MOVING TARGET par Melissa Good 

CIBLE MOUVANTE

Partie 14

Traductrice : Gaby

 

Chapitre 29

 

Le crépuscule était déjà tombé quand Dar traversa la jetée jusqu'au bâtiment que Kerry lui avait indiqué. La chaleur avait légèrement diminué, et une brise agréable venait de l'eau.

Dar prit une inspiration d'air marin et s'arrêta pour voir ce qu'elle pourrait apercevoir du navire. « Hmm. » Elle se balança une ou deux fois sur ses talons. « Ah ben, on dirait des bouts de bateaux  collés avec de la peinture écaillée. »

Les attaches du drapeau sur la barre nue cliquetaient dans le vent, alors qu'elle continuait le long de l'herbe jusqu'aux marches du bâtiment. Quand elle arriva près des portes en verre, l'une d'elle s'ouvrit et un garde en uniforme l'étudia d'un air suspicieux.

« Bonjour. » Dar lui tendit son badge d'identification. « Je peux entrer ? »

L'homme étudia attentivement sa carte, puis il la détailla avant de faire un pas en arrière pour lui ouvrir la porte et la laisser entrer. Dar s'avança jusqu'au bâtiment de la jetée, plissant le nez à l'odeur de moisissure qui pointait malgré la climatisation.

Le bâtiment avait vu des jours meilleurs, décida-t-elle. Les murs étaient couverts d'une couche de peinture relativement fraîche, mais il était évident que cette couche n'était que la dernière d'une longue série, et le tapis sous ses pieds n'avait pas connu le luxe d'un nettoyage, ce qui n'était pas l'idéal contre l'humidité persistante.

Il avait cette ambiance particulière de bâtiment gouvernemental. Dar se frotta le nez en étouffant un éternuement. Elle traversa rapidement l'arrière-salle et passa la tête dans l'alcôve où était le bureau, notant d'un air approbateur la porte fermée, et, encore mieux, le garde de la sécurité assis devant. « Bonsoir, Don. »

Le garde leva les yeux de son livre, surpris. « Oh, Ms. Roberts. » Il l'accueillit avec un sourire. « Je ne pensais pas voir quelqu'un ce soir. Ils ont fermé le bureau il y a une heure. »

Dar s'avança et inspecta la porte. « Vous pouvez ouvrir ? »

Le garde se leva rapidement et fit ce qu'elle demandait, déverrouillant la porte avant de l'ouvrir. « Voilà. »

Dar entra et alluma les lumières d'un geste négligent de la main. Elle fit le tour de la pièce, examina l'équipement nouvellement installé, puis elle laissa échapper un grognement d'approbation avant de faire demi-tour pour faire un signe de la main au garde. « Je plains quiconque va devoir travailler ici. »

Don plissa le nez. « Ça sent comme une brioche vieille de trois semaines. » Acquiesça-t-il. « Vous êtes venue ici pour vérifier tout ça, madame ? J'aurais pu vous le dire par téléphone. » Il leva son téléphone portable.

« Je ne suis pas venue pour ça. » Dar se dirigea vers l'escalator qui menait jusqu'à la passerelle du navire. L'escalator étaient éteint à cette heure tardive, mais elle le gravit sans réel effort jusqu'à la porte arrière, et elle eut son premier aperçu du navire. « Seigneur. »

Elle s'arrêta et s'appuya contre la rambarde en métal, la peinture écaillée rugueuse sous ses doigts. Son enfance dans une base naval lui avait fait voir son quota, et plus encore, de vieilles carcasses rouillées, des simples bateaux de pêche aux navires de guerre. Mais le dernier vaisseau qu'elle avait vu dans cet état était en route pour servir d'épave marine dans un récif artificiel. 

Dar se tourna et s'avança rapidement jusqu'à la longue passerelle. A quai ou pas, eau profonde ou pas, que Kerry soit sur cette chose lui donnait des sueurs froides, et plus vite elle sortirait sa compagne de ce dangereux rafiot, mieux elle irait.

