service après tout, mais sa joie était impossible à camoufler. Heureuse de sa décision, elle effleura le dos de sa main d'un doigt en passant, pour ne pas le gêner devant ses subalternes et rejoignit son frère au centre du village.

                                                                       ***

La petite dinde n'était venue qu'avec deux pauvres guerriers. Si Ashee était surprise du peu de renfort que Xena avait attribué à sa compagne, elle le fut moins en découvrant grâce à sa Sentinelle que Xena elle-même se tenait à quelques kilomètres de là avec une poignée à peine de guerriers. Et aucun d'entre eux n'appartenait aux Tribus du Désert.

Elle comprit alors le plan de Xena. Elle utilisait bien la petite paysanne comme moyen de détourner son attention et prévoyait non pas une attaque massive comme elle l'avait craint en premier lieu, mais une frappe chirurgicale. C'était plus risqué mais cela possédait deux avantages. Le premier était de lui retirer la possibilité d'utiliser tous les morts qu'une bataille d'une telle envergure n'aurait pas manqué de susciter.

Et elle reconnaissait qu'elle aurait apprécié quelques sacrifices en plus pour renforcer ses dons qui, après la cérémonie de l'Hommage, ne seront pas au plus haut.

Le second avantage était la discrétion. Les hommes des Tribus du Désert auraient voulu venir en nombre et du reste beaucoup d'entre eux, pour ne pas dire presque tous, possédaient des âmes anciennes, facile à repérer. Elle comprenait donc leur retrait de l'équation et le petit nombre de combattant au côté de Xena.

Ce qu'elle ne comprenait pas était la raison pour laquelle Xena jetterait volontairement son âme-sœur dans la gueule du loup. De plus Xena ne semblait pas sur le point de passer à l'attaque. Que préparait-elle donc ?

Se pouvait-il qu'elle croit vraiment Gabrielle capable de passer ses barrières ?

Non, c'était ridicule. Soudain elle sourit, appela le garde à sa porte et lui transmit ses ordres. Le mieux était encore de demander à la principale intéressée. Tant que sa Sentinelle était en place, elle ne craignait pas d'être prise par surprise. Elle pouvait donc bien prendre le temps d'interroger la petite barde. Peut-être même qu'elle pourrait l'inclure à la cérémonie de l'Hommage. Ainsi elle ferait d'une pierre deux coups. Elle ne prendrait pas de retard dans ses préparatifs et aurait les informations qu'elle souhaitait sur le plan de Xena.

Quelle ironie se serait pour Xena de voir sa précieuse Gabrielle détruire ce qui restait de l'âme de leurs enfants !

Curieuse de voir la réaction de la barde lorsqu'elle se verrait acculée par ses guerriers, Ashee projeta son âme hors de son corps et vola en direction de l'âme pure de la jeune femme.

 

Chapitre 4 

Alors que le ciel semblait s'abattre sur elle, Idril et Jassim, sous la forme d'un nombre conséquent de gardes et miliciens, Lex lança l'ordre de ne pas résister. Elle se redressa, les mains levées en signe de reddition et se mit sur pied.

Après une hésitation les deux hommes firent de même.

Les mercenaires engagés par Ashee se rapprochèrent doucement, méfiants, puis les fouillèrent avant de les escorter le long d'un chemin sinueux, bien camouflé par la végétation et la roche environnante et qui menait à l'intérieur de la cuvette dans laquelle se trouvait le village.

Elle sentait le regard d'Idril et Jassim dans son dos et savait qu'ils se posaient des questions quant à la rapidité avec laquelle elle s'était rendue. Ils n'avaient même pas combattu et ce n'était pas pour cela qu'ils avaient été engagés.

Du moins c'est ce qu'ils croyaient. Pour Lex et Tia tous les combattants recrutés n'étaient qu'un alibi, de la poudre aux yeux, et elles n'avaient jamais eu l'intention de les mettre en danger. Elles n'étaient pas idéalistes au point de croire que tous s'en sortiraient sans dommage mais elles avaient décidé de limité les risques au maximum. Toutes deux avaient déjà trop de morts sur la conscience.

Lex avait senti que Tia était réellement épuisée par toute cette culpabilité et elle avait décidé qu'elle ferait tout ce qu'il fallait pour alléger son fardeau.

Parvenus au pied de la cuvette, ils passèrent une espèce de barrière avant d'entrer dans le village proprement dit. Une espèce car celle-ci était invisible et si Lex la sentit, ce fut uniquement parce que cela entra en résonance avec son âme. Et si elle sentit cette résonance, ce fut grâce au lien mystique qui la reliait à Tia et les rendaient plus sensibles à la magie.

Elle était à l'endroit prévu au moment prévu selon le plan. Camouflant son assurance dans une attitude légèrement craintive, elle avança en direction de ce qu'elle pensait être le lieu où se trouvait la Chamane, croisant de multiples villageois et presqu'autant de gardes. Les enfants, et les jeunes en général, étaient peu nombreux. Ils possédaient néanmoins, comme tous les adultes présents, cette dureté dans le regard accompagnée d'une détermination sans faille, marque des soldats et guerriers les plus endurcis.

Elle avait en face d'elle une véritable armée.

Il ne s'agissait pas de villageois innocents pris au milieu d'un conflit qui les dépassait. Ils savaient tous parfaitement ce qui se jouait et pourquoi. Et ils semblaient tous prêts à donner leur vie pour ça. Au milieu de cette foule hostile, Lex sentit sa nervosité monter d'un cran.

En traversant le village, ils passèrent devant la place principale sur laquelle était érigée une estrade où siégeaient deux trônes aussi impressionnants qu'archaïques. Le voile enroulé autour était fait d'une matière qui donnait l'impression qu'une fée allait bientôt apparaître pour en terminer la confection. Tout autour se trouvaient des piliers de pierre d'un noir mat dans lesquels étaient gravé des symboles obscurs, quatre feux soigneusement entretenus et une multitude de plantes et de fleurs.

C'était magnifique. Majestueux. Lex eut du mal à en détourner le regard et elle soupçonna qu'une magie était à l’œuvre ici aussi.

« Fait pour des Dieux » chuchota une voix à son esprit et elle frissonna car si c'était sa pensée, ce n'était pas sa voix.

Elle ne croisa pas ses enfants malgré son espoir et dut prendre sur elle pour ne pas montrer sa déception.

Enfin ils parvinrent devant une bâtisse plus solide et haute que les autres. Elle vit qu'Idril et Jassim étaient emmenés dans une autre direction et espéra que ce n'était pas à l'endroit de leur exécution. Puis elle fut poussée en avant et pénétra dans ce qu'elle sentit immédiatement être un lieu de magie noire et ancienne. Très ancienne. Et très noire.

Pour conjurer l'angoisse qu'elle sentait monter, Lex toucha l'anneau entourant son annulaire droit. Il s'agissait de la bague que Tia lui avait offerte à la cérémonie d'union et qu'elle n'avait jamais pu enlever même au pire moment de sa vie.

Elle testa le lien qu'elle partageait avec Tia et que toutes deux, par mesure de précaution, avaient volontairement restreint à un mince et fragile fil de soie. Ce fut suffisant pour qu'elle sente tout l'amour et la confiance de sa femme et elle redressa les épaules, prête à faire ce qui devait être fait.

Elle fut amenée dans une pièce meublée de façon spartiate. Les murs comme le sol étaient fait de pierre brute. Contre celui du fond il y avait une solide table en bois, sur laquelle divers papiers et bocaux se trouvaient. Un fauteuil à l'aspect confortable malgré sa décoration macabre, fait d'os et de crâne, se trouvait juste à côté. Une multitude de torches et bougies était disséminée dans la pièce. Un lourd rideau rouge couvrait tout le mur derrière elle et elle y devinait le théâtre de tortures et sacrifices. Les ondes qui s'en dégageaient suintaient la souffrance et l'horreur.

Par une porte qu'elle n'avait pas vue avant qu'Ashee ne la passe, la Chamane apparut. Elle fit signe aux gardes qui l'escortaient de sortir et s'installa dans son fauteuil. Lex la détailla, un peu frustrée de la trouver en si grande forme et bien mieux vêtue qu'elle.

En effet, au contraire du reste de sa Tribu Ashee était habillé de façon très occidentale. Un pantacourt noir, dévoilant des mollets parfaits, un chemisier en lin qui mettait la sveltesse de sa taille en valeur et des sandales finement tressées.  Même sa coiffure, un dégradé qui tombait au dessus de ses épaules, dévoilait la perfection de ses traits. Sa tenue était aussi élégante que pratique. Et jurait considérablement avec l'environnement.

- Vos esclaves ne sont pas trop choqués par votre nouveau look ?

Le sourire d’Ashee se fit l'écho d'un souvenir dans l'esprit de Lex. Il était l'exacte réplique de celui d'Alti lorsqu'elle voyait ses plans tourner exactement comme elle s'y attendait. Elle déglutit et se balança d'un pied sur l'autre avant de se reprendre. Non, elle ne se laisserait pas déstabiliser.

- Tu n'as pas du tout changé Gabrielle. Toujours à parler sans réfléchir.

Lex fronça les sourcils et répliqua alors qu'Ashee se levait :

- Je m'appelle Lex.

Alti planta ses mains sur hanches et pencha la tête de côté, sans cesser de sourire, comme pour l'étudier. La jeune femme s'efforça de ne pas broncher bien qu'elle soit profondément mal à l'aise.

- Qu'est-ce que tu veux ? Lança-t-elle finalement. Pas que je te dise quoi que ce soit note bien, mais ça aura l'avantage de me retirer à ta vue plus rapidement.

- Ooooh, je te gêne ? Répondit sa vis-à-vis, une main sur le cœur. J'en suis désolée !

Puis elle éclata de rire et se rapprocha encore.

- Que cet interrogatoire dure ou non, tu es avec moi pour un bon moment ma jolie.

Elle avait fini sa phrase en la susurrant à l'oreille de Lex qui resta impassible.

- Qu'attends-tu de moi ? Redemanda-t-elle.

- Qu'en penses-tu ? Xena ?

Ashee renversa la tête en arrière et éclata d'un rire bref et joyeux.

- Crois-tu que j'ignore où elle se trouve ? Je sais très exactement où elle est. Et avec qui. Vous êtes si peu nombreux que mon armée n'aura aucun mal à vous défaire. En fait, je pourrais même envoyer quelques unités sur le camp de ta chère princesse mais je n'ai pas envie de gaspiller mon temps ou mes hommes inutilement. Tu es ici, c'est donc qu'elle viendra très vite. Et je l'attends de pieds ferme, je m'y suis très bien préparé cette fois.

Lex était soulagée. Elle n'aurait pas à jouer la comédie comme elles en avaient convenu avec Tia. Elle n'aurait pas à la trahir cette fois. Même si c'était quelque chose de planifié, le rappel de ce qu'elle avait fait sous le coup de la colère dans le palais de Gurkhan et les conséquences que cela avait eu sur Xena... n'était pas une chose qu'elle se pardonnait si facilement. Principalement parce qu'elle avait craint ces derniers mois de réitérer ce schéma, causant cette fois, la mort de Tia.

Mais si elle était soulagée elle était également inquiète. Tia attendait qu'Ashee lui tombe dessus et ce n'est pas ce que ferait la Chamane. Lex lui jeta un rapide coup d’œil, incertaine de ce qu'elle devait dire ou faire. Ashee le nota et sourit.

- Je n'ai pas besoin de toi pour avoir Xena. De toute façon tu n'es qu'une diversion. C'est tellement évident que je me sens insultée que Xena ait pu penser une seconde que cela fonctionnerait.

Lex s'efforça de garder une respiration calme alors même que les battements de son cœur s’emballaient.

- Je ne connais pas le plan de Xena dans le détail et elle a toujours été pleine de ressources, mais allons Gabrielle... on sait toutes les deux que cette fois les Dieux sont de mon côté.

Lex redressa la tête vivement.

- Non, ils ne le sont pas. Ils ne l'ont jamais été. Tu joues avec des forces qu'ils n'approuvent pas. La seule chose de ton côté c'est le mal. Et il ne gagne jamais.

Ashee se pencha vers elle et lâcha :

- Hope a pourtant bien tué Solan...

Lex ferma les yeux alors que le souvenir éclatait, faisant voler en éclat son contrôle. Ce fut si vif et brutal qu'elle sut que la magie y avait joué un rôle. Pourtant Alti, non Ashee, ne l'avait pas touchée et son pouvoir avait toujours eu besoin de passer par le toucher. Elle cessa vite de se poser des questions alors que toute la douleur d'une vie revenait en force et s'emparait, littéralement, de son âme. Elle tomba à genoux en gémissant, la tête entre les mains et s'accrocha à la seule chose qui ne lui avait jamais fait défaut.

- C'est Tia, fit-elle la voix cassée par toute cette souffrance.

- Je te demande pardon ? Fit la Chamane un peu décontenancée.

- C'est Tia son nom, pas Xena.

Lex rouvrit les yeux alors que la douleur refluait et planta son regard vibrant dans celui de la Chamane.

- Nous ne sommes plus ces personnes là. Leurs douleurs sont en nous mais nous ne sommes plus elles. Je ne me sens pas coupable de la mort de Solan car ce n'était pas moi. Je suis Lex. Alexia. Et ma femme s'appelle Tia. Gabrielle ne s'est jamais mariée avec Xena, moi je suis mariée avec Tia. Nous avons des enfants, un passé bien plus riche que le leur et un futur, des projets. Xena et Gabrielle ne partageaient que le présent. Nous avons plus. Nous sommes plus. Ça ne marchera pas. Ce que tu essais de faire, ne marchera pas. Je suis Lex.

- Je vois..., fit la Chamane en se reculant. Tu es plus forte qu'avant, moins stupide. C'est bien. Ça servira mes plans.

Lex cligna des yeux, déstabilisée. Ce n'était pas ce qu'elle attendait comme réponse. Ça ne l'aidait pas. Puis comme un éclair, son intuition se réveilla. Peut-être que si finalement.

- Quels plans ? Fit-elle hésitante.

- La cérémonie qui fera de tes enfants nos réceptacles pour le dévoreur.

Lex se raidit. Alors c'était ça. C'était ça qu'elle attendait d'eux ! Mais pourquoi eux ?!

- Je ne sais pas ce que vous avez raconté aux jumeaux mais je doute qu'ils soient d'accord pour gentiment se sacrifier, riposta-t-elle alors que toutes les fibres de son corps lui hurlaient de se jeter sur elle avant qu'elle ne touche à ses enfants.

- Ils le feront pourtant avec plaisir... mais qui peut les en blâmer ? Se moqua-t-elle. Qui refuserait de devenir un Dieu ?

Lex serra les poings et répliqua :

- Ils vont devenir des démons pas des Dieux ! Et ce ne sera même pas eux, juste leur corps ! Vous leur mentez et à votre peuple aussi ! Que comptez-vous faire lorsqu'ils s'en rendront compte ?

- Ce n'est pas un mensonge, répondit la Chamane sur la défensive. Je ne dis pas toute la vérité, juste ce qu'il faut pour qu'ils consentent au sacrifice mais je dis la vérité quand même. Et quand à mon peuple, ils savent parfaitement ce qui va arriver. Et ils en sont parfaitement heureux et qui ne le serait pas ? Je vais leur offrir le monde !

La gêne d’Ashee à la mention de son éventuel mensonge aux jumeaux mit la puce à l'oreille de Lex. Donc le consentement était un élément nécessaire au passage du démon dans cette dimension ? Alors il suffisait de troubler un seul des jumeaux pour faire capoter le plan de la Chamane ! C'était inespéré !

Lex lutta quelques secondes avec elle-même. Comment prévenir Tia ? Devait-elle rouvrir leur lien ? Et si elle le faisait, Tia serait-elle capable de comprendre sa découverte ? Leur plan initial étant modifié, il fallait trouver un moyen de faire passer les informations. Leur lien était un très bon pis-aller, mais serait-il aussi efficace qu'elle l'espérait ? Cela faisait si longtemps qu'elles ne l'avaient pas vraiment utilisé...

Frustrée, Lex serra les dents et ne reprit conscience du lieu où elle était que lorsqu'un doigt passa lentement sur sa mâchoire. Elle sursauta alors et recula vivement la tête avant de se remettre sur pied en grimaçant.

Sa tête lui faisait un mal de chien. Ce retour des souvenirs de Gabrielle avait été très pénible. S'efforçant de réunir le maximum d'informations, Lex reprit son interrogatoire.

- Si ça concerne le sacrifice de mes enfants, je vois mal en quoi je vais pouvoir vous aider.

- Tu ne voudrais pas que je te gâche la surprise quand même ? Répliqua la Chamane avec un air innocent.

Lex serra les dents et ne dit rien. Ashee se planta devant elle, les mains sur les hanches.

- Très bien, maintenant que tu es plus docile, voilà le programme. Tu vas tout me dire du plan de Xena et pendant ce temps-là, moi je continu de préparer la cérémonie. Il ne faudrait pas que je prenne du retard, l'heure tourne, sourit-elle.

- Si vous pensez que je vais vous dire quoi que ce soit...

- Tututut, l'interrompit-elle en posant un doigt sur ses lèvres, ce n'était pas une demande mais une simple énonciation. Sur ce.

Ashee fit appel au pouvoir du Dévoreur et mêla un soupçon de son influence démoniaque au pouvoir qu'elle lança sur Gabrielle. Elle regarda celui-ci s'enrouler autour de la jeune femme et entrer par son nez et ses oreilles. Elle vit la couleur de ses yeux changer brièvement, voilant le vert éclatant d'un nuage gris avant de s'intégrer à la couleur. Le vert était moins vibrant mais toujours présent.

Le sort était en place. Satisfaite, elle retourna derrière sa table pour préparer la prochaine étape de la cérémonie tout en lançant sa première question à la jeune femme.

- Alors Gabrielle dis-moi pourquoi Xena t'a envoyée te jeter dans la gueule du loup ?

***

Enyalios arrêta le 4x4 et Linya détailla les alentours d'un air circonspect.

- Au milieu de nul part ? On ne devait pas rejoindre Tia ?

- Non.

- Non ?

- Non.

Linya leva les yeux au ciel.

- Tu as trop fréquenté Lex toi. Ça t'ennuierait de t'expliquer un peu plus ?

Le mercenaire eut un petit sourire devant la réflexion, avant de s'exécuter.

- Tia t'a expliqué comment marche le pouvoir de la Chamane.

- Plus ou moins.

- Ok, donc non.

Linya lui jeta un regard de travers mais se tint coite.

- C'est très simple, elle peut sentir les âmes. Entre autre chose, mais là ce n'est pas ce qui nous intéresse.

La jeune femme fronça les sourcils.

- Plus les âmes sont anciennes plus sa localisation est précise. La tienne est aussi vieille que celle Lex et Tia, tu es donc très facile à repérer et comme tu es la clé du plan de Tia, tu ne peux pas t'approcher tant que l'attention de la Chamane ne sera pas accaparée. 

- Mais elles, elles sont proches de la Chamane... autrement dit elles l'ont fait exprès, pour se faire repérer.

- C'est ça.

- Donc... leur plan c'est de se faire prendre ??

- Oui.

Linya le dévisagea.

- C'est tout l'effet que ça te fait ?! Mais c'est... c'est... suicidaire ce qu'elles font !

- Non, calculé. Écoute, je sais que tu n'as pas l'habitude de ce genre de situation, mais je t'assure que Tia sait parfaitement ce qu'elle fait.

Linya resta un moment silencieuse, ruminant ses pensées.

- Et on reste là jusque quand ? C'est quoi la suite du plan exactement ?

- Jusqu'à ce que Tia nous envoie un signal.

Linya haussa un sourcil.

- Et par quel moyen le fera-t-elle ?

Pour toute réponse, Enyalios leva la main dans laquelle il tenait un téléphone. Son petit sourire supérieur l'agaça un peu mais n'y prêta pas plus attention et se tourna vers Frédéric.

- Pourquoi tu ne dis rien ? Tu n'as pas de question, d'inquiétude ?

- J'ai très bien formé Tia, je ne suis donc pas inquiet. Par pour elle du moins.

A la pensée des jumeaux entre les mains de cette tribu de sauvages, l'expression de la jeune femme s'assombrit et elle hocha. Revenant à Enyalios, elle demanda :

- C'est quoi la suite alors ?

- Lorsque Tia appellera c'est qu'elle sera sur le point d'être faite « prisonnière ». A ce moment-là je partirai me mettre en place et tu attendras cette fois mon signal pour nous rejoindre.

- Mais je ne sais même pas où vous serez.

Le mercenaire sourit et se rapprocha mais avant d'avoir pu sortir un mot, un toussotement discret en provenance du siège arrière l'avertit de se reculer. Il se racla la gorge, se recula et reprit l'air de rien :

- On avait prévu plan et back track. Je devais juste te donner des explications de bases pour t'orienter avec le back track et t'expliquer ensuite ce qu'on attend de toi quand tu auras rejoint les jumeaux mais puisque Frédéric est là, je lui laisserai le soin de t'amener à nous au bon moment.

A l'arrière, Frédéric hocha la tête.

- Et comment Tia saura où se trouve les jumeaux ? Je veux dire, ok j'imagine que c'est pour ça qu'elles se laissent attraper, les localiser précisément mais comment nous transmettra-t-elle les informations ?

- Tia ne m'a pas tout expliqué mais ce n'est pas nécessaire, j'ai l'habitude de ses secrets. Tout ce dont tu dois t'occuper toi, c'est les informations qu'on te transmettra et la façon dont tu rejoindras les jumeaux. 

- Et toi tu feras quoi exactement ?

- Je rejoindrai mes troupes. On les a placées loin du camp de Tia pour qu'elles ne soient pas repérées et avec elles, je mènerai deux attaques simultanément.

- Pour détourner l'attention.

- C'est ça.

- Et créer le chaos, intervint Frédéric qui savait parfaitement comment fonctionnait sa protégée.

- Tout juste Auguste, approuva Enyalios en le pointant du doigt. Tia aura alors tout loisir de créer encore plus de chaos en interne ce qui jouera en notre faveur.

Il se tourna vers elle.

- Tu n'auras aucun mal à t'enfuir avec les jumeaux et Frédéric au milieu de tout ce bordel. Veille juste bien à rester avec lui.

Linya sourit d'un air rassurant devant son regard soucieux.

- Vous pensez que les jumeaux ne feront pas de difficulté ? Il me semble qu'il y a un démon ou un truc du genre en jeu... et d'après nos informations, ils sont loin d'être aussi dociles qu'ils l'ont été et ils sont même assez dangereux...

Enyalios haussa les épaules.

- On n'a pas prévu de parlementer avec eux. Sitôt que tu les as repérés, on les sédate et on les embarque.

Une fois encore Linya fronça les sourcils.

- Vous ne semblez pas vraiment avoir besoin de moi... alors pourquoi je suis là ?

- Me le demande aussi, marmonna le mercenaire soudain mécontent.

- Pardon ?

- Tia dit que la Prophétie le prévoit ainsi alors tu dois être là.

- Il doit y avoir une raison pour que la Prophétie ne souhaite pas que l'on se passe d'elle en pleine bataille, releva Frédéric qui, en bon observateur avait noté la soudaine réticence du grand homme. Ne vous en faites pas, poursuivit-il en lui tapotant l'épaule, je veillerai sur elle.

Enyalios lui jeta un regard surpris et détourna les yeux devant l'expression interrogative de sa vis-à-vis, soudain gêné.

- Je ne m'en fais pas, marmonna-t-il en se rencognant dans son siège.

Linya fit de même en croisant les bras.

- On va attendre combien de temps ?

- Aucune idée.

Se penchant en avant, Frédéric passa le bras entre les deux sièges et tourna le bouton de la radio. Il sélectionna le mode CD et en sortit un de son sac à dos. Pendant qu'il s'occupait de l'ambiance musicale, Enyalios entreprit de sortir le plan de son sac ainsi que le back track et commença à expliquer la topographie des lieux, pointant du doigt leur localisation, celle du village d’Ashee, du camp de Tia et l'endroit d'où lui-même lancerait ses attaques.

Une fois terminé il se redressa.

- Des questions ?

Linya et Frédéric secouèrent la tête et soupirant, la jeune femme ouvrit la portière pour sortir se dégourdir les jambes.

- Ne t'éloigne pas trop et évite les rochers. Les serpents s'y cachent.

Linya acquiesça et s'étira avant de faire quelques pas autour du 4x4 sous le regard attentif des deux mercenaires en espérant que tout allait bien du côté de Tia, Lex et des jumeaux.

 

Chapitre 5 :

Tia était inquiète, cela prenait plus de temps que prévu. Ça n'était pas normal, quelque chose clochait et ce depuis qu'elle avait senti comme... une ombre passer sur elle, elle ne savait comment décrire mieux l'impression de nuage passant sur son âme. Depuis le temps passait mais l'attaque d’Ashee ne venait pas.

Lex avait-elle échoué ? N'avait-elle pas été prise ? Que se passait-il ? Puis elle la sentit toucher leur connexion et elle soupira de soulagement. Elle ne percevait pas grand-chose pour l'instant, mais c'était prévu ainsi aussi ne s'inquiéta-t-elle pas. Si Lex ressentait le besoin de toucher leur connexion c'est qu'elle était en compagnie d’Ashee. Elle n'avait donc plus qu'à patienter un peu en espérant que la Chamane tomberait bien dans le panneau.

Alors que la nuit allait tomber, Tia décida qu'elle avait assez attendu et appela ses troupes. Elle les prévint de se préparer pour un assaut au crépuscule par le côté Est, le moins gardé d'après les observations d'Enyalios et prépara ses armes.

Finalement le moment de partir arriva et la nervosité de Tia se mua en angoisse. Pourquoi ne se passait-il rien ? Lex allait-elle bien ? Puis elle se reprit. Avec des nouvelles ou non, elle devait s'en tenir au timing. Alors comme prévu, elle scinda son petit groupe en deux et indiqua à Adam le point de réunion. Se séparer n'était pas prévu mais puisque les choses ne tournaient pas comme convenu, elle n'avait d'autre choix que de changer légèrement ses plans.

Elle hésita à appeler Enyalios mais décida d'attendre d'être au pied du village. Elle aurait alors une meilleure vision des choses et qui sait, elle pourrait avoir de la chance pour changer...

« De la chance, songea-t-elle amère, comme si j'en avais jamais eu... » L'inquiétude pour Lex et ses enfants reprit soudain le dessus et Tia eut du mal à garder son calme. Elle regarda ses hommes en train de discuter du changement de dernière minute et les découvrit aussi nerveux qu'elle. Ça n'était pas normal, tous étaient de grands professionnel, elle-même était capable de se contrôler quand bien même la réunion de son âme la mettait à fleur de peau. Quelque chose clochait. Tia ferma les yeux, tentant de récupérer le contrôle sur ses émotions.

Mais tout ce qu'elle découvrit fut sa part sombre, ce qui avait été la Louve. Pourquoi était-elle aussi présente ? Et pourquoi aussi soudainement ?

Elle attrapa son téléphone sans même en avoir conscience et composa un numéro. Ce ne fut que lorsque la sonnerie retentit à son oreille qu'elle comprit ce qu'elle faisait.

Elle se mordit la lèvre et hésita à raccrocher avant de prendre conscience que la simple idée de lui parler repoussait ses craintes.

- Tia ?

- Passe-moi Linya.

Habitué à ses manières brusques, Enyalios ne prit pas la mouche et fit ce qui lui était demandé. Elle l'entendit héler Linya et quelques secondes plus tard, la jeune femme était à l'autre bout du combiné.

- Tia ? Tout va bien ?

Ce fut comme si un poids lui était retiré des épaules. Elle soupira de soulagement et rouvrit les yeux.

- Maintenant oui.

Elle comprit que sa réponse la déconcertait mais ne s'expliqua pas. Au lieu de cela elle chercha un sujet de conversation anodin. Elle avait besoin de discuter pour permettre à sa part sombre de complètement retourner à sa place.

- Tu as fait bon voyage ?

Une seconde Linya resta sans voix puis elle répondit, prudemment :

- Pas vraiment, j'étais coincée au milieu d'une famille qui ne connaissait apparemment pas le concept de limites.

Tia sourit.

- Enyalios ne t'a pas trop fatigué à ton arrivée ?

- Non, il a été charmant comme à son habitude.

- Je sens qu'on parle de moi ! Entendit-elle l'intéressé s'exclamer au loin.

Tia lâcha un petit rire.

- J'ai emmené Frédéric, fit soudain la Dirigeante. Je ne sais pas pourquoi, c'était une impulsion. Tu ne m'en veux pas ?

Tia fit une pause, le temps de réfléchir à ce que cela pourrait avoir comme avantage ou inconvénient.

- Non. Il sera un atout non négligeable sur le terrain. Il est toujours redoutable malgré son âge tu sais.

- Oui, je sais, soupira-t-elle. Il n'arrête pas de se vanter depuis qu'Enyalios lui a demandé quand est-ce qu'il allait partir en maison de retraite. Frédéric lui a même donné quelques coups en traître pour lui rabattre son caquet.

Cette fois Tia éclata de rire.

- Enyalios ne sait pas s'arrêter, ce crétin ! ricana-t-elle.

- Ça va mieux ? Demanda Linya quelques secondes plus tard.

Tia sourit pour elle-même. Décidément Linya la connaissait bien...

- Oui. Merci.

- De rien. Alors vraiment ça ne t'ennuie pas que j'ai amené Frédéric ? Je sais que tu voulais le laisser avec les jumelles pour le cas où...

La mercenaire secoua la tête.

- Pour être franche je n'étais pas tranquille à l'idée de te laisser seule avec les jumeaux.

- Je n'aurais pas été seule d'après En. Tu avais prévu un petit groupe de mercenaires pour me protéger.

- Ça n'est pas la même chose. J'ai une totale confiance en Frédéric. Reste près de lui, d'accord ?

Linya leva les yeux au ciel. Entre Tia et Enyalios elle avait l'impression d'être couvée comme un poussin. Mais elle savait quand livrer ses batailles aussi, comme avec le mercenaire, Linya ne dit rien.

- D'accord. Autre chose ?

A ce moment-là, la connexion qu'elle partageait avec Lex s'ouvrit en grand. Prise au dépourvu, une flopée d'émotions et d'informations se déversa sur elle. Grinçant des dents sous l'afflux, Tia se força à ne pas résister. Si Lex utilisait leur connexion c'était qu'elle avait trouvé le moyen d'avoir les informations qu'elles recherchaient sans qu'elle, Tia, n'ait besoin d'être capturé. Elle laissa les informations, qui n'étaient pas ce qu'elle attendait passer sur elle comme l'eau sur sa peau et enfin, réceptionna les informations sur la localisation des jumeaux.

Puis comme il s'était ouvert, leur lien se referma jusqu'à ne plus être qu'un mince fil de soie. Ce retrait aussi brutal qu'il fut la rassura. Lex allait bien. Et leur supercherie n'avait pas été découverte sinon Lex n'aurait pas pris la peine de le brider à nouveau. Elle pourrait donc encore compter sur lui lors de sa confrontation avec Ashee et en tirer toute la force dont elle aurait besoin. Le temps qu'Ashee comprenne d'où cela provenait, il serait trop tard, elle ne pourrait plus le briser.

Elle laissa la vague de soulagement déferler dans son esprit et reprit, à l'attention d'une Linya qui commençait à paniquer devant son manque de réaction :

- Je vais bien, je suis là. J'étais juste... peu importe.

A l'autre bout du fil, Linya soupira de soulagement.

- Passe-moi Enyalios s'il te plaît, et prépare-toi, ça commence.

La soudaine gravité de Tia fit se tendre son amie.

- D'accord. Fais attention ok ? Et... ramène-nous Lex...

- Tout ira bien ne t'en fais pas.

- D'accord.

Puis elle passa l'appareil à Enyalios et Tia lui indiqua l'emplacement actuel des jumeaux ainsi que leur lieu de couchage. Le mercenaire lui promis de les sortir de là sur sa vie s'il le fallait et Tia le remercia avant de raccrocher.

Elle se tourna ensuite vers sa troupe, les dévisagea un à un, décida de garder l'infiltration en deux groupes comme idée et leurs indiqua, pour le cas où ils ne seraient pas encore emprisonnés parvenus au pied du village, les endroits à attaquer en priorité.

- N'oubliez pas. Vous n'avez que deux règles à suivre une fois dans le village. Foutre un maximum de bordel. Et restez en vie. Retirez-vous dès que vous entendrez mon signal. Restez groupés et solidaires mais n'attendez ni moi, ni Lex ni qui que ce soit d'autre que le groupe avec lequel vous êtes descendu. C'est clair pour tout le monde ?

Les hommes acquiescèrent en cœur et tous se mirent en route.

                                                                       ***

« Cela ne s'était pas tout à fait passé comme prévu » songea Tia en se réveillant. Grognant à cause d'un mal de tête violent, elle tenta de bouger et avisa rapidement les liens qui encerclaient ses poignets et ses chevilles entre elles. Elle ouvrit les yeux et découvrit que ses pieds étaient également attachés à une poutre en bois au milieu d'une pièce au sol en terre battu. 

- Tu vas bien ? Entendit-elle Lex demander à sa droite.

Sa première réaction en découvrant que Lex était là fut un profond soulagement. Elle était toujours vivante, l'attaque l'avait donc épargnée. C'était la seule chose qui l'avait chagrinée pendant l'assaut. Ne pas savoir où se trouvait sa femme et potentiellement la blesser pendant celui-ci. Elle était tellement concentrée sur leur lien, afin d'en sentir la moindre variation, qu'elle n'avait même pas senti venir le coup qui l'avait envoyée rencontrer le sol.

Elle ne savait toujours pas comment elle avait été mise K.O et cela l'ennuyait. Ses sens étaient développés à l'extrême, elle aurait dû le voir venir. 

- Je vais bien, fit-elle la voix légèrement enrouée.

Elle se racla la gorge et reprit :

- Et toi ? Elle ne t'a pas fait trop de mal ?

Lex secoua la tête mais détourna le regard et l'inquiétude saisit Tia. Elle la repoussa, ce n'était pas le moment, elle aurait tout le loisir de l'interroger plus tard lorsque tout cela serait derrière elles.

- Où est-on ? As-tu pu parler aux Jumeaux ? Comment vont-ils ?

- Que tu es curieuse Xena, répondit Ashee en apparaissant soudain dans son champ de vision. Et dire qu'avant tu avais toujours toutes les réponses... tu te fais vieille mon amie.

Tia la dévisagea, un peu surprise par son apparence.

- Je m'appelle Tia, répliqua-t-elle sans la quitter des yeux.

Si bien qu'elle vit l'éclair de contrariété traverser brièvement son regard avant qu'elle ne réponde :

- Ta petite paysanne m'a déjà fait remarquer que vous rejetiez vos vies passées.

Tia fronça les sourcils et jeta un bref coup d’œil à Lex qui haussa une épaule, aussi perplexe qu'elle.

- On ne les rejette pas... ce n'est simplement pas qui nous sommes aujourd'hui. Ça fait partie de nous mais ne nous définit plus.

- Intéressant... tu as l'air de vraiment y croire, releva pensivement la chamane en se tapotant le menton. Peu importe, au final cela m'arrange, reprit-elle avec un sourire de joie mauvaise.

Elle s'approcha de Lex qui entourait de ses bras une poutre en bois et dont les mains étaient liées entre elles, et posa la main sur son épaule, presque délicatement.

- J'ai un présent pour vous deux.

Elle tourna le visage vers Lex et déposa un gentil baiser sur sa joue.

- Je sais que vous allez apprécier. Ne me remerciez pas.

Sur ces mots, elle sortit de la pièce.

- Tu sais de quoi elle veut parler ?

- J'ai peur de le savoir...

- Et ?

- Je pense... je pense qu'elle veut nous faire participer à l'arrivé du Dévoreur.

- Comment ça ?

- Je ne sais pas, c'est ce qu'elle a dit quand elle m'a attrapée. Que j'allais participer. Mais puisque ce n'est pas encore arrivé et que tu es là...

- Je vois, son petit côté sadique et son besoin d'être admirée n'ont pas changé. Ça pourrait être une bonne chose. On devrait jouer sur sa volonté à croire que nous sommes Xena et Gabrielle aussi. Jouer sur ce qu'elle pense que l'on fera en tant que telle.

- Qu'est-ce que ça changera ?

- Xena n'a jamais compté sur un tiers pour se sortir de ses problèmes. Si elle croit que je suis elle, que j'agis toujours comme elle, elle ne se posera pas de question. Elle n'envisagera jamais qu'il y a une autre partie à notre plan. Que quelqu'un va intervenir. Parce qu'aujourd'hui notre salut et celui de nos enfants ne viendront ni de toi, ni de moi, mais bien de Linya et Enyalios. Et Frédéric.

- Frédéric ?

- Linya l'a amené.

- Oh... et bien ça me paraît sage. Un allié de poids.

Tia acquiesça.

- Tu sais ce qui est amusant ?

Tia haussa les sourcils. Réaction qui rappela à Lex toutes les fois où sa femme faisait de même pour s'économiser devant ses interpellations incessantes lorsqu'il lui arrivait de babiller. Ce qui lui arrivait souvent. Avant. Elle sourit et déclara :

- J'ai tellement l'habitude d'être Gabrielle sans être elle que je n'avais même pas fait attention à cette différence. Entre elle et moi. Je veux dire, oui bien sûr je sentais qu'on était différente mais je n'avais pas réalisé ce que cela signifiait dans la vie de tous les jours. Du moins avant de le dire à Ashee. Et de même, avant que tu ne le fasses remarquer, je n'avais pas vu combien tu étais différente de Xena. Pas foncièrement bien sûr, ce sont des détails, comme cette volonté de placer la réussite du plan en d'autres mains que les tiennes. Mais bon pour ça j'ai une excuse, tu n'es réellement toi-même que depuis peu.

Lex fit une pause, lui sourit, puis reprit :

- On va y arriver. On va sortir nos enfants de là.

Tia sourit, ravie de retrouver Lex, sa Lex. Celle qui réfléchissait aux choses dans le bon sens, comprenait sa pensée, les raisons de celles-ci et surtout, surtout, croyait en elle plus qu'en n'importe quoi d'autre. Lex n'avait cessé de le lui répéter depuis son retour, mais elle avait eu du mal à la croire. Et comment en aurait-il pu être autrement ? Lex l'avait laissée car elle avait cessé de croire en elle et en leur couple. Mais plus maintenant. Maintenant elles étaient à nouveau deux. Une. Ensemble.

Elle ferma les yeux et ouvrit leur lien, juste ce qu'il fallait pour que Lex ressente sa joie, son amour et son espoir pour elles et leur futur. Leur futur comme un couple marié.

Lex sentit sa respiration se couper lorsque les sentiments de Tia lui parvinrent et dû retenir l'émotion qui menaçait de faire éclater son cœur. C'était plus qu'un amour partagé, qu'une confiance retrouvée, c'était un pardon et une requête. Tia effaçait tout et demandait un futur avec elle. Exactement comme elle en avait rêvé depuis son retour. Elle avait enfin récupéré cette confiance sans laquelle elle ne parvenait pas respirer. Dieu que cela faisait du bien ! Les dernières barrières étaient tombées et elles se retrouvaient au même point qu'avant son départ. C'était inespéré et comme d'habitude songea Lex avec une pointe d'amusement, à un moment inattendu et presque malvenu.

Mais ce moment de joie fut de courte durée. Comme pour les ramener à la réalité, Ashee revint... avec son cadeau.

Lex et Tia retinrent leurs souffles. Là devant elles se trouvaient leur fils.

- Len ! s'exclama Tia en se redressant vivement. Tu vas bien ?

Mais lorsque son fils posa les yeux sur elle, ce fut comme s'il ne l'avait jamais connu. Son regard sombre était indifférent, froid et teinté de rouge. Beaucoup trop de rouge.

***

Enyalios était parti depuis près d'une heure maintenant. Linya savait que cela pourrait prendre un peu de temps, mais elle n'était pas douée pour attendre. Enfin d'habitude elle l'était mais elle n'avait pas ce genre de rôle à jouer non plus. Cela lui rappela la mission qu'elle avait menée avec Enyalios peu de temps avant que Lex ne la rappelle au ranch.

Celle-ci c'était bien déroulée mais le fait qu'elle ait dû aller sur le terrain avec lui, l'avait autant excitée que terrifiée. Maintenant elle remerciait le mercenaire de l'avoir obligée à participer, cela lui avait fait une bonne première expérience.

A l'époque elle n'avait eu qu'à toquer à la porte de sa protégée et, tout en prenant le thé avec elle dans son bureau, lui expliquer les étapes de son « kidnapping » après avoir posé un brouilleur dans la pièce où elles se trouvaient. Pour le cas où. Même si elle s'était sentie stupide en le faisant, elle avait reconnu qu'il valait mieux prendre des précautions que compter sur la chance.

Pour le reste Enyalios lui avait demandé de lui servir de chauffeur et elle s'était exécutée. Cela avait été la partie la plus effrayante. Il ne s'était rien passé de particulier mais le fait est qu'ils étaient, qu'elle était, en train de commettre un crime fédéral. Conduire comme si elle n'avait rien fait de répréhensible avait mis ses nerfs à rude épreuve et seul le babillage stupide et les tentatives de dragues idiotes de son partenaire de crime avaient réussi à la détendre.

Mais il n'était pas là en cet instant et la nervosité qu'elle ressentait ne cessait de monter. En désespoir de cause elle rejoignit Frédéric. Ce fut là qu'elle reçut son appel. Elle inspira profondément, regarda Frédéric dans les yeux et déclara :

- Bien, c'est maintenant notre tour. Prêt ?

Il acquiesça, elle fit de même et décrocha.

                                                                       ***

- Len, soit un ange, fit Ashee en lui caressant la nuque et va t'asseoir près au centre du cercle.

Le jeune homme acquiesça et se rendit dans le cercle tracé sur le sol, au centre de la pièce. Tia l'avait aperçu en se réveillant mais la présence de Lex l'avait empêchée de se concentrer dessus. Ça et ce mal de tête lancinant qui refusait de s'atténuer.

- Tu m'as fait quelque chose ? S'enquit-elle soudain.

- Tu n'as pas complètement perdue ta clairvoyance, sourit la Chamane satisfaite. En effet ma chère, je me suis permise d'exacerber tes souffrances physiques.

- Si tu t'imagines que cela m'empêchera de réfléchir, tu me sous-estimes.

- Je ne t'ai jamais sous-estimée Xena, enfin peut-être un peu, mais j'ai retenu la leçon. Donc non, je n'imagine pas que cela te sera réellement un désavantage. Je trouvais cela simplement juste.

- Juste ? Répéta Lex incrédule. Juste pour quoi ? Pour qui ?!

- Pour moi bien sûr. Toute ces fois où vous vous êtes mises en travers de mon chemin, même lorsque je n'avais rien à faire avec vous, il fallait que vous soyez là, à me gâchez mes plans ! fit-elle en repensant à cette fois-là en Inde où elle s'était tranquillement réincarnée loin de ces deux ennuyeuses gamines mais qu'elles avaient quand même trouvé le moyen d'apparaître et de ruiner ses plans. Ce n'est que justice. Et un peu jouissif aussi. J'ai toujours adoré te voir souffrir Xena.

Elle leur tourna le dos pour rejoindre Len en terminant :

- Et accessoirement, ta souffrance alimente mon pouvoir. Et je vais en avoir besoin pour ce qui va suivre.

Elle se plaça derrière Len, mains sur ses épaules. Il était assis en tailleur sur le sol de terre battue. Les deux femmes virent qu'il n'y avait pas un mais trois cercles. Len se trouvait dans le dernier, le plus petit. Ashee dans le second.

- Parce que je suis quelqu'un qui aime partager, je me suis permise de vous autoriser à voir la première partie de la cérémonie de l'hommage. Se sera juste entre vous et moi.

- Où est Lara ? L'interrompit Lex inquiète.

- Avec le reste du village chérie. Sur l'estrade où, dès la fin de notre entretien privé, Len et moi la rejoindront pour terminer la cérémonie.

Elle se pencha ensuite en avant et susurra à l'oreille de Len :

- Tu seras le premier à recevoir tes pleins pouvoirs. Es-tu prêt à devenir un véritable Dieu vivant ?

Len hocha la tête solennellement et retira son t-shirt, dévoilant une musculature aux proportions parfaites. Aussitôt Ashee commença son incantation.

Tia se tourna vers sa femme, paniquée. Elle ouvrit en grand leur lien psychique, un peu trop brutalement apparemment, car Lex grimaça.

- Ça ne peut pas commencer maintenant ! Je ne suis pas là depuis assez longtemps, Enyalios n'a pas pu se mettre encore en place ! Depuis combien de temps je suis là ? pensa-t-elle finalement à demander, sa panique refluant.

- Je ne sais pas, je dirais une heure.

- Ok, alors il faut qu'on gagne du temps jusqu'à son arrivée. Dix, voir quinze minutes. Tu as une idée ?

- Non aucune, répondit-elle de plus en plus inquiète. Mais tu es sûre que c'est un problème si le transfert a commencé ? Je veux dire, tant qu'il n'est pas fini, on a une chance non ?

- Nos chances sont bien meilleures si le démon ne met jamais le pied ici mon amour.

- Oui, bien sûr, fit Lex penaude.

Elle paniquait stupidement et Tia le sentit. C'était sa faute. Elle n'avait pas su garder son calme. C'était pourtant une des qualités les plus admirables de Xena. Cela en mémoire, elle eut une idée. Reprenant complètement son calme, elle resserra son lien avec Lex et la sentit s'apaiser à son tour.

Ashee termina son incantation puis s'accroupit. Elle trempa son doigt dans un bol et commença à tracer des symboles sur le dos nu de Len. Régulièrement elle s'arrêtait et penchait la tête sur le côté, les yeux à demi-fermé, murmurant quelque chose. A ce moment-là, Tia sentait systématiquement un tiraillement et la douleur sous son crâne s'intensifiait. Ashee soufflait alors dans l'air et une légère brume verte apparaissait, entrant pour moitié en elle et moitié en Len.

A chaque fois que la brume entrait en lui, son fils semblait prendre de l'ampleur et la lueur rouge dans ses yeux devenait plus ardente. Bientôt elle ne distingua du vert qu'un vague reflet. De même, se traits enfantins se durcirent et sa musculature s'allongea, plus déliée, plus frêle d'apparence, elle sut que ce n'était qu'une illusion, que sa force en était en réalité décuplée.

Tia dut choisir son moment pour interrompre Ashee, elle savait qu'elle n'aurait droit qu'à une tentative et celle-ci devait la convaincre qu'elle n'avait qu'elle comme adversaire tout en l'interrompant suffisamment longtemps pour permettre à Enyalios et Linya d'arriver. Elle devait être suffisamment impressionnante pour forcer Ashee à attirer un maximum de monde en renfort et surtout assez bruyante pour attirer l'attention de tous à l'extérieur.

Elle dut faire appel à des fragments de souvenirs. Des souvenirs de la Chine, de ce temps où pour vaincre un certain Dragon Vert, elle avait fait appel à des pouvoirs qu'elle ne se pensait pas capable de contrôler un jour. Mais elle l'avait fait. Et même si depuis lors elle n'avait jamais pu à nouveau les utiliser, elle avait toujours su au fond d'elle que cela n'attendait qu'un temps plus favorable. Un temps où le choix de les utiliser ou non ne serait plus un choix.

Cela lui prit plus de temps que prévu mais elle parvint à rassembler souvenirs et pouvoir. Cela nécessitait que le calme règne en elle. Le calme absolu, ce qu'on appelait sérénité. Elle dû pour cela faire appel à tous ses souvenirs heureux, avant de se rappeler que ce qui la calmait le plus était de penser à Linya et à ses filles. Alors elle emplit son esprit de leur visage, des souvenirs partagés, de leur amour et de ses propres sentiments pour elles.

Elle concentra ceci au centre de son être et attendit le bon moment. Lorsqu'elle pensa l'avoir trouvé elle se mit sur pied et cria :

- Tu croyais vraiment que j'allais gentiment te regarder corrompre l'âme de mon fils Alti ?!

La Chamane s'interrompit brièvement mais trop peu pour se déconcentrer. C'est alors qu'elle fut frappée violemment. Ce fut comme si un mur en brique lancé à pleine vitesse l'avait percutée et envoyée voler au loin. Étourdie, Alti mit quelques secondes à comprendre ce qui venait de se passer.

Elle fixa Xena avec un regard incrédule avant de sourire devant la rage qui déformait ses traits. Elle sentit l'attaque suivante et pu aisément la contrer.

- Chapeau bas Xena, j'ignorais que tu possédais toujours ces dons...

- Tu m'as sous-estimée, comme d'habitude.

Alti eut une grimace mauvaise et lança sa propre attaque. Mais Xena possédait une maîtrise plus importante qu'elle ne se l'imaginait car un bouclier psychique la bloqua et elle répliqua aussitôt en soulevant tous les objets tranchants de la pièce, et ils étaient nombreux, avant de les lancer dans sa direction. Sans perdre de temps, elle jeta sa volonté sur l'arsenal militaire que les mercenaires d’Ashee avaient apporté avec eux et fit exploser le fond de la pièce.

Alors que l'air sifflait à ses oreilles, Tia murmura :

- On l'avait dit au Dragon Vert pourtant, la poudre c'est dangereux. Tu ne retiens pas les leçons du passé aussi bien que tu le penses Alti.

La Chamane l'entendit et laissa échapper un cri de rage. Elle appela ses gardes et alors que Tia se défaisait de ses liens et commençait à combattre les premiers qui arrivaient, Alti rappela à elle sa Sentinelle. Elle puisa dans son essence afin de compléter rapidement la première phase de l'ascension du dévoreur. Cela demandait une concentration parfaite mais elle ne pouvait risquer que Xena fasse tout capoter si près du but.

Du reste à la seconde où son fils serait sous son emprise, elle n'aurait d'autres choix que de s'arrêter. Une fois que le pouvoir eut empli son être, Alti plaqua ses mains sur le torse de Len qui, sous le coup de la magie brute, bascula en arrière et la Chamane pu envoyer sans plus prendre de précaution, tout son pouvoir en lui. Cherchant, puis trouvant son âme, elle le lia à la sienne avant de l'emmener dans la dimension du Dévoreur qui attendait son entrée et lia les deux âmes ensemble.

Presque aussitôt, Len se tordit sur le sol en proie à une douleur indicible alors que son âme, sous le touché démoniaque commençait à consumer son âme.

- Assez ! Cria-t-elle en revenant dans son corps. Xena si tu veux que ton fils vive tu dois me laisser finir le rituel !

Ce fut comme un coup de tonnerre. Les protagonistes se figèrent tous et Tia, à bout de souffle se tourna lentement vers la Chamane. Son fils hurlait de douleur.

- Que lui arrive-t-il ? S'exclama-t-elle inquiète.

- Il est lié au Dévoreur. Tu ne peux plus rien faire pour lui. Toute personne qui touche un démon finit consumée par lui. Sa seule chance est de me laisser lier sa sœur également. Leurs deux âmes ensemble sont quasi-indestructible. N'as-tu jamais remarqué cela Xena ? Leur force ensemble ?

Tia déglutie. Elle devait mentir. Ça ne pouvait pas tourner ainsi. Le destin de Len n'était pas de mourir. Il devait y avoir quelque chose à faire. Mais quoi ?!

- Le temps est compté Xena. Il ne tiendra pas longtemps. Alors que comptes-tu faire princesse ? Laisser ton fils mourir dans d'atroces souffrances et passer le reste de son éternité en territoire démoniaque ? Ou me laisser aller chercher sa sœur ?

- Non, murmura-t-elle sourde à tout ce qui n'était pas son fils, Solan a déjà passé trop de temps en enfer à m'aimer et attendre mon retour... il ne mérite pas ça...

Tia se tourna vers Lex qu'elle avait délibérément laissée attacher. Le plan était d'attirer l'attention, pas de réellement se battre. Pas maintenant. Mais sa femme était aussi paniquée qu'elle et sa crainte se lisait sur son visage. Elles avaient perdu leur fils. Deux larmes roulèrent sur ses joues alors qu'elle revenait au corps de Len, tordu de douleur au pied de la Chamane.

Et alors le monde explosa.

 

Chapitre 6 :

Lorsqu'ils arrivèrent aux abords du village, Frédéric et Linya comprirent qu'ils n'auraient pas besoin de faire profil bas. Tia avait bien organisé les choses et Enyalios et les mercenaires engagés faisaient un travail efficace.

Pour faire court, c'était un chaos sans nom.

Les coups de feu succédaient aux explosions et aux cris dans un déluge assourdissant. Sans prendre trop de précautions, les deux amis rejoignirent le petit groupe qui leur servirait de protection jusqu'à ce qu'ils mettent la main sur les jumeaux et entamèrent la descente dans la cuvette.

Presque au pas de course, la descente fut rapide, à peine quelques minutes et ils se retrouvaient à l'entrée du village. Accédant à celui-ci via le côté ouest, le petit groupe se faufila entre les maisons, évitant autant que possible les rencontres. D'après les infos d'Enyalios, les jumeaux étaient au centre du village. Avec les habitants.

Le travail d'Enyalios était de disperser ceux-ci sans pour autant faire fuir les jumeaux. Ou, si cela devait arriver, de les pousser de leur côté. Tout le monde était donc sur le qui-vive mais bien qu'ils finirent par rencontrer beaucoup de villageois et de guerriers, ils ne tombèrent jamais sur les jumeaux. Enfin, alors que deux des soldats en tête de leur convoi se démenaient pour se débarrasser des villageois qui venaient de leur tomber dessus, Linya aperçut Lara.

- Là-bas ! Fit-elle en prenant le bras de Frédéric pour attirer son attention.

Il suivit des yeux la direction qu'elle lui montrait et hocha la tête. Il se tourna vers les soldats restant et fit signe à deux d'entre eux d'aller aider leur collègue avant de montrer leur destination. Laissant les quatre soldats en arrière, le reste du petit groupe s'empressa, tout en zigzaguant pour éviter de faire d'autre rencontre, de rejoindre ce qui semblait être une plateforme.

Parvenus au pied de celle-ci, Frédéric et Linya découvrirent une Lara figée, un masque d'horreur et de panique peint sur le visage, elle semblait perdue dans un monde intérieur qu'ils ne comprenaient pas. Tout autour d'elle gisaient des corps blessés et carbonisés. Certains des villageois ensanglantés tendaient une main implorante en direction de Lara.

Cette vision glaça Linya d'effroi et elle échangea un regard horrifiée avec Frédéric.

                                                                       ***

Dès les premiers coups de feu, Ashee comprit ce qui se passait. Elle tourna un regard empreint de rage et de haine sur la mercenaire. Si elle n'avait pas déjà détruit Len, elle l'aurait fait en cette seconde rien que pour voir le désespoir peindre ses traits.

- Ça ne se passera pas comme ça Xena, tu ne m'auras pas cette fois ! De toute façon tu n'as pas le choix !

Elle se précipita sur la mercenaire qui n'eut pas le temps de reculer et lorsque la main de la Chamane entra en contact avec sa peau, la guerrière tomba à genoux, désorientée.

- Tia ! Cria soudain Lex. Elle s'enfuit. Détache-moi !

Mais Tia n'avait pas seulement perdu son équilibre, c'était tous ses sens qui étaient sens dessus dessous et le temps qu'elle reprenne contact avec la réalité, Ashee avait disparu. Elle se releva en titubant et sans regarder le corps de son fils qui venait de cesser de se tordre, elle rejoignit sa femme.

Elle défit ses liens et Lex se rua auprès de Len, qu'elle prit aussitôt dans ses bras. Tia ferma les yeux, refusant de se retourner, de voir encore une fois son enfant, son bébé, mort parce qu'elle avait été trop confiante. Ce qu'elle avait ressenti à la mort de Solan n'était rien en comparaison de la souffrance qui la déchirait en ce moment. Solan n'avait été qu'un possible, un enfant qu'elle aimait parce qu'il était à elle et Borias. Len... Len était un enfant qu'elle avait connu, soutenu, vu pleurer, se battre, être en colère. Il n'était pas qu'une volonté, une envie, un possible. Elle l'avait connu et cela rendait sa perte dix fois plus insupportable.

- Je vais chercher Ashee, pas question de la laisser mettre la main sur Lara, lâcha-t-elle d'une voix tremblante.

Lex releva la tête mais n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit. L'eut-elle pu qu'elle n'aurait su quoi dire. La douleur de Tia, elle la partageait. Elle revint à son fils et posa son front contre le sien en chuchotant :

- Ne t'en fais pas bébé, maman va trouver une solution, maman trouve toujours une solution. Tiens juste le coup. Je reste avec toi.

Elle n'était pas certaine que Tia puisse faire quoi que ce soit cette fois mais elle refusait de penser que tout était fini. Len était dans la dimension démoniaque mais son corps respirait toujours et tant que Lara n'avait pas basculé alors tout était encore possible.

Et c'est cette pensée qu'elle décida d'envoyer en boucle dans l'esprit de sa femme, certaine qu'un mur de chagrin et une colère sans nom devait l'avoir saisie et dans cet état, il était impossible pour elle de gagner sur Ashee.

« Tout est possible, mon amour, tout est toujours possible »

                                                                       ***

- Je ne vois pas Len, cria Linya en s'efforçant de reprendre son sang-froid.

- Moi non plus !

- Alors qu'est-ce qu'on fait ? Et comment diable arrête-on Lara ?

Quelques secondes plus tôt, la jeune fille avait repris ses esprits et une rage violente et un goût du sang accru lui avait fait lancer une attaque d'une barbarie sans nom. Elle n'avait pas remarqué leur arrivée elle était obnubilée par ses pouvoirs qu'elle faisait pleuvoir sur tout ceux autour d'elle et ce, peu importe qu'ils soient de son côté ou non. Elle ne faisait pas de distinction. Elle envoyait des langues de feu, utilisait sa voix également pour plier les gens à sa volonté et c'était comme voir un spectacle de marionnettes macabre. Linya était terrifiée. Elle n'était pas certaine d'être à la hauteur, encore moins si Len faisait de même.

Comment les ramener à la raison alors qu'ils avaient dépassé le stade de l'humainement acceptable ? Comment même les approcher alors qu'un geste de leur part pouvait les tuer instantanément ? Ça n'était pas prévu. Bien que David avait été explicite sur ce que Len et Lara lui avaient infligé à lui et aux gens du parc, elle n'avait pas vraiment voulu y croire.

Len et Lara... étaient trop innocents, animés par la même soif de justice que leurs mères. Ça n'était pas possible.

- Ça suffit ! S'admonesta-t-elle soudain.

Elle aurait le temps des questions et de la peur plus tard. L'âme des jumeaux était en jeu et Lex et Tia comptaient sur eux. Il n'était plus temps de faire l'enfant.

- Très bien je vais chercher Len. Essaie d'approcher Lara et de la raisonner.

Elle plongea son regard dans celui du vieux guerrier et su que c'était là, la raison de son impulsion. Les Dieux ou elle ne savait quoi, savaient ce qui pouvait se passer et qu'elle aurait besoin d'aide. Soudain elle comprit. Elle agrippa son bras et cria au milieu de la tourmente ambiante, alors qu'il s'apprêtait à protester :

- La Prophétie a été mal interprétée. Je ne suis pas l'Inaltérable. Nous sommes l'Inaltérable. Pourquoi je n'en ai aucune idée pour l'instant. Mais je le sais.

A ses mots, les épaules du guerrier se détendirent et il hocha la tête, un peu surpris. Il sentait la vérité dans ses mots. C'était logique, normal. Ils étaient l'Inaltérable. Deux et non un. Comme les jumeaux, comme Tia et Lex, comme les jumelles. Deux plus qu'un, deux pour un.

Soulagée, Linya indiqua à un de ses gardes du corps qu'elle devait continuer, qu'il pouvait la suivre ou rester, mais qu'elle, elle partait. Et sans plus attendre, animée par une détermination et une assurance nouvelle, Linya s'éloigna, traversant la place et continuant tout droit, suivant la direction dont elle savait qu'elle la mènerait jusqu'à Len.

                                                                       ***

Enyalios bataillait dur, son attention partagée entre ses coéquipiers, ses adversaires et sa quête personnelle de la team rescue comme il l'avait nommé pour lui même. Alors qu'il ordonnait au groupe B une retraite et au groupe A une attaque frontal en zone D, il aperçut une silhouette qui fonçait droit devant elle sans tenir compte de ce qui se passait aux alentour. Il reconnut immédiatement Linya et s'élança à sa suite tout en donnant des ordres via son micro.

Ils avaient délimité le village en zones distinctes quelques jours plus tôt et établi un plan d'action pour chaque zone. Mais comme ils avaient dû changer leur plan à la dernière minute, il se retrouvait à improviser en plein combat. Heureusement il connaissait, et ses coéquipiers avec lui, par cœur la carte du village et grâce à son génie tactique, parvenait à infliger de gros dommages dans l'armée ennemie pour peu de dégâts dans leurs rangs, et ce malgré la présence des mercenaires adverses. 

Tout en suivant Linya et la protégeant de loin, il visualisait le plan du village dans son esprit et ajustait ses attaques en fonction des rapports des huit équipes qu'il avait dispersées sur le terrain. Ils avaient réussi à semer un beau chaos grâce à de rapides attaques suivies de retraites toutes aussi rapides. Mais cette tactique ne pouvait fonctionner qu'un temps, les mercenaires et villageois étant bien plus nombreux qu'eux. Après cela il devrait déclencher les pièges que l'équipe Taupe entreprenait de poser depuis le début de l'assaut.

Il avait eu cette idée en chemin après l'appel de Tia. Ils avaient dû faire avec le matériel amené et ce qu'ils pensaient pouvoir trouver une fois dans le village mais si les pièges étaient rudimentaires, ils n'en seraient pas moins efficaces. Et cela permettrait une retraite sans trop de danger lorsque le moment serait venu.

Soudain Linya s'arrêta et il fit de même, les sens aux aguets. Personne ne semblait être présent dans cette partie du village. Il re-dispatcha alors les équipes Alpha et Omega, lesquels agissaient ensemble dans un espèce de ballet impressionnant, se prêtant mains fortes à tour de rôle, comme un relais hyper sophistiqué qu'ils avaient mis au point des années plus tôt et qui était la raison pour laquelle Tia les avaient choisis.

S'approchant de Linya, il se signala doucement pour ne pas l'effrayer mais elle sursauta quand même. Une main sur le cœur elle se tourna vers lui et il aperçut avec un sentiment fugitif de joie qu'elle semblait soulagée et heureuse de le voir.

- Tu viens faire quoi ici ? Les jumeaux ont été signalés au centre de la place.

- Lara s'y trouvait mais pas Len et je sens qu'il est ici.

A ces mots, Enyalios la dévisagea puis opta pour un silence passif. Il n'aimait pas ces histoires de magie et avait malgré toute sa bonne volonté et sa foi en ses amies, du mal à en faire une réalité. Mais ce n'était pas le moment d'en débattre. Il accepta donc son affirmation comme un savoir et hocha la tête, la précédent dans son exploration du bâtiment à deux étages devant lequel elle venait de s'arrêter.

                                                                       ***

Ça n'allait pas. L'âme de Len se consumait beaucoup trop vite. A vouloir savourer sa vengeance, elle avait compromis sa victoire et elle sentait le mécontentement de son Maître la suivre comme une ombre malsaine. Elle devait trouver un moyen de gagner du temps.

Un sacrifice de sang.

C'était la seule façon d'alimenter l'âme de Len qui maintenant qu'elle se trouvait en dimension démonique, ne pouvait trouver du pouvoir et de la force qu'à travers ce que le monde faisait de plus sombre.

Sans s'arrêter dans sa course, elle appela puis lança sa Sentinelle sur tous les êtres vivants qu'elle croiserait. Elle lui ordonna d'en marquer cinquante et de lier leurs âmes entre elles puis de lui en donner le fil principal.

Elle arrivait en vue de la place lorsque sa Sentinelle, toujours aussi efficace, lui tendit le fil des âmes enchevêtrées. Elle le prit, le porta à sa bouche, appela le Dévoreur et, juste avant qu'il n'arrive jusqu'à elle, mordit dans le fil. Cela l'enflamma violemment. Les flammes remontèrent le fil jusqu'aux propriétaires et Ashee entendit les hurlements lui signifier la réussite des sacrifices.

L'âme du Dévoreur l'effleura et elle lui offrit les corps de ses victimes pendant qu'elle récoltait leur énergies et aspirait leur sang via ses liens toujours présent même si brûlés. Elle lança le tout en direction de Len et sentit le jeune homme s'apaiser, comme s'il reprenait sa respiration après une course effrénée.

Satisfaite, Ashee se tourna vers l'estrade où un vieil homme s'approchait de sa protégée par derrière.

- Oh non vieux fou, elle est à moi.

Mais avant d'avoir pu faire un mouvement, une ombre s’abattit sur elle et l'écrasa au sol de tout son poids.

En reconnaissant la propriétaire du corps en question, elle hésita entre rire et rage. Avoir Xena aussi près d'elle l'émoustillait immanquablement. Entre esprit de compétition, désir et admiration, Alti avait toujours été prise par ses émotions dès que cela touchait à la princesse guerrière. Souvent elle maudissait le jour où elle l'avait prise sous son aile. Elle était si rustre alors !

D'un mouvement de reins habile car pratiqué depuis des siècles, elle se retourna sans pour autant repousser Xena et se retrouva sous elle, nez à nez, bouche à bouche. Tia eut un mouvement de recul qui tira un rire à la Chamane.

Elle profita de l'avoir déstabilisée pour rassembler son pouvoir et empoigna la guerrière alors qu'elle tentait de se remettre sur pied. Les deux mains sur ses bras, Ashee arracha son âme de son corps et l'envoya au loin. Elle repoussa ensuite vivement son corps, désormais sans vie et rejoignit Lara au centre de la place.

- Lara ! Cria-t-elle alors que le vieil homme posait sa main sur son bras pour attirer son attention.

La jeune fille prise entre deux feux arrêta ses attaques, déconcertée. Lorsqu'elle découvrit Frédéric, elle ouvrit la bouche mais aucun son n'en sortit.

- Lara ! Le dévoreur attend son dû ! Il est temps ! L'apostropha la Chamane de nouveau.

L'adolescente reporta son attention sur elle et esquissa un pas dans sa direction, incertaine.

- Lara attends, intervint Frédéric, je suis là pour t'aider.

- Ne l'écoute pas Lara et dépêche-toi, ton frère est dans une sale position, plus tu tardes plus il risque la mort.

Ce fut comme une décharge. Elle se souvint de la souffrance violente qu'elle avait perçue de sa part avant qu'une rage sans nom la saisisse sous l'influence du démon. Lara se dégagea de la poigne de Frédéric et sauta au bas de l'estrade.

- Je vous suis.

Ashee hocha la tête et attrapa sa main pour la conduire au pas de course jusqu'à un endroit plus calme. Du moins cela avait été son intention. Mais Xena, cette maudite empêcheuse de tourner en rond avait une fois de plus retourné son plan contre elle ! Elle venait tout juste d'empoigner son âme et tirait dessus de toutes ses forces, bien décidée à emporter le combat sur un terrain psychique.

Elle l'avait déjà fait plusieurs siècles auparavant, elle y avait gagné et entendait bien recommencer.

Avec un cri de rage, l'âme d'Ashee fut arrachée et devant une Lara stupéfaite, son corps s'affaissa sur le sol, sans vie. Sitôt dans le monde spirituel, elle se débarrassa de la poigne de la guerrière et lui fit face.

***

Devant le corps inconscient de la Chamane, Lara ne savait pas quoi faire. Et Len ? Elle avait dit que trop tarder pouvait lui être fatale. Où était-il ? Comment l'aider si Ashee n'était plus là ? Commençant à paniquer, elle releva la tête à la recherche de Sahel.

- Lara, fit Frédéric en s'avançant, je ne sais pas ce que cette femme t'a dit pour te convaincre de la suivre ici, mais je te connais. Je sais ce que tu as fait et je sais que tu te le reproches. Mais tu dois comprendre que ce n'était pas ta faute.

Aux premiers mots, l'adolescente s'était raidie. Elle ne voulait pas parler avec lui, pas l'entendre la supplier de renoncer à faire ce qu'elle devait faire. Elle avait renoncé à tout cela quelques jours plus tôt. Frédéric, comme le reste de sa vie d'avant, ne la concernait plus. Mais l'entendre dire que ce n'était pas sa faute avait fait comme sauter une barrière. Et une rage dévastatrice déferla hors de son corps.

- Pas de ma faute ? Penses-tu vieil homme que je ne savais pas ce que je faisais lorsque j'ai brûlé vivant ces hommes ?! Fit-elle en désignant les corps encore fumant des individus avec lesquels elle s'était amusée quelques minutes plus tôt.

Frédéric qui venait enfin de capter son regard n'avait pas l'intention de se laisser distraire.

- Ce n'était pas toi. Lara est une gentille fille. Crois-tu que je ne saurais pas ce qu'il y a en toi alors que je t'ai élevée et que j'ai connu les âmes les plus noires de ce monde ? Oublies-tu que j'en suis une ? Je sais reconnaître mes pairs et toi, jeune fille, tu n'en es pas une.

Elle avait tendance à l'oublier mais c'était vrai, Frédéric avait travaillé avec Sassem, son père biologique, un dictateur sadique et cruel qui avait commis les pires crimes qu'un être humain puisse faire subir. Il l'avait fait par ambition et égoïsme et dans cette entreprise, Frédéric l'avait longtemps aidé.

Son père de cœur n'était pas un saint. Pas plus que sa mère, même si celle-ci avait des excuses que ni lui, ni elle aujourd'hui n'avaient. Frédéric pouvait bien dire ce qu'il voulait mais elle, elle savait. Elle était coupable. Le pire, était qu’elle n'était pas certaine de vouloir s'arrêter. Le sentiment de toute-puissance, ce plaisir dans la cruauté... seigneur était-elle comme son père finalement ?!

Elle secoua la tête.

- Tu as tort. Je ne suis plus cette enfant. Je suis...

Le goût du pouvoir dans sa bouche s'intensifia, le souffre dans son esprit balaya les doutes et elle se redressa, fière et destructrice.

- Je suis bien plus que ça. Mon destin est de régner et si tu ne souhaites pas faire partie des pertes inévitables, tu ferais bien de déguerpir car je ne laisserai personne se mettre entre moi et mon destin.

Oui, c'était mieux. L'horreur qu'elle s'inspirait quelques minutes tôt s'était effacée. Pour écraser les doutes, elle s'accrochait à cet avenir comme à une bouée. Elle fit volte-face. Elle devait trouver Len. Avec ou sans Ashee, la cérémonie devait se terminer. Elle sentait, à la lisière de son esprit, le démon qui la poussait à s'activer sans attendre.

                                                                       ***

Dans les bras de Lex, le corps de Len soudain s'agita. Lex sursauta, sortant de la torpeur dans laquelle elle avait plongé en pensant son enfant mort. Elle resserra sa prise sur lui et lorsqu'il ouvrit les yeux, un soulagement indicible dévala son corps.

- Len, mon bébé, tout va bien. Maman est là. Je ne te lâche plus. Je suis là.

Mais le regard rouge sombre qu'elle croisa lui envoya des frissons le long de la colonne vertébrale.

« Non, c'est impossible... » Songea-t-elle au comble du désespoir. C'était le démon. Comme Hope en son temps, Len était envahi par une âme démoniaque et cela ne pouvait signifier qu'une seule chose. Tia n'avait pas réussi à empêcher Alti de terminer la cérémonie. Elles avaient perdu. Elles avaient perdu leurs deux enfants. Non, c'était impossible. Pas encore, pas encore !!

- Nooooon, gémit-elle, refusant de lâcher l'enfant qui n'était plus le sien.

Le regard froid ne la quittait pas, pourtant il ne faisait pas un geste pour se dégager de son étreinte. Et soudain elle ne fut plus seule. Linya apparut, accompagnée d'Enyalios, arme au poing. Linya repoussa le mercenaire qui tentait de la protéger et se précipita auprès d'elle. Tout de suite, elle nota la couleur des yeux de Len et en comprit la signification. Elle remarqua également qu'il ne bougeait pas et restait bien sagement en position allongée dans les bras de sa mère.

Linya posa une main douce sur les cheveux de son amie et déclara :

- Ce n'est pas encore trop tard.

L'espoir fit briller les yeux de Lex.

- Comment le sais-tu ?

Linya haussa les épaules.

- Comme j'ai su qu'il était ici.

Comme elle n'ajoutait rien de plus, Lex comprit. La Prophétie était en marche. Et ce qu'elle disait était que Linya était la seule à pouvoir sauver ses bébés. Alors elle fit un effort et s'obligea à relâcher le corps de son fils. Le déposant délicatement sur le sol, elle laissa sa place à Linya.

- Tu peux le sauver pas vrai ? Tu vas le sauver ?

- Je vais faire de mon mieux.

Mais cela ne convenait pas à Lex qui attrapa son menton pour plonger son regard dans le sien.

- Tu dois le sauver.

- Je ne peux pas accomplir l'impossible Lex. Si le dévoreur est là, le mieux que je puisse faire est d'exhorter Len à se battre. Mais pour ce qui concerne ce démon... il n'y a que Tia et toi qui puissiez faire quelque chose.

Lex ouvrit la bouche puis la referma, perdue.

- Rejoins Tia, elle a besoin de toi. Je suis là pour Len.

- Et Lara ? Fit-elle faiblement, craignant la réponse.

Elle ne voulait pas sacrifier un enfant pour un autre. Elle voulait ses deux enfants.

- Frédéric est avec elle, ne t'en fais pas. Il est l'autre partie de cette Prophétie. Ce serait trop long à t'expliquer mais c'était prévu ainsi. Il fera pour Lara, ce que je ferais pour Len. Maintenant va. Rejoins Tia et battez-vous pour vos enfants. Débarrassez-nous de ce dévoreur, ça facilitera grandement notre travail à Frédéric et moi.

Lex hésita puis hocha la tête. Elle se redressa et se posta devant Enyalios.

- Prends soin d'eux. Eux deux. Linya et mon fils, comme s'il était besoin de préciser.

- Je prendrais soin d'eux, promit-il en comprenant sa crainte.

De sa vie s'il le fallait. Elle acquiesça et quitta enfin la demeure d'Ashee. Enyalios reporta son attention sur Linya et voyant qu'elle semblait maîtriser la situation, entreprit de sécuriser les lieux.

***

Ils étaient à court de temps. Alti ne cessait de songer au temps qui filait et l'impatience se muait en rage. Non, ça n'allait pas arriver. Pas après tous ces siècles à préparer ce moment. Elle ne laisserait pas Xena tout gâcher !

Le dévoreur se faisait de plus en plus présent dans son esprit. Dominant même parfois sa volonté, envoyant des éclairs de pouvoirs et des pensées pressantes. Elle sentait, par son intermédiaires ce qui se passait avec Len. Aussi bien son âme que son corps. Lara n'était pas loin d'elle mais elle voyait ce qui se passait de la même façon. Avec son esprit plus qu'avec ses yeux. Et ce qu'elle voyait ne lui plaisait pas. L'Inaltérable se trouvait avec les deux enfants.

Comment était-ce possible ? Ils étaient en deux endroits différents ! Mais elle ne perdit pas de temps en question inutile et utilisa le pouvoir mit à disposition par le démon pour attaquer Xena. Celle-ci prit l'attaque de plein fouet et sentit son corps immatériel parcourut par des milliers d'arcs électriques. Chacun d'entre eux étaient plus douloureux que le précédent et Tia chercha vainement un moyen d'y mettre fin. Renonçant, elle accepta plutôt la douleur, l'embrassa même, comme elle avait appris à le faire des années plus tôt. Elle n'aurait jamais pensé devoir remercier un jour Sassem pour les horreurs qu'elle avait dû surmonter... Elle utilisa la douleur comme moteur de sa détermination et se rua sur Ashee avec la fureur qui avait fait naître des légendes sur la Princesse guerrière.

Dans cette vie-là Chamane avait négligé son entraînement physique et elle ne faisait simplement pas le poids face à une Tia déchaînée.

Mais Alti n'avait pas traversé tous ces siècles sans apprendre et surtout, retenir, des techniques dont elle savait qu'un jour elle aurait besoin contre Xena. Elle rassembla son énergie, puisant dans les liens de sang qu’elle n’avait pas défait et emprisonna la douleur et l'horreur des morts dans un souvenir en boucle qu'elle transmit à Xena lorsque celle-ci, oubliant que la toucher équivalait à libérer son pouvoir, encore plus dans ce monde, la frappa d'un revers du droit.

Aussitôt le souvenir des dizaines de morts résonna dans son esprit. Tia se figea et tomba à genoux. Dans le même temps son corps se mit à convulser. C'était atroce, inimaginable. Elle était déjà morte, plusieurs fois, de façon horrible, mais ces morts-ci étaient multiples et se répétaient encore et encore. La douleur et la peur la paralysaient littéralement, déchirant son âme en morceaux de plus en plus petit. La souffrance était telle que Tia douta de garder intact cette âme si récemment retrouvée.

Au bord de la folie, perdue entre réalité et rêve, souvenirs étrangers et sensations physiques sur son corps comme celle du sable sur sa peau, elle se raccrocha à la seule chose qui lui avait toujours permis de tenir le coup. A sa lumière personnelle, son amour, son âme-sœur, à Lex.

***

- Len, je sais que tu peux m'entendre. Alors tu vas le faire attentivement, comme si ta vie en dépendait. Pense au salut de Lara. Concentre-toi sur sa sauvegarde. Elle le mérite mais plus que cela, c'est ta sœur, ta petite sœur. Tu dois prendre soin d'elle et cela signifie faire les bons choix. Pour toi comme pour elle. Alors réfléchis bien Len, réfléchis. Est-ce que venir ici était indispensable à sa protection ? Est-ce que se soumettre à ses désirs, ses envies, un démon est indispensable pour sa protection ? Ou t'en es-tu convaincu parce que cela te permettait à toi, de faire ce que secrètement tu désirais ?

Linya ne savait pas si Len était suffisamment proche de la surface pour être capable de l'entendre ou le cas échéant, de la comprendre, mais elle devait tenter le coup. Pour s'assurer d'un lien plus étroit avec lui, elle prit le risque de le toucher, sachant, sentant, que se faisant, elle donnait une fenêtre au démon pour atteindre son esprit.

Elle comptait dessus. C'était un risque calculé. Elle était l'Inaltérable. Il ne pourrait pas la corrompre aussi fort essaierait-il.

« Mais je peux te blesser... » Susurra une voix métallique et empreinte de fiel dans sa tête. Linya réprima un frisson de peur. Elle tiendrait bon, Len comptait sur elle.

- Len, commença-t-elle avant de s'interrompre à la seconde où elle touchait la peau du jeune homme.

La douleur qui la traversa fut intense et dura quelques secondes. Elle en fut paralysée instantanément. Puis, comme si son corps avait pris la mesure de l'attaque, celle-ci reflua comme le ressac de la mer. Elle sentit le démon tenter de la toucher encore sans y parvenir, à peine ressentit-elle un chatouillis courir le long de sa colonne.

Reprenant sa respiration, elle essuya la transpiration qui goûtait de son front. Le lieu, la douleur et la concentration mettait son corps à rude épreuve.

- Ok, on réessaie.

Si le dévoreur avait pris la peine de l'attaquer c'était que ce qu'elle faisait, fonctionnait. Aussi inspira-t-elle profondément avant de se focaliser entièrement sur l'adolescent devant elle, oublieuse du lieu, du bruit de la bataille, du démon même qui attendait tapis derrière les yeux autrefois bleus et mit-elle toute sa conviction dans ses propos.

- Len, Lara compte sur toi, commença-t-elle.

***

Frédéric se plaça directement dans le chemin de Lara, les bras écartés.

- Lara, tu n'es pas seule dans cette histoire. Ton frère compte sur toi. Tu peux l'aider, tu le dois, il t'a toujours protégée, c'est ton tour maintenant.

Frédéric ne savait pas d'où sortait ses mots ou la conviction que le temps était compté pour Len, mais il ne doutait pas de ce qu'il disait.

***

Dès le premier mot prononcé, Linya sentit une force blanche, elle la voyait distinctement, grandir au sein de son propre esprit qu'elle visualisait, elle ne savait pourquoi, au centre de son corps. A mesure qu'elle parlait, cette « force » lumineuse prenait de l'ampleur, nourrit par ses mots mais également par ceux de Frédéric.

- Accroche-toi à ta sœur Len, laisse son bien-être être ton guide comme cela l'a toujours été puis soit le à ton tour. Elle a besoin de toi, pas seulement pour vivre. Elle a besoin de toi comme guide. Tu as toujours été son modèle favori, bien avant votre mère. Comment as-tu pu l'oublier ? Comment as-tu pu devenir un simple suiveur ? Len, tu dois reprendre ta place maintenant.

                                                                       ***

Au nom de Len, Lara interrompit son mouvement et son bras retomba. Mais la voix dans son esprit se faisait pressante. Et elle devait faire un effort conscient pour bloquer la pulsion que ses ordres lui donnaient. Aussi ce fut pour une jeune femme figée et muette mais au regard intense fixé sur lui, que Frédéric fit son discours.

- Je sais que tu aimes ton frère. Et bien que tu te sois certainement convaincue du contraire, tu aimes ta famille, tu en prends soin, tu n'es pas le genre de personne capable de leur tourner le dos alors qu'ils se soucient de toi.

Il vit une lueur traverser le regard de Lara et poussa son avantage.

- Oui Lara, on se soucie toujours de toi. Malgré ce qui s'est passé, malgré ce que tu as fait. Nous croyons toujours en toi. David veut te voir. Malgré tout ce qui s'est passé entre vous, Linya m'a dit qu'il s'inquiétait pour toi... tout n'est pas perdu, tu peux revenir.

A mesure qu'il lui parlait, il sentait grandir quelque chose en son sein. Quelque chose de fort, de puissant. Quelque chose qui l'aidait, qui augmentait l'impact de ses mots. Lorsque cela fut trop grand pour être contenu dans son corps, cela continua simplement de grandir hors de lui. La lumière débuta comme une aura entourant son corps, puis cela grossit encore. Au milieu de cette aura grandissante, il sentit comme... un pont, il ne saurait le nommer mieux. Un pont qui le reliait psychiquement à Linya.

Il savait que ce pont existait depuis qu'ils s'étaient séparés, leur permettant de sentir ce que faisait l'autre, mais le pont était maintenant plus qu'une simple impression en arrière-plan, il était presque physique, lui permettant d'agir en synergie avec Linya, de lui parler d'esprit à esprit.

Lorsque ce pont fut scellé entre eux, ils surent que les mots qu'ils utiliseraient sur les jumeaux, peut-être même sur quiconque seraient comme des armes, à l'égal de l'Influence que les jumeaux utilisaient depuis des semaines.

D'un commun accord, Frédéric et Linya décidèrent de l'employer pour convaincre et non obliger. La nuance était mince mais suffisante pour laisser le choix à leur vis-à-vis. Le choix d'être convaincu ou non. Pour Linya comme pour Frédéric l'instant présent n'était pas tout ce qui comptait malgré le danger représenté par le démon. Ils pensaient à l'après combat. Si les jumeaux ne renonçaient pas d'eux-même à cette folie, ils pourraient bien ne jamais accepter qu'ils étaient meilleurs que ce qu'ils pensaient. Ils pourraient bien ne simplement jamais s'en remettre.

Alors ils prirent ce risque.

Ils étaient présents dans ce désert de sable pour l'avenir du monde, mais ils décidèrent que la façon de gagner importait autant que la victoire. Et celle-ci devait se faire comme cela avait commencé, sans contrainte, avec la volonté que le monde ne soit pas le seul à être sauver, que l'individu comptait autant que l'ensemble.

Lorsqu'ils étaient arrivés pour prêter main forte à Tia, ils étaient deux adultes prenant leurs responsabilités. Altruistes d'une certaine façon. Présent pour sauver le monde à ses côtés. Mais en cette seconde, ils n'étaient plus ces adultes. Aux côtés de ces deux adolescents qu'ils aimaient et dont ils s'étaient occupés pendant des années, les regardant grandir, rire et se mettre en colère, ils étaient juste deux parents inquiets pour l'avenir de leurs enfants.

***

- Len, toi et moi on s'est toujours bien entendu. Etre avec ta mère nous a permis de nous rapprocher. Avec Lara aussi même si elle aimait s'en défendre. Je ne regrette pas d'avoir quitté Tia. Mais je ne regrette pas d'avoir été avec elle, même si cela a fait de moi une traîtresse envers ma meilleure amie. Je ne le regrette pas car cela m'a permis d'être là pour vous, de me rapprocher de vous. Ces quelques mois, cette presque année où nous avons été une famille, fait partie des plus beaux moments de ma vie. Des plus heureux, je ne les regretterai, ni ne les oublierai jamais. Je t'aime, j'aime ta sœur, tu le sais. Et Frédéric est là, regarde, fit-elle en poussant son esprit dans le corps de Len.

Elle voulait un lien plus tangible avec le jeune homme mais cela voulait dire quitter son corps. Elle le fit sans hésiter, sans y penser, désireuse de lui montrer combien Frédéric, aujourd'hui encore était dévoué à son bien-être et à celui de sa sœur. Que le retour de Tia, de Lex, son mariage, rien n'avait jamais effacé, amoindri, ce lien, cet amour, cette dévotion du vieux maître envers ceux qu'ils considéraient comme ses enfants. A l'image de Karl, un autre de ses enfants de cœur. Elle poussa encore, finit par le sentir et lui montra cette image de famille. Karl, Frédéric et eux. Puis lui fit succéder d'autres images de famille, l'incluant, incluant Lex, les jumelles et tous ceux qui faisaient partie de leurs vies aujourd'hui. Tous ces gens qui les aimaient et qu'eux aimaient en retour.

                                                                       ***

Frédéric comprit la direction que prenait Linya et s'aligna dessus. Il s'approcha de sa petite fille, posa sa main sur son bras et poussa son esprit dans le sien. Fusionnant son âme avec celle de Linya, il lui montra les images de leur famille, liant enfin les âmes de Len et de Lara ensemble. Et comme une famille les deux enfants regardèrent avec attention le livre d'image que leurs parents faisaient défiler devant leurs yeux.

Cela fut d'autant plus facile pour Lara et Len que le toucher physique et spirituel avec Linya et Frédéric repoussa au loin le dévoreur, les libérant de la pression constante qu'il leur faisait subir, les libérant de la douleur et des regrets également.

***

- Je t'en prie Lara... rentre à la maison.

***

- Reviens Len, nous t'attendons.

***

Une chaleur brûlante balaya subitement son esprit rongé et Tia inspira vivement, un peu étourdie devant la disparition brutale de la douleur et de la folie menaçante.

- Lex, murmura-t-elle aussi soulagée qu'heureuse mais épuisée. Encore une fois... tu me sauves de la folie. De ma noirceur.

- Toujours, Tia mon amour. Toujours.

Les yeux de la mercenaire se posèrent sur Ashee. Aussitôt son esprit se raffermit et son regard se durci. Avec Lex dans son esprit, lui apportant chaleur, amour et force, elle ne craignait plus rien. Elle se releva, décidée à en finir une fois pour toutes.

Ashee le sentit, ce pouvoir, cette lumière qui avait toujours permis à Xena de la faire tomber. Pour la première fois elle comprit qu'elle avait eu tout faux. Ce n'était pas Xena qu'elle aurait dû combattre. C'était Gabrielle. C'était d'elle que la guerrière tirait sa force, sa véritable force. Comment avait-elle pu être aveugle à ce point ?!

Effrayée, la Chamane sut qu'elle ne gagnerait pas. Pas ainsi en tout cas. Alors poussé par le désespoir, elle entreprit une manœuvre dangereuse mais qui, si elle payait, lui assurerait tout ce qu'elle souhait depuis sa première existence.

Ashee appela, attrapa et obligea sa Sentinelle à revenir en son sein, là où tout avait commencé. Elle récupéra sa noirceur, son pouvoir, sa rage et toute la force tirée des récentes morts qu'ils avaient collectés. La fusion opérée, la Chamane lança son âme en direction de celle du dévoreur, laissant sur place une Xena stupéfiée par la rapidité de sa réaction.

Que croyait cette petite dinde ?! Songea-t-elle avec rage, qu'elle n'avait pas prévu aussi une manœuvre de secours. Qu'elle ne s'était pas exercée sans relâche, parant à toutes les éventualités ?!

Elle avait vécu trop longtemps pour ne pas en tirer de leçon, elle n'était pas idiote. Xena allait voir et avec elle, cette petite garce de paysanne. Elles allaient payer et payer cher !

Le moment où Len acceptait de revenir fut celui que choisi la Chamane pour arracher le démon de son âme, déchirant le lien étroit avec lequel elle les avait attaché, sans aucun égard pour les morceaux qui s'éparpillèrent comme du verre brisé.

L'âme de Len hurla.

***

Linya venait de réintégrer son corps. Elle avait fait son travail, guider l'âme de Len jusqu'à son corps et repousser le démon. Et Frédéric avait fait de même. Pourtant quelques secondes après qu'elle soit revenue, elle vit le corps de Len se tendre violemment.

Écarquillant les yeux, elle retint sa respiration. Que se passait-il ? Que devait-elle faire ? Elle tourna son esprit vers Frédéric mais découvrit une Lara bien portante. Étourdie de ce retour physique mais en bonne santé.

Elle revint à Len, sa main toujours dans la sienne, elle ne comprenait pas ce qui se passait. Perdue elle se retourna, cherchant Enyalios des yeux. Mais elle découvrit le mercenaire au sol, du sang s'écoulant d'une plaie au torse. Un homme qu'elle ne connaissait pas pointait une arme dans sa direction.

Elle ouvrit la bouche, stupéfiée. Quand est-ce que c'était arrivé ? Elle n'avait rien entendu ! Allait-elle mourir maintenant ? Enyalios avait les yeux fermés, elle espéra qu'il n'était pas mort. Elle revint à Len. Si elle devait mourir, soit. Mais elle ne partirait pas sans s'assurer que Len ferait partie de ce monde.

Elle ferma les yeux, tira son âme hors de son corps et replongea dans celui de Len.

***

OUIIIIII, exulta la Chamane, cela avait fonctionné !!! Elle sentait le dévoreur s'accoupler à son âme. Elle devait rejoindre son corps avant que la fusion ne soit complète ou le dévoreur ne pourrait prendre pied dans sa dimension, pire, elle risquait d'être absorbée par lui. Tirant dessus pour rejoindre son corps, elle vit l'âme de Xena sur son chemin.

Mais avant que cela n'ait pu l'inquiéter, elle eut un soubresaut. Comme si elle digérait mal, un spasme violent la plia en deux. Lorsqu'elle se redressa, le dévoreur se tenait en face d'elle. Plus terrifiant que tout ce qu'elle avait vu depuis sa naissance, Alti sut qu'elle avait échoué.

- Tu pensais vraiment pouvoir me soumettre à ta volonté ? tempêta l'âme sombre avec une rage qu'il contenait comme une marée montante. Tu pensais pouvoir m'annihiler en toi ? Tu as osé imaginer ma disparition pour ton propre profit ?

- Tu aurais fait la même chose, répliqua la Chamane tremblante mais incapable de réprimer la rage née de son échec, de la réussite de Xena, encore et toujours.

- Mais tu n'es pas moi... Et il est temps de te montrer en quoi.

Lorsque Tia parvint à leur niveau, le démon ne prit même pas la peine de la regarder. Il attrapa l'âme de la Chamane et en un clin d’œil, retourna dans sa dimension.

Bouche bée, Tia mit quelques instant avant de comprendre. Elle se retourna vers Lex, qui penchée sur son corps, les yeux fermés pour tendre son esprit vers le sien, l'attendait.

***

Happant l'air comme un noyé sortant de l'eau, Linya et Len ouvrirent les yeux en même temps. La respiration saccadée, la jeune femme sentit son visage s'étirer en un sourire éclatant. Len était de retour.

Elle se tourna vivement vers son assaillant et découvrit une nouvelle scène. L'homme était au sol, le cou brisé. Enyalios, assis contre le mur en face, une main appuyé contre sa blessure pour endiguer le saignement lui dédia un petit salut, deux doigts contre le front, avec un sourire fatigué.

Soupirant de soulagement, Linya s'assura d'un coup d’œil que Len pouvait se passer d'elle quelques minutes et se précipita vers le mercenaire.

- Tu m'as sauvé la vie...

- C'est mon job bébé, crâna-t-il et, avec une œillade aguicheuse, ajouta : tu sais comment tu peux me remercier ?

***

Tia ouvrit les yeux et découvrit le visage de Gabrielle. Elle fronça les sourcils, non c'était Lex. Qu'est-ce qu'il lui avait pris ? Une seconde elle avait cru être de retour au bord du lac où, après être allée chercher Marcus, elle s'était réveillée avec comme vision le visage de sa bien-aimée.

- Tu vas bien ? S'enquit sa femme, inquiète.

Tia sourit et se redressa.

- C'est fini ? Tu as battu Ashee ? Le démon est parti ?

Tia hocha la tête et posa la main sur sa joue, attirant son visage à elle. Posant son front contre le sien, elle répondit en soupirant :

- C'est fini. Nous avons gagné.

 

Epilogue :

« Cette fois le combat est bien terminé entre Alti et Xena. Mais comme vous avez pu le constater, ce ne fut pas une princesse guerrière et une barde combattante qui sauvèrent le monde aujourd'hui. Ce fut deux parents, pas ceux que l'on attendait, pas ceux auxquels on pensait car ils n'étaient pas les protagonistes principaux, ni le centre du monde de ces âmes pures qu'étaient leurs enfants et de ce fait, ne comptaient pas vraiment. Pas plus pour eux que pour nous, n'est-ce pas ? Pourtant l'amour de ces parents comptait aussi, leur dévotion existait bien, ils avaient supporté beaucoup pour juste être là, sans rien attendre en retour. Et n'est-ce pas cela en définitive, être parent ?

Ce furent donc ces deux parents-ci, Frédéric et Ephiny, que l'on croyait faire partie du paysage, qui sauvèrent le monde ce jour-là. Et ils le purent car, voyez-vous, deux enfants au cœur incertain mais qui avaient toujours eu conscience de leur présence, de leur importance, acceptèrent leurs mots, symbole de leur amour et de leur dévotion pour eux.

Au final, ce furent ces liens, dont ils n'avaient pas parlé mais qui avaient toujours possédé cette fenêtre, pure, inaltérable logée dans leur cœur et qu'ils avaient soigneusement entretenue au fil des années, qui les sauvèrent.

Et parce que l'amour qu'ils se portaient les uns aux autres était conscient, il put être utilisé par ces deux personnes précises et entendu, par ces deux personnes précises à ce moment précis du temps. 

C'est cela qui...»

- Ça va être encore long ? L'interrompit Aphrodite qui dévisageait son frère, jouant à la voix off comme s'il était devant un écran Tv, d'un air circonspect.

- Si tu m'interromps, oui, répliqua celui-ci avec un sourire éblouissant.

Aphrodite posa les mains sur ses hanches et le toisa, étonnée.

- C'est fou ce que tu lui ressembles quand tu agis ainsi.

- De qui parles-tu ?

- D'Enyalios.

- Tu veux dire que lui, me ressemble.

Aphrodite plissa les yeux, soudain suspicieuse devant la fierté qu'Arès affichait.

- Tu l'as fait exprès !

Le sourire éblouissant confirma ses soupçons.

- Les mortels ont passé trop de temps sans voir ma virilité et mon charisme magnétique. Je me devais de faire quelque chose pour eux !

- Dis surtout que l'interdiction de papa de descendre sur terre t'a énervé et que c'était un moyen de protester sans risquer de te faire punir !

Nouveau sourire éblouissant.

- Y'a de ça aussi. Mais surtout la première raison.

- Bon et sinon, tu as l'intention de te mêler encore des histoires de Xena et Gabrielle ? Si tu le fais, je raconterais tout à père, déclara-t-elle en croisant les bras, hautaine.

- Et pourquoi donc ? Je les ai aidés ! S'indigna le Dieu de la guerre.

- Non, je les ai aidés et toi tu as semé la zizanie comme à ton habitude ! J'ai fait la Prophétie pour les avertir et les aider et toi tu l'as modifiée et choisit Linya pour créer des tensions entre elles !

- Ma chère sœur, bien que je t'adore profondément, tu as bien dû t'apercevoir que cette première version de la prophétie ne pouvait que nuire à Gabrielle et que...

- Non, c'était une épreuve à leur amour ! Pour qu'elles se souviennent combien elles sont fortes ensemble et peuvent triompher de tout ! Gabrielle se laissait aller à ses doutes à cause de sa maladie, j'ai juste voulu l'aider !

- Et ça les a séparé, conclu-t-il avec une bonhomie de circonstance.

Aphrodite le fusilla du regard.

- Donc je suis intervenu et j'ai réparé tes erreurs.

- Et crée des ennuis en passant.

- Il faut bien s'amuser un peu, acquiesça-t-il en haussant les sourcils d'un air entendu. Et techniquement je n'ai fait que mettre à l'épreuve leur amour, ajouta-t-il en reprenant ses mots.

Aphrodite acquiesça, d'accord avec lui et Arès réprima un sourire.

- D'ailleurs mon plan a fonctionné sur toute la ligne. Elles sont toutes les trois plus proches que jamais. Ephiny a toujours beaucoup manqué à Gabrielle, elle représentait la maison pour elle mais avec le mode de vie de Xena, vivre avec Ephiny n'était pas possible. Et lorsque la mort d'Ephiny est advenue et que Gabrielle a pris conscience qu'elle n'avait pas assez profité de sa présence, elle s'est sentie coupable car elle avait perdu une amie chère à son cœur sans jamais avoir pris le temps de le lui dire. J'ai juste réparé cette erreur, qu'elle s'apprêtait à nouveau à commettre en laissant de côté Linya pour Tia malgré les visites fréquentes que l'amazone leur faisait. Et puis tu m'as laissé faire, dois-je te le rappeler ?

Bouche bée, Aphrodite resta quelques secondes sans voix.

- Tu as fait ça par amour pour elles ! S'exclama-t-elle sans parvenir à y croire. J'ai toujours su, comme le monde entier, que tu avais un faible pour Xena et l'aidait de façon altruiste de temps en temps mais Gabrielle aussi à fini par avoir ton cœur !

- Altruiste, comme tu y vas ! Protesta-t-il en faisant un bruit déplaisant avec sa bouche. Et je ne suis pas du tout amoureux de Gabrielle, je te remercie.

- Non mais c'est devenu ton amie. Tu l'aimes bien, sinon tu n'aurais pas essayé de l'aider. Tu te serais contenté d'aider Xena en la réconciliant avec sa femme, affirma-t-elle en le pointant du doigt.

- C'est sa dernière vie et elle va être raccourcie, répondit-il étonnamment sérieux. J'ai juste eu pitié d'elle.

- C'est... très gentil de ta part, répondit sa sœur déconcertée, mais si tu t'imagines que Xena va la laisser mourir ou accepter que ce soit leur dernière vie, tu te fourres le doigt dans l’œil.

- C'est une décision de père, elle ne peut rien y faire et tu le sais.

- Peuh, c'est ce qu'on verra ! Répliqua-t-elle en lui tournant brusquement le dos. Et si je t'ai laissé faire c'est uniquement parce que tu allais me dénoncer à père ! Ajouta-t-elle par-dessus son épaule.

Arès eut un petit rire amusé. Lorsqu'elle eut débarrassé le plancher, il revint à son émission. En effet il avait mis en place quelques temps plus tôt, une « télé-réalité » sur la vie des deux plus célèbres emmerdeuses mortelles que tous connaissaient et cela faisait fureur parmi les Dieux.

« Mais si vous pensiez que tout est bien qui finit bien, reprit-il comme s'il n'avait pas été interrompu, c'est bien mal connaître les Dieux, et ils sont nombreux, ou le sort, qui s'acharne avec assiduité sur nos deux héroïnes. La prochaine épreuve qu'elles auront à affronter risque bien d'avoir raison d'elles, car cette fois-ci aucune magie ni art martiaux ne leur sera utile dans ce combat. Oui cher téléspectateurs, vous avez bien entendu, cette fois-ci l'ennemi que vont devoir combattre Xena, Gabrielle mais, et c'est là que la chose devient plus excitante, également Ephiny, Solan, Eve et Lao Ma n'est pas un ennemi palpable. Car ici, c'est la folie mesdames et messieurs, la folie... à laquelle nos amies vont devoir se mesurer. »

Arès se tourna sur sa droite, coupant l'effet dramatique pour revenir à un ton plus léger. Il avait appris ce changement de cadrage des humains et en était très satisfait.

« - Alors chers Dieux et Esprits de toutes contrées, sur qui pariez-vous dans ce combat ? »

 

Fin