MOVING TARGET par Melissa Good 

CIBLE MOUVANTE

Partie 14

Traductrice : Gaby

 

Chapitre 30

 

Il y avait des avantages certains à travailler à la maison. Kerry se pencha dans son fauteuil et posa ses pieds sur la table, son clavier sur ses genoux dans une position confortable. Ce n'est pas quelque chose qu'elle pouvait faire au travail, du moins pas pendant les heures réglementaires, et elle apprécia la différence tandis qu'elle regardait son écran tout en continuant à taper.

« Comment marche la ligne ? » Dar entra, avec son ordinateur portable. Elle s'installa sur le petit canapé à côté du bureau de Kerry et ouvrit son ordinateur. « Je l'ai modifiée ce matin. » Chino flâna jusqu'à elle et se pelotonna sur le tapis près du bureau de Kerry.

Kerry leva les yeux. « Très bien. C'est vraiment plus rapide depuis que tu as mis l'ADSL. Mais je pensais que tu avais des appréhensions avec la sécurité. »

« Hé. » Dar se concentrait sur son propre ordinateur. « J'ai testé le tunnel Internet Protocol Security. Ça marche bien, autant que n'importe quelle connexion. » Répondit-elle. « Et la navigation est beaucoup plus rapide. »

« Ça c'est sûr. » Kerry observa sa compagne travailler pendant un moment, puis elle prit le temps de réfléchir à pourquoi elle avait quitté sa place confortable sur le canapé en bas pour la pièce bien plus petite du bureau de Kerry. Elle ne croyait pas vraiment au besoin de la questionner à propos du circuit, vu que Dar semblait satisfaite d'être maintenant installée devant son écran.

Une simple envie d'être plus près ? Kerry se trouva à sourire à cette pensée, vu qu'elle avait regretté de ne pas avoir les données nécessaires sur son portable pour pouvoir descendre elle-même dans le salon.

Elles avaient pris un léger dîner, puis elles étaient parties à la gym, mais le sujet du travail de Dar sur le projet n'avait pas été abordé depuis qu'elles étaient rentrées. Il y avait pourtant encore des choses à régler – et Kerry suspectait que la discussion les avait instinctivement menées à être dans la même pièce au même moment pour que lorsque les mots viendraient, elles puissent en discuter ensemble.  

En attendant, elle était satisfaite de simplement continuer à travailler, pianotant son rapport initial sur le projet du navire pour la réunion d'équipe qu'elle avait programmée le lendemain, pendant que Dar s'occupait de son projet sur la programmation. Elles travaillèrent toutes les deux dans un silence confortable, brisé uniquement par le cliquetis des claviers et les gémissements rêveurs de Chino.

« Tu sais ce que j'aimerais ? » Demanda paresseusement Kerry en attendant que les plans du pont du navire soient chargés sur son document.

« Hmm ? » Grogna Dar en une question.

« J'aimerais qu'on soit au chalet. Je suis d'humeur pour un bain de minuit à l'eau de mer. »

Dar s'arrêta et leva les yeux. « Hmm. » Elle poussa légèrement son ordinateur. « On peut aller à la piscine. » Offrit-elle. « Ce n'est pas aussi romantique, mais il n'y a ni les algues ni le sable. »

Kerry tapa sur 'entrée' et continua à pianoter. « Heu... Ce n'est pas assez privé pour ce que j'avais en tête. » Elle entendit les cliquetis du clavier de Dar s'arrêter, et elle attendit une seconde avant de lever les yeux vers sa compagne, pour trouver des sourcils haussés et un léger sourire qui lui faisaient face. « Ne me regarde pas comme ça. C'est de ta faute. Tu m'as transformée en hédoniste. »

Dar pointa un pouce vers sa poitrine et élargit les yeux.

Kerry lui tira la langue.

Elles retournèrent toutes les deux au travail, mais le léger sourire resta sur les lèvres de Dar alors qu'elle tapait. Après quelques minutes, elle s'arrêta de nouveau. « Tu sais ce que j'aimerais ? »

« Est-ce que ça implique du caramel chaud ? » Murmura Kerry, en effaçant une phrase, tambourinant ses doigts contre le clavier en cherchant quelque chose pour la remplacer.

« Héhé. » Dar ricana doucement. « Garde ça pour plus tard. Non – j'aimerais revenir trois semaines en arrière et tout recommencer. »

Ah. Kerry bougea son gros orteil. « Avant Orlando ? »

« Ouais. »

Kerry ajouta un nouveau paragraphe, puis elle s'arrêta de nouveau. « Qu'est-ce que tu aurais fait différemment ? » Demanda-t-elle. « Je veux dire, à propos de l'expo ou de la manière de les traiter ou ... » Elle garda une voix décontractée et les yeux sur son écran, ne voulant pas étouffer une révélation.

Dar était étonnante sur ce point. Si elle disait quelque chose, et que vous répondiez  'qu'est-ce que tu veux dire par là ?' - elle arrêtait souvent sa pensée et échangeait pour quelque chose de totalement différent. C'était presque comme si, à un niveau personnel, elle ne voulait pas être défiée quand elle voulait exprimer quelque chose. Une sorte de mode semi duplex, en quelque sorte.

Dar changea de position, bougeant ses épaules pour trouver un endroit plus confortable sur le canapé. « J'aurais fermé ma grande bouche pour commencer. » Elle fit défiler son touchpad d'un doigt et passa son autre main derrière sa nuque, étirant ses muscles avec une grimace. « J'aurais  mieux géré les deux autres, peut-être. »

« Ah. » Kerry enclencha le correcteur d'orthographe sur son document. « Je ne sais pas chérie. Je ne pense pas que tout ça vienne de nous. Elles sont arrivées armées avec leur merde. »

« Mmh. Et bien, je ne pense pas que ça va s'arranger. » Répondit sa compagne. « C'est une des raisons pour lesquelles je ne veux pas m'impliquer. »

Kerry réfléchit à ça pendant qu'elle regardait la fin de la vérification. Elle remonta à la première page du rapport et le relut rapidement. « Peut-être que tu as raison. » Dit-elle finalement. « Pourquoi est-ce qu'on ne mettrait pas tout ça de côté pendant un moment... laisse-moi démarrer tout ça et nous verrons ce que tu en penses. »

Elles continuèrent en silence pendant un petit moment. Dar se baissa et gratta le ventre de Chino, puis elle releva la tête pour jeter un œil à son écran. « Ce que j'en pense c'est que... ça sonne bigrement comme ce que je t'ai dit quand tu ne voulais pas être vice-présidente des opérations. »

Kerry regarda par-dessus son épaule et cligna des yeux.

Dar sourit et secoua la tête.

« Dar, ne t'inquiète pas de ça. » Dit la jeune femme blonde. « On va le gérer. »

Chino se réveilla et se retourna en éternuant. Elle se leva, vint à côté de Kerry et elle se mit debout sur ses pattes arrières pour lui donner un bisou mouillé sur la joue.

« Merci, chérie. » Kerry attrapa son museau et lui embrassa la tête. « J'aime recevoir des bisous de toi presque autant que j'aime en recevoir de ta maman Dar. »

Un moment plus tard, elle se retrouva dans les bras de Dar. Des dents se fermèrent gentiment sur le lobe de son oreille, et elle put sentir l'intensité de l'émotion derrière l'embrassade qui lui coupa presque la respiration.

« Mon Dieu, je t'aime. » Chuchota Dar.

Kerry se redressa, prit le visage de sa compagne entre ses mains, et elle l'attira plus près pour l'embrasser sur les lèvres. Elle colla ensuite sa joue contre celle de Dar et soupira, un long soupir de contentement qui provenait du fond de sa gorge. « Mon Dieu, je t'aime. » Dit-elle.

« Tu sais ce que je pense ? » Dar se redressa et tira le clavier sans fil des mains de Kerry pour le poser sur le bureau. « Je pense que le travail est terminé. Tu veux me rejoindre moi et une coupe de champagne dans le jaccuzzi ? »

Kerry abandonna son ordinateur sans une seule pensée. Elle descendit ses jambes du bureau pour se relever, elle accrocha ses doigts à l'intérieur de la ceinture des shorts de Dar et la suivit quand elle sortit du bureau et qu'elle descendit l'escalier. Chino passa devant elles, arrivant sur le palier, tournoyant en cercle en attendant qu'elles la rattrapent.

Alors qu'elles rejoignaient le chien, cependant, le téléphone sonna. Dar jeta un coup d'œil à l'horloge du salon, et elle haussa les sourcils. « Qui peut bien nous appeler ici à cette heure-ci ? »

« Il n'y a qu'un moyen de le savoir. » Kerry s'approcha du guéridon, elle attrapa le téléphone sans fil, et elle décrocha avant d'amener le téléphone à son oreille. « Allô ? »

« Hé, sœurette. » Répondit la sœur de Kerry, Angela. « Tu es occupée ? »

Dar avait penché la tête pour écouter. Elle tapota Kerry sur les fesses et montra leur chambre à coucher, mimant un déshabillage en marchant.

« Un peu. Quoi de neuf ? » Kerry leva le pouce vers sa compagne, puis se laissa tomber dans le canapé. « Comment tu vas ? Comment vas le munchkin ? »

Angie s'éclaircit la gorge. « Munchkin et moi allons bien. » Dit-elle, avant d'hésiter. « Mais on est en quelque sorte en train de chercher un nouvel endroit pour vivre. »

Kerry cligna des yeux. « Hein ? »

« Richard a appris pour Brian. » Dit Angie. « Il a demandé le divorce. »

« Il veut divorcer ? » Kerry se releva, et elle haussa la voix. « Sans blague... vraiment ? »

Dar garda une oreille dans la conversation dans le salon en enlevant son tee-shirt et ses shorts. Elle était à moitié contente que la famille de Kerry fournisse une distraction, pour chasser le sujet qui flottait entre elles depuis un moment.

Ça serait plus facile, pensa-t-elle, si elle-même savait quel était son fichu problème. Comme l'avait sous-entendu Kerry, elle croyait qu'elle avait dépassé toutes ces conneries. Kerry croyait qu'elle avait dépassé toutes ces conneries. Alors pourquoi faisait-elle tout ce qui était en son pouvoir pour éviter de s'occuper de ce projet sur le navire ?

Dar lança un regard noir à son reflet dans le miroir. Les yeux d'un bleu orageux la regardèrent en retour, et elle grimaça, sentant grandir un sentiment mélangé de frustration et d'impatience contre elle-même. Est-ce qu'elle pouvait vraiment laisser le projet reposer sur les épaules de Kerry, sachant à quel point c'était important, et combien Alastair comptait sur elle ?

D'un autre côté, pouvait-elle vraiment dire qu'elle ne faisait pas confiance à Kerry pour gérer tout ça ? Dar soupira. « Fais chier. » Dit-elle. « Je pense que tu as besoin d'un lavage de cerveau. »

« Ouille. » Kerry interrompit son auto-châtiment. « Pauvre Angie ! » Elle entra dans la chambre à coucher et elle s'arrêta quand Dar se tourna, son expression changeant pour afficher son intérêt. « Hmm. Peut-être que je devrais la convaincre d'essayer autre chose que les mecs pendant un petit moment. »

Dar posa une main sur sa hanche. « Oh, je suis sûre que ça serait une suggestion très populaire. Surtout pour Brian. » Dit-elle. « Qu'est-ce qui se passe ? »

Kerry enleva son tee-shirt. « Angie pensait qu'elle avait caché les tests de sang d'Andy, mais je pense que Richard est devenu suspicieux. Il a fait des tests ADN sans qu'elle le sache. »

Dar grogna. « Sympa ! » Elle se glissa derrière Kerry et dégrafa son soutien-gorge, la grattant entre ses omoplates bronzées. « Alors elle va rentrer à la maison ? »

« Non. » Kerry plia son soutien-gorge et le posa sur la commode à côté de son tee-shirt déjà plié. « Oh, ma mère lui a proposé, bien sûr, mais Angie... elle veut se débrouiller par elle-même. »

« Avec Brian ? »

Kerry ne répondit pas pendant un moment, puis elle se tourna et fit face à Dar. « Elle n'en est pas sûre. »

Dar pencha la tête.

Un haussement d'épaules. « Elle dit qu'elle ne veut pas que ce soit... qu'il ait besoin de prendre soin d'elle. Elle veut s'en sortir toute seule. » Kerry posa les mains sur la taille de Dar, et elle frotta ses pouces sur la peau douce. « Peut-être que j'ai lancé une tendance dans la famille. En tout cas, elle m'a demandé à quoi ressemblaient les prix du logement ici. »

« Ah. »

Kerry s'avança et glissa ses lèvres sur la courbe du sein de Dar. Elle sentit les doigts de Dar monter et descendre le long de son dos, et ça l'encouragea à s'approcher plus près, se collant contre le corps nu de Dar, et se délectant de la secousse sensuelle qui la parcourut. « T'sais... l'eau me semblait bien... »

« Il y a de l'eau dans ce lit. » Suggéra Dar en l'embrassant dans le cou.

« C'est exactement ce que je pensais. » Kerry renonça volontiers à l'idée du bain chaud et à la place, elle se mit à explorer la peau de Dar. « Mmh... peut-être que je devrais dire à Angie... »

« Chhhhut. » Dar la poussa contre le lit. « Si on commence à le dire aux hétéros, ils vont tous devenir gays. » Elle tomba avec Kerry au centre du lit, en gloussant toutes les deux.

 

* * * * *

 

« Hé, Col. » Kerry porta sa tasse de thé dans la salle de pause et la posa. « Quoi de neuf ? » Demanda-t-elle, attendant son tour près de la bouilloire.

« Toujours pareil. » Répondit son amie, avec un sourire. « Hé, j'ai une chance de vous voir à la plage le weekend qui arrive ? On a organisé une petite fête. »

Kerry plongea son sachet de thé de haut en bas plusieurs fois. « Hmm... laisse-moi vérifier. Peut-être. Hé, écoute – est-ce qu'il y a des logements disponibles dans l'immeuble ? »

« Dans le mien ? » Demanda Colleen, d'un ton légèrement surpris. « Deux je crois. Pourquoi ? »

Kerry versa un peu de lait dans son thé et remit la bouteille dans le réfrigérateur. « Ça serait pour un emménagement rapide. » Expliqua-t-elle. « Tu retournes à ton bureau ? Je te mettrai au courant. »

Colleen ramassa sa tasse de café et suivit Kerry dans le couloir. Elle marcha quelques pas avec son amie. « Alors, qu'est-ce qui se passe ? »

« Ma sœur. » Dit Kerry avec un sourire triste. « Elle suit mon très mauvais exemple... viens, et je te raconterai tout. » Elle entra dans son bureau, saluant Mayté nouvellement arrivée avec sa tasse. « Bonjour ! »

« Bonjour, Kerry. » Mayté lui sourit, en se dirigeant vers son bureau pour se glisser derrière.

Colleen suivit Kerry, elles entrèrent toutes les deux dans le bureau intérieur et Kerry ferma la porte avant de se diriger vers son propre bureau pour s'asseoir. « J'ai eu un appel la nuit dernière. » Dit-elle. « Ma famille va encore faire la une. »

« Oh, non. » Colleen s'assit en face d'elle. « Et pourquoi ? Ton neveu est un alien ? »

« Pire. » Kerry prit une gorgée de thé. « Un bâtard, et son père vient de l'apprendre. » Elle observa les yeux de Colleen s'écarquiller de stupéfaction. « Est-ce que j'aurais oublié de te préciser que ma sœur a une histoire avec mon ex petit-ami ? »

« Seigneur. » Colleen se couvrit le visage d'une main.

« Hmm. J'étais certaine de t'avoir parlé de ça. Quoi qu'il en soit, Richard l'a appris et il intente un procès à Angie pour  divorcer. Elle me demandait des renseignements sur les lieux ici et je pensais... »

« Je vois le tableau. » Colleen leva la main, paume vers l'extérieur. « Laisse-moi appeler le propriétaire – voir ce qu'il a de libre. Je sais qu'il a des T2, mais un T3 serait mieux, non ? Comment elle va s'en sortir – je pensais que tu m'avais dit qu'elle était femme au foyer. »

Kerry soupira et se pencha contre la chaise. « Elle l'est. Elle peut faire quelques petits travaux de bureau, je pense, et elle n'est pas stupide. Elle sait comment utiliser un ordinateur, faire de la compta, ce genre de choses. »

Colleen fit la grimace.

« Je sais. » La jeune femme blonde acquiesça. « Honnêtement, Col, elle ferait mieux de retourner à la maison de ma mère, mais je ne suis pas vraiment la bonne personne pour dire ça, pas vrai ? »

« Hmm. » La jeune rousse hocha la tête. « Je sais. Est-ce qu'elle est prête pour Miami ? »

« Est-ce que je l'étais ? »

« Tu n'avais pas d'enfant, et tu étais douée. » Dit Colleen avec honnêteté. « Pas que je doute qu'elle cherche quelque chose de nouveau, hein ? C'est juste que je pense qu'elle ne se rend pas compte que tu es arrivée où tu es parce que tu l'as gagné. »

Kerry regarda autour de son bureau, des objets donnés par Dar un peu partout, avec des petits bibelots mignons, les symboles muets de leur vie ensemble. Un bref sourire traversa son visage tandis qu'elle prenait une autre gorgée de thé. « Vrai. » Reconnut-elle. « Mais je pense qu'elle veut se débrouiller toute seule, avant de permettre à Brian de revenir dans sa vie et de revenir à son ennuyeux traditionalisme. »

Un léger coup fut frappé à la porte. « Oui ? » Kerry éleva la voix.

La porte s'ouvrit et Mayté passa la tête. « Kerry, la salle de conférence est réservée pour votre réunion à neuf heures, mais M. Mark m'a dit de vous dire qu'il serait un petit peu en retard. Il a dit quelque chose à propos d'un essuie-tout. »

« Oh oh. » Kerry grimaça. « Je pense qu'il parle de nettoyage. Ça n'a pas l'air bon. Okay – merci Mayté. Je vais commencer la réunion sans lui. J'espère qu'il va bien. » Elle secoua la tête et rafraîchit sa page de mails, la plupart marqués d'un drapeau rouge urgent. « Ouille. Quelle façon de commencer la journée. »

Colleen se contenta de glousser d'un air narquois. « Et bien, mon amie, j'allais commencer ma journée, et j'espère qu'elle ne sera pas aussi rude que la tienne. Je te ferais savoir ce qu'en dit le propriétaire. » Elle remua les doigts vers Kerry et se dirigea vers la porte.

« Bye Col. » Kerry retourna son attention vers sa boîte de réception, cliquant sur le premier drapeau rouge. C'était un appel du marketing sur un nouveau compte. Elle se pencha en avant et l'étudia pensivement, puis elle déplaça la fenêtre et cliqua sur le diagramme du réseau. Quand il apparut, elle tapa un indicateur dans le circuit et scanna les résultats.

Ses doigts tambourinèrent légèrement sur le clavier. « Marginal. » Elle se mordilla l'intérieur de la lèvre. Le nouveau compte voulait une garantie sur la quantité de bande passante, et le tuyau mineur qu'ils avaient, un rejeton du réseau principal dans une lointaine partie de l'Oregon, était déjà à la limite de la saturation.

Devait-elle accepter, et espérer que tout se passe bien ? Devait-elle demander une augmentation de la bande passante ? Ils ne recevraient pas plus d'argent si elle devait mettre un tuyau plus gros, à moins qu'ils puissent faire plus d'affaires dans cette zone.

Après un moment à tambouriner du bout des doigts, Kerry retourna à son courrier. Elle cliqua sur 'répondre' et tapa sa réponse. « Okay, John. Je donne la garantie, mais vous feriez mieux de comprendre que c'est une zone très serrée. Il n'y a aucun autre client existant, et les tuyaux resteront de cette taille-là jusqu'à ce que vous me proposiez plus d'affaires. »

Elle l'envoya puis s'assit. Après une seconde, elle entra dans son dossier de courrier envoyé et cliqua sur la note qu'elle venait d'envoyer, fournissant une copie pour Dar. « Juuuste au cas où. »

Puis elle continua avec le message suivant, une autre demande, un autre compte, une autre décision. Kerry se demanda combien de temps ça avait pris à Dar pour se lasser de ce genre de travail ? Elle avait développé une technique en effrayant tout le monde, à tel point que plus personne ne lui demandait de faveur, ce qui fait qu'elle avait beaucoup moins de courrier à gérer que Kerry.

Kerry était perçue comme 'sympa' – elle le savait, et elle savait aussi que ça jouait souvent en sa faveur, mais dans des cas comme celui-là, elle devait souvent passer des appels qu'elle n'avait pas à passer, simplement parce que les gens savaient qu'ils pouvaient l'approcher et lui demander.

Alors – est-ce que la méthode de Dar était vraiment très efficace ?

Hmm. Kerry inspira, puis sursauta quand un Gopher Dar apparut, dansant pour elle sur sa fenêtre mail. « Hey. Petit monstre. » Elle rit, cliquant sur le Gopher Dar avec sa souris. Aujourd'hui son petit copain avait un tee-shirt et une salopette, et il portait une casquette de baseball avec la lettre K dessus.

Gopher Dar secoua un doigt vers elle, puis  sortit une pancarte, l'agrandissant sur l'écran pour que Kerry puisse la lire. « Les Lois de l'Informatique ? » Gloussa-t-elle. « Dar, Dar, Dar. »

« Oui ? »

Kerry sursauta de nouveau. Elle se tourna et lança un regard furieux à sa chef. « Pirate. »

Dar s'avança. Elle était de nouveau vêtue de jeans, et elle portait un sac rempli de différentes choses d'informaticien sur son épaule. « Je vais dans la salle de stockage. Si quelqu'un me cherche, dis-leur que j'ai la tête dans un routeur quelque part. »

Kerry la regarda affectueusement. « Tu vas encore passer la journée allongée par terre ? Viens-là. » Elle tira un petit oreiller en laine du grand tiroir de son bureau et le tendit à Dar. « Installe-toi là-dessus. »

Sa compagne accepta la chose en peluche et la leva devant ses yeux. « Tu veux que je marche dans les couloirs avec ça ? » Dit-elle en riant. « Kerry, je n'ai pas besoin d'un manchon en poil de mouton. »

« Et bien, dis-leur que c'est mon manchon. » Répondit Kerry avec un clin d'œil. « En fait, c'est pour ta tête. Ce n'est pas bon pour toi d'avoir la tête sur du béton froid, chérie. Je ne veux pas que tu tombes malade. »

Dar glissa l'oreiller sous son bras et esquissa un salut vers Kerry en se dirigeant vers la porte. « Oh. » Elle s'arrêta en ouvrant la porte. « Bonne décision pour l'Oregon. » Puis elle sortit et ferma la porte derrière elle, laissant Kerry dans un silence momentané.

« Merci. » Dit Kerry à la porte fermée. « Joli chapeau sur le gopher. » Ajouta-t-elle avec un sourire, en venant déranger le Gopher Dar qui dormait maintenant au coin de son écran, le chapeau baissé sur ses yeux.

Avec un hochement de tête elle retourna travailler, regardant sa montre pour vérifier l'heure. Il était presque huit heures, et elle devait s'occuper du reste de son courrier urgent avant sa réunion de neuf heures, et pendant une minute elle regretta de ne pas travailler avec Dar sur le projet à la place.

« Mauvaise Kerry. » Elle cliqua résolument sur le prochain mail.

 

* * * * *

 

Ça faisait vraiment très longtemps que Dar n'avait pas mis les pieds au rez-de-chaussée de leur immeuble dans la grande pièce de la base centrale telecom. Elle poussa la porte avec un geste de grande habitude, accrochant un vieux morceau de câble Ethernet attaché autour d'un conduit pour maintenir la poignée de la porte, et elle entra.

C'était loin d'être un endroit séduisant, les murs de béton recouverts de moniteurs les uns à la suite des autres, de cartes de circuits, de câbles et de routeurs. Il y avait aussi deux grandes unités UPS pour fournir la pièce s'ils tombaient en panne d'électricité, avec sa propre unité de climatisation et un plancher relevé qui lui permettrait de ne pas avoir à se coucher sur le béton.

Les murs étaient couverts de conduits d'acier qui menaient chacun à un étage différent du bâtiment, et un ensemble de tuyaux aux lumières rouges brillantes indiquaient les lignes qui arrivaient de l'extérieur. Ils avaient de petites caméras attachées sur le côté qui permettaient de pénétrer le tuyau par le haut, et qui donnaient au département de la sécurité une visibilité du conduit jusqu'au terminus extérieur.

Il y avait aussi des caméras pointées sur eux à l'intérieur de la pièce, une petite assurance de plus que Dar avait installé il y a un peu plus d'un an. Il n'y avait pas de raison de prendre des risques, et l'accès à cette pièce était réservé à seulement quatre personnes dans la compagnie, dont elle faisait partie.

Kerry et Mark étaient les deux autres, et la dernière clef était à Plano, dans les mains du responsable de la sécurité de l'entreprise, en cas de désastre.

Dar posa son sac et parcourut des yeux les moniteurs pour se re-familiariser avec la configuration des lieux. Elle avait supervisé l'installation originale de cette pièce, mais ça faisait un moment qu'elle n'avait pas vu le matériel. Elle fit courir ses doigts sur les tableaux de bords, jetant un coup d'œil à l'arrière pour vérifier les prises jacks.

Tout paraissait en ordre. Dar fit le tour de la pièce une autre fois, puis elle choisit un endroit sur le sol, et elle s'agenouilla, sortant son ordinateur et un ensemble de câbles. Elle brancha l'extrémité du câble dans un des deux routeurs maîtres, et elle s'assit, s'appuyant contre le moniteur avant de glisser l'oreiller de Kerry derrière sa tête.

Ça ajouta un peu de confort inattendu bienvenu considérant le nombre d'heures qu'elle suspectait passer assise sur le sol pour travailler. Dar sourit, prit un câble Ethernet de son sac et attacha l'arrière de son ordinateur au réseau avec. Kerry était si gentille parfois.

Okay, la plupart du temps. En fait, il y avait des fois où Dar se demandait ce qu'elle avait bien pu faire dans une vie antérieure pour mériter d'avoir rencontré Kerry dans cette vie-là.

Bon. Elle alluma son ordinateur et tira une canette de Yoohoo de son sac, elle l'ouvrit et la posa à côté d'elle, en violation directe avec la règle stricte qu'elle avait elle-même mise en place interdisant toute boisson dans cette pièce.

L'écran s'alluma et elle démarra son programme d'analyse, puis elle lança le moniteur de réseau. Elle fit craquer ses articulations et commença à taper, appelant la configuration du routeur sur un écran pendant qu'elle laissait courir le moniteur sur un autre.

Une alerte flasha. Dar s'arrêta et la regarda, surprise. « Qu'est-ce que... » Elle approcha le moniteur et agrandit la fenêtre en plein écran et elle fouilla les lignes des yeux. Son attention fut attirée par un compteur qui grimpait, et avec un juron, elle échangea l'écran du routeur et commença à taper comme un diable.

« Sale fils de connard de foutu hacker.. attends que je t'attrape... »

 

* * * * *

 

A suivre.