Quand elle atteignit l'entrée du navire, elle se mit à chercher Kerry, qui sortit au même moment. « Quoi ? » Elle se tourna quand un homme lui bloqua la route, et elle lui lança un regard noir avant de réaliser qu'il voulait simplement vérifier son identité. Elle leva sa carte, puis le contourna au moment où Kerry ouvrait la porte intérieure et sortait sur le pont pour l'accueillir. « Hé. »

« Hé. » Kerry lui lança son sourire le plus chaleureux. « J'allais justement sortir pour te retrouver. Tu es en avance. »

Dar lui prit le bras et la tira en arrière, jusqu'à ce qu'elles soient toutes les deux en sécurité sur la passerelle en métal. Puis elle s'arrêta. « On a quelqu'un d'autre de notre équipe sur cette chose ? J'espère que non. »

Kerry se tourna et regarda le navire avant de fixer le visage de sa compagne. « Hein ? »

« Il va couler. »

« Oh, allez, Dar. Pas du tout. » Gloussa Kerry. « Ce n'est pas si mal à l'intérieur. Allez, laisse-moi te faire faire le tour. » Elle accrocha un doigt dans la boucle de la ceinture de Dar pour la tirer.

« Je ne monte pas sur ce fichu truc. » Dar résista à la traction. « Tu as vu les fissures ? Regarde ! » Elle pointa le côté du navire, qui arborait plusieurs fissures de bonne taille dans le revêtement en métal. « J'ai vu des baignoires plus aptes à naviguer que ça. »

Kerry s'appuya conter le rail en métal. « Chér, 'ça' a traversé l'océan. » Lui rappela-t-elle. « Je suis sûre qu'il est en sécurité dans le port de Miami... en plus, il y a à peine 13 mètres de profondeur ici... même s'il coulait, j'aurais le temps de m'installer sur le pont et de bronzer avant qu'il arrive au fond. »

« Mmph. »

« Viens. » Kerry tira sur sa ceinture. « Ce n'est pas si mauvais, Dar. Une fois que tu es habituée au chaos à l'intérieur... J'ai eu droit à une visite très sympa, et franchement, c'est mieux que ce à quoi je m'attendais. »

« Hmm hmh. » Dar se laissa tirer vers le pont. « Et tu as vu combien de navires pour pouvoir comparer ? » Demanda-t-elle avec un sourire ironique. « Que dirais-tu de me laisser juger par moi-même à quel point ce rafiot est pourri ? »

« Okay, moussaillonne. » Kerry la guida à travers le pont vers la porte intérieure. « C'était comment au bureau ? »

« Ennuyeux, comme d'habitude. » Dar s'arrêta une fois à l'intérieur, pour observer les alentours. L'aire de réception à l'élégance fatiguée et en loques, lui rappelait ces vieux hôtels de plage dans lesquels elle allait de temps en temps quand elle était jeune, avec cette même odeur de vieillesse et de désillusion.  

Elles étaient au centre du navire, une grande pièce ouverte qui s'étendait sur plusieurs balcons maintenant cachés par les échafaudages et le papier peint déchiré. Il y avait des tâches d'humidité sur les murs autour d'elles, et les poutres exposées étaient épaissies par la rouille. « Première chose. » Dit Dar. « La pluie à l'intérieur – mauvais point. » Elle lui indiqua les poutres.

Kerry leva les yeux. « Ça ne peux pas venir de l'humidité de l'air marin ? »

« Non. » Sa compagne la détrompa. « Mais c'est une bonne chose, ça signifie qu'ils vont devoir arracher tout le plâtre, et ça veut aussi dire que nous pourrons faire l'installation électrique à un prix inférieur que ce que nous avions prévu. »

« Hmm... ouais, j'ai parlé de ça avec le chef de la construction. Il a dit qu'ils seraient prêts dans une semaine environ pour tout nettoyer. » Dit Kerry alors qu'elles passaient devant les ateliers de travail pour traverser la grande porte vitrée au fond de la salle.

A l'intérieur, Dar trouva une autre pièce à demi détruite. Il y avait quelques vieux bureaux, et les murs étaient couverts d'une tapisserie typique que vous trouviez souvent dans les bâtiments de bureaux. « Des bureaux ? »

« Hmm hmh. Tu veux voir où ils ont suggérer de mettre le centre du système informatique ? » Kerry lui prit la main et la conduisit plus loin, elle ouvrit une petite porte cachée, juste assez grande pour laisser passer sa petite silhouette, puis elle recula. « Là. »

Dar lui lança un regard suspicieux, puis elle passa lentement la tête à l'intérieur. « Et la blague c'est... ? » Son ton prit un air interrogatif. « Kerry, on ne pourrait pas mettre notre chien là-dedans, encore moins notre centre de direction pour faire marcher tout ça, et il n'y a même pas l'air conditionné. »

« Exact. C'est un placard à balai. » Acquiesça Kerry. Elle observa attentivement la pièce, un placard de 90 centimètres de large sur 1,80 mètre de long, sans compter les tuyaux d'eau chaude qui couraient sur tout un pan de mur. « Je leur ai dit qu'on pourrait l'utiliser pour stocker du matériel supplémentaire, mais seulement s'ils installaient l'air conditionné avec une bouche d'aération sur le côté. »

« Bonne réponse. » Dar secoua le tête en observant Kerry refermer la porte. « Ils ne pigent rien à tout ça, pas vrai ? »

« Non. » Kerry s'appuya contre la porte. « Je leur ai dit que nous allions plutôt avoir besoin de cette pièce. » Elle montra l'espace plus grand. « Ils ont flippé. »

Kerry traversa la pièce, levant les yeux quand quelqu'un appela son nom à l'entrée extérieure. « Oh, Tally. » Elle se tourna. « C'est mon chef, Dar Roberts. Dar, voici Tally. Il m'a fait faire le tour du propriétaire. « Elle sourit à son nouvel ami. « Et il m'a regardé effrayer à mort les ouvriers. »

« Salut. » Tally sourit rapidement à Dar. « Hum, Kerry... écoutez, vous les avez vraiment, vraiment rendu dingues. Au sujet de cette pièce. » Il lui montra l'endroit. « C'est le bureau du chef de cabine. »

Kerry se percha sur le coin d'un vieux bureau sale. « Et ? » Dit-elle.

« Ah. » Dar se gratta la joue. « Les chefs de cabine dirigent tout en quelque sorte, Ker. »

Tally se tourna vers Dar avec un air reconnaissant. « Vous avez été sur des navires ? »

« Non, pas du genre de ceux-ci. » Dar lui sourit légèrement. « Mais ouais... assez pour savoir comment ça marche. » Elle se leva et mit les mains sur ses hanches. « Mais le problème, c'est que Kerry a raison. On va avoir besoin de cette pièce pour le système que veut votre patron. »

Tally parut atterré. « Mais l'ancien système tenait sous le bureau de Drusilla. » Il pointa l'endroit. « Vraiment ! »

« Okay, laissez-moi vous donner une idée de tout ça. » Kerry se leva à son tour. « D'abord, on va devoir installer deux gros commutateurs de cette taille... » Elle écarta les bras sur les côtés, puis elle en leva un et baissa l'autre. « Et comme ça. »

Perdu, Tally se contenta de hocher la tête.

« Et ensuite, deux moniteurs d'ordinateur de deux fois la largeur d'un réfrigérateur et de cette taille. » Ajouta Kerry. « Et je ne parle même pas de tout l'espace pour les câbles. » 

Tally soupira et s'assit sur le bureau. « Je ne sais pas ce qu'on va pouvoir faire. Ils ne vous laisserons pas utiliser cette pièce. Je vous le dit tout de suite. Ils parlaient de commencer les travaux ici et pendant un mois. » Il regarda autour d'un air un peu inquiet. « C'est le plus grand bureau du navire. »

Kerry s'arrêta et regarda autour d'elle. Puis elle leva les yeux vers Dar.

« Okay. » Dit Dar. « Alors on va vous donner les mesures de l'espace que va prendre l'équipement, et vous pourrez nous dire où on pourra s'installer. On ne peut rien rétrécir. C'est leur taille. » Elle marcha vers un des murs, jetant un coup d'œil sur le côté pour voir une personne qui attendait à l'entrée. Elle sortit un marqueur de sa poche et nota un X sur le mur. « Les moniteurs vont de là... » Elle fit une autre marque. « A là. Ça c'est pour les serveurs. Ensuite le cœur du réseau va aller de là... » Elle poussa une grande boîte contre le mur. « A là. »

« Pourquoi avez-vous besoin de tout ça ? » Demanda le nouveau venu.

« Oh, salut Drucilla. » Dit Tally.

« C'est votre patron qui le veut. » Répondit Dar. « Ajoutez à ça les consoles et les stations des moniteurs... et vous aurez besoin de tout cet espace. » D'un geste théâtral, elle engloba le mur du fond, puis elle fit six grands pas jusqu'au centre de la pièce. « Jusque là. »

« C'est ridicule. » Drucilla entra dans la pièce. « Vous n'avez pas besoin de tout ça ! On travaillait très bien avec ce qu'on avait, le système d'enregistrement NCR et ma machine. » Elle montra les marques. « Nous n'avons pas de pièce pour tout ça ! Et c'est pour quoi faire, de toutes façons ? »  

« Le point de vente. Les emails. Un ordinateur pour chacun. La télévision interactive. De la téléphonie sur IP, et Internet. » Kerry énuméra chaque chose sur ses doigts.

« Ici ? » Demanda la femme d'un ton incrédule. « Vous êtes probablement en train de blaguer. »

« Nope. » Dar vint près de Kerry et appuya son bras contre l'épaule de sa compagne. « Pas du tout. On nous a demandé d'installer tout ça. » Elle montra le mur. « Ici. Maintenant... si vous ne voulez pas nous donner cette pièce, on va devoir se réunir pour décider où mettre tout ça. »

« Oh mon Dieu. » La femme porta une main à sa tête. « C'est de la folie. Je dois y aller. » Elle se tourna et partit avec d'une démarche rapide et agitée.

Kerry et Dar échangèrent un regard, puis elles se tournèrent toutes les deux vers Tally.

« Internet ? » Tally haussa les sourcils. « Vraiment ? »

« Voilà quelqu'un avec les bonnes priorités. » Gloussa doucement Kerry. « Viens, Dar. Laisse-moi te montrer le reste. »

Dar enjamba soigneusement un vieux bout pourri de tapis enroulé en les suivant à l'extérieur, soupçonnant que le reste ne serait pas mieux.

 

* * * * *

 

« Et voilà. » Kerry était à l'extrémité du pont arrière du navire, seule avec Dar après leur tour. Il faisait noir maintenant, et la lumière colorée des néons encrassés de la jetée éclairait tout autour d'elles, faisant presque disparaître les étoiles dans le ciel. « Qu'est-ce que tu en penses ? »

Dar évalua prudemment la rambarde avant de s'appuyer dessus. « Je pense que ça va être un putain de bordel. » Répondit-elle en croisant les bras. « Quelque soit la manière dont on s'y prendra. Il n'y a pas assez d'espace... » Elle leva un doigt. « Pas assez de câblage... » Un autre doigt. « Ou pas assez de patience dans mon corps pour gérer tous ces phoques énervés qui font passer mon père pour un libéral. »

« Hmm. » Kerry la rejoignit contre la rambarde et regarda par dessus. L'eau de mer lapait doucement le métal rouillé, produisant de petits bruits de succions quand elle s'engouffrait dans une fissure. « Donc, ce que tu es en train de dire, c'est que nous n'allons pas le faire ? »

Dar soupira lourdement.

« Dar, personne n'a dit que ce que nous faisons devait être facile. » Kerry la poussa doucement. « C'est un défi. Ce n'est pas ce que tu m'as dit il y a bien longtemps ? »

« Ouais, je sais. » Dar sourit d'un air narquois. « Allez. Rentrons à la maison. »

Kerry la suivit alors que Dar retournait vers l'avant du navire vers la passerelle. Il faisait noir à l'extérieur – seules quelques hublots étaient allumés sur les ponts supérieurs.

Un bateau avança dans le canal, et le navire se balança légèrement dans son sillage. Les grincements et les gémissements de la vieille coque n'étaient absolument pas réconfortants, et Kerry se demanda si au fond, Dar n'avait pas raison.

Y avait-il une raison à tout ça ? Quest voulait-il vraiment remettre ces vieux rafiots en état pour des clients modernes habitués à tout le confort sophistiqué que l'on pouvait trouver dans des bateaux comme celui qui était derrière elle à la première amarre ?

Kerry tourna le tête et considéra le mastodonte. Il était tout en verre et en métal luisant, à l'opposé total de l'état rouillé de leur vieille carne. Il avait quatre ou cinq ponts de plus, et était au moins une demi-longueur plus grand que celui sur lequel elle se tenait, et les différences étaient tellement frappantes qu'elle se demanda à quoi elles avaient bien pu penser.

Elle secoua légèrement la tête tandis qu'elles quittaient le navire, hochant la tête en direction du garde quand elles échangèrent le léger roulement du navire contre le calme de la passerelle. « Je ne sais pas. » Kerry pointa les fissures qu'elle avait notées en venant. « Je pense que ce navire est en meilleur état que cette jetée. »

Dar inspecta les fissures, puis elle s'approcha du bord et sauta plusieurs fois sur place de manière expérimentale.

« Dar ! » Cria Kerry.

Sa compagne gloussa puis s'éloigna. « Relax. » Dit-elle. « Il y a des tiges métalliques partout à l'intérieur. Ça ne va pas... » Dar s'arrêta, revint vers la rambarde et elle s'appuya contre en jetant un œil à la jetée sous elle. « Ah. »

Kerry vint à côté d'elle et regarda à son tour. « Oh oh. » Elle reconnut la silhouette de Shari qui marchait lentement le long de la coque de leur navire. « On doit lui dire quelque chose ? »

« Nan nan. » Dar recula dans l'ombre de la promenade et tira Kerry avec elle. Elle restèrent silencieuses pendant que leur Némésis se promenait le long de leur navire en l'examinant.

« Dar ? » Chuchota Kerry.

« Mmh ? » Dar passa un bras autour d'elle , posant sa joue contre la tête de Kerry.

« Est-ce que le fait que j'ai envie de la poussée vers Sa Majesté des Océans signifie que je vais aller en enfer ? » Demanda Kerry. « Qu'est-ce qu'elle fait là, elle examine le bateau ? »

« Navire. » Dit sa compagne. « Ouais, elle ne peut rien faire de plus de là. L'écoutille est fermée. » Elle montra la coque, où, plus tôt dans la journée, une écoutille avait été ouverte pour charger la marchandise reçue. « Peut-être qu'elle veut comparer ce que nous avons reçu et ce qu'elles ont eu ? »

Comme pour conformer sa pensée, Shari atteignit la fin de la jetée, puis elle se tourna pour revenir en arrière, sans apparemment plus d'intérêt pour le navire. Dar et Kerry se tournèrent et continuèrent d'avancer, invisibles dans l'ombre jusqu'à ce que Shari atteigne au bout du navire, et qu'elles arrivent à la fin de la passerelle.

Shari s'arrêta et se retourna, posant ses mains sur ses hanches avant de secouer la tête et de continuer le long de la jetée jusqu'au navire qui avait été assigné à Telegenics. Par pur hasard, c'était celui juste derrière le leur, et Dar se demanda soudainement si elle ne les avait pas aperçues à l'arrière du pont pendant qu'elles parlaient.

Mais pourquoi diable Shari serait-elle venue sur les docks pour ça ? Dar chassa l'idée, et conduisit Kerry vers les portes de l'escalator. Il ne marchait toujours pas, alors elle le descendirent dans un silence tranquille, le bruit de leurs pas alertant le garde posté devant le bureau.

« Bonsoir ? » Le garde se dirigea vers le bas de l'escalator, une main sur la hanche.

« Ce n'est que nous. » Dar lui fit un geste de la main. « Roberts et Stuart, qui causent des problèmes, comme d'habitude. »

L'homme laissa retomber sa main et sourit en lui rendant son salut. « Oh, bonsoir, mesdames. » Dit-il, clairement soulagée. « Désolé, j'avais oublié que vous étiez là. » Il attendit qu'elles soient descendues à son niveau. « J'ai quelques personnes de l'équipage qui essayent de... passer des coups de fils gratuits, je pense. »

Kerry tapota l'épaule du garde quand elle passa devant lui. « C'est bon. » Dit-elle. « On va essayer de vous monter quelque chose d'un peu mieux très bientôt. C'est plutôt rustique. »

L'homme revint vers sa chaise en métal et se rassit, récupérant son livre avant de l'ouvrir. « Pas de problème madame. On va survivre. »

Dar et Kerry avancèrent jusqu'aux portes extérieures et elles se dirigèrent ensuite vers les portes d'entrée, le silence du grand bâtiment brisé uniquement par leurs pas et l'air conditionné. « C'est vraiment un endroit crasseux pour des gens qui veulent organiser des croisières de luxe, non ? » Commenta Kerry.

« Hé. Ce n'est pas pire que la plupart des aéroports. » Dar haussa les épaules, poussant la porte d'entrée pour laisser passer Kerry.

Il faisait vraiment noir dehors, et elles s'arrêtèrent toutes les deux quand plusieurs silhouettes près du bâtiment bougèrent et regardèrent dans leur direction. Il y avait une rangée d'arbres près de la porte de la jetée, et l'endroit été apparemment utilisé par les sans-abri qui campaient dessous.

Le rythme cardiaque de Kerry s'accéléra légèrement, mais les hommes se retournèrent et continuèrent leur conversation, pas du tout intéressés par elles. Elle se sentit un peu irritée contre elle-même d'avoir pensé à mal, et admit qu'elle n'avait pas tout effacé de son éducation.

C'était bizarre, ces petits partis pris qui réapparaissaient de temps en temps. Elle aimait à penser qu'elle était une personne juste, mais elle savait aussi qu'elle n'avait parfois pas eu les bonnes expériences pour être capable de passer outre toutes les années vécues dans l'environnement familiale qu'elle avait eu.

Ça la tracassait. Elle l'avait compris quand elle avait commencé à travailler avec les filles à l'Église, qui avaient des vies tellement étrangères à la sienne, et elle se demanda à quel point elle avait pu les toucher.

« Ker ? »

La voix de Dar la surprit. Kerry leva rapidement les yeux, pour trouver le clair de lune qui se reflétait dans les yeux clairs de Dar. « Oooui ? »

« Tu es calme. »

« Je réfléchissais. » Kerry soupira. « Longue journée. »

Dar glissa ses mains dans ses poches. « Et bien, je t'ai proposé de ne pas venir ici. » Dit-elle. « Ça n'a fait que la rallonger, et je doute que ça nous ai aidées dans nos plans. »

Toutes ses pensées d'égalité et de sa sensibilité de WASP s'envolèrent de l'esprit de Kerry. Elle prit une des bras de sa compagne et s'arrêta, obligeant Dar à s'arrêter elle aussi. « Pourquoi tu continues à dire ce genre de choses ? Tu ne veux pas faire partie de tout ça ? »

Elles n'étaient qu'à quelques mètres de leurs voitures, Dar s'étant garée juste à côté d'elle dans le parking maintenant vide. Ça ne semblait pas être le lieu idéal pour discuter, mais aller ailleurs signifiait être séparées, et Kerry voulait vraiment entendre la réponse à sa question avant qu'elles partent. « Dar ? »

Dar haussa une épaule, puis leva une main avant de la laisser retomber. « Franchement ? Non. »

Kerry inspira, prise un peu par surprise. Elle pensa un moment à la réponse, puis elle décida que peut-être ce n'était pas vraiment une surprise. « A cause de tout le boulot qu'il y a à faire sur le navire ? »

« Non. » Dar s'avança jusqu'à la voiture de Kerry pour s'appuyer dessus et croiser ses jambes au niveau des chevilles. « Je ne veux simplement pas avoir à faire à Telegenics. » Elle étudia le tarmac, craquelé et plein de mauvaise herbe.

Kerry la rejoignit, s'appuyant contre la voiture à côté de sa compagne, leurs épaules se touchant. « Je pensais que tu avais dépassé ça. »

Dar haussa les épaules.

Kerry ne savait pas vraiment quoi dire après ça. Elle se sermonna un peu pour ne pas avoir vu la réticence de Dar avant, et elle réalisa qu'elle s'était peut-être délibérément mis des œillères face aux allusions pas très subtiles.

Finalement, elle soupira. « Je pense qu'on devrait rentrer à la maison. » Elle sortit ses clefs et déverrouilla les portières. « Quoi qu'il en soit, merci d'être venue et de m'avoir donné ton avis. Ça a vraiment aidé. »

Dar resta appuyée contre la voiture, l'observant à son aise à travers ses paupières à demi-closes.

Vu que leurs voitures étaient garées côte-à-côte, Kerry dût se frayer un chemin jusqu'à sa portière, elle glissa ses pieds entre ceux de Dar, et la frôla légèrement, posant une main sur son ventre pour maintenir son équilibre. 

Dar attrapa sa main, la maintenant. Elle attendit que Kerry se tourne et lui fasse face, mais elle écarquilla les yeux de surprise quand la jeune femme se contenta de s'appuyer contre elle, et qu'elle lui caressa le côté. « Je deviens peureuse. » Murmura-t-elle. « Pardon, Ker. »

« Tout va bien. » Dit Kerry, écoutant les battements de cœur sous son oreille. « Rentrons, et on pourra en parler. Je suis fatiguée de ce sauna, et j'ai mal aux pieds. » Elle étreignit rapidement Dar puis se repoussa, contente de voir un faible sourire traverser les ombres sur le visage de sa compagne. « On fait la course ? »

« C'est parti. » Dar déverrouilla sa voiture et elles se séparèrent pour se diriger vers la maison.

 

* * * * *

 

A suivre